France Culture – La Grande table d’été

Vendredi, ami lecteur, l’itinérante Grande table d’été de France Culture se posait à Metz, à l’Hôtel de Ville, à l’invitation de Constellations. Et je me suis retrouvé invité dans cette émission joliment intitulée Metz, capitale des imaginaires, en compagnie notamment de Chapelier Fou, de Mélina Farine (auteure, faut il le rappeler, du joli dernier clip de zéro degré), des Backstage Rodéo…

Et c’était fort sympathique.

Déjà, j’ai pu faire de belles métaphores à base de sachets de thé.

Surtout, on a évoqué Musiques Volantes, Les Trinitaires, le Festival de science fiction de Metz (1976-1986), les Rencontres Internationales de musique contemporaine (1972-1992)… et c’était surtout une occasion parfaite de passer Messin plutôt que français dans la radio.

Et tu peux écouter tout ça ici.

Zéro Degré – Une attendue rencontre

Bon, cette fois ami lecteur, j’en vois le bout : le deuxième album de zéro degré sortira à l’automne, chez We Are Unique Records. Il s’intitulera Rituels, et tu peux en apercevoir la pochette juste à droite, là.

En attendant, le premier morceau extrait de cet album est visible sur youtube, dans un beau clip réalisé par Mélina Farine, dont je ne saurais trop te recommander le site internet (www.melinafarine.com) pour avoir une petite idée de la qualité de ses travaux). C’est d’ailleurs l’une des ses photos qui sert de pochette à l’album (tandis qu’Alexander Ogg s’occupe de la composition de ladite pochette).

Ce clip, le voici.

Cette vidéo, et ce premier morceau, ont reçu un bel accueil du côté des Inrocks (par ici), dans un court article de Juliette Geenens qui me qualifie de « magicien messin aux multiples talents », ce qui est peut être un tantinet exagéré quand même, tu en conviendras.
Mais sympa, ok.

Tiens d’ailleurs j’en profite aussi : l’article des Inrocks est illustré par une chouette photo de Charlène Royer, dont je t’invite aussi à aller voir le tumblr. La photo a été prise un peu dans l’urgence le lundi soir (puisque l’article sortait le lendemain matin) dans le nouveau quartier de l’amphithéâtre (un quartier dont dont je viendrai te reparler prochainement ici, parce que je sens bien que ça te manque un peu, les billets sur les centres commerciaux).

Donc pour zero degré, rendez vous à la rentrée. Et en attendant, la préparation du live qui accompagnera la sortie du disque risque d’occuper un peu mon été.

Together (Sun Glitters)

Ami lecteur, ça fait un moment que je connais l’ami Victor Ferreira depuis… depuis quand au juste ?
En fait, je crois qu’on ne compte plus vraiment, ni lui ni moi.

Mais au fil de cette -longue- période, nous sommes en tout cas passés l’un et l’autre par le post rock et l’electronica, en constatant souvent des goûts communs, des influences proches et en étant surtout toujours heureux de nous retrouver à l’occasion d’un concert, d’un projet. Ces occasions ont sans doute été trop rares, mais elles valent quand même largement de prendre le temps de s’y attarder dans ce petit billet.

Il y eut d’abord ces invitations à des concerts, souvent lors de dates qu’il organisait au Luxembmourg (comme le beau Ceullula Indietronica). Et puis cette sortie d’un EP de Menuet, duo que l’on bricolait avec l’ami Julien Rueff (et parfois avec Doc Geo) sur soundzfromnowhere, le micro-label que Victor a tenu à bout de bras pendant bien longtemps, soundzfromnowhere. Et ça se retrouve même sur archive.org, par ici.
Peu après, une vraie collaboration entre nos deux projets solo (zero degré déjà pour pour, SugRcane pour lui) sur un EP commun toujours sur soundzfromnowhere (et toujours trouvable sur archive.org, chouette !).

Lors de la sortie du premier véritable album de zero degré, en 2009, il réalise deux remixs, que quelqu’un a eu l’idée, un beau jour, de mettre sur Youtube, semble t il : Des étoiles plein les yeux.

En 2013, alors qu’il est en plein boum avec son formidable projet Sun Glitters, il fait le mixage, la pochette et un remix du bel EP de MWTE (bricolée avec Alexander Ogg et Julien Rueff), qui aura hélas été un one shot pour le moment (mais il ne faut jamais désespérer).

Oui, à la réécoute, sans doute l’une de nos collaborations les plus abouties jusqu’ici.

Et pourquoi est ce que je te parle de ça aujourd’hui, me demanderas tu ? Eh bien tout simplement parce que Sun Glitters s’apprête à sortir son nouvel album en mai, que je suis tombé sur ce puissant Together, qui démontre que Victor arrive une nouvelle fois à réinventer sa musique.

Je te laisse donc avec la vidéo de Together, ami lecteur.
Et de mon côté, j’attends de pied ferme la prochaine collaboration avec l’ami Victor.

Top tweets 2016

Bon, ami lecteur, il ne s’agit pas ici de faire une énième top des meilleurs Tweets de 2016 de manière générale (Topito fait ça très bien, tu devrais aller voir, c’est vraiment drôle). Non, on est dans la rubrique egotrip de MON blog, alors ici ça sera MES Tweets. À noter que ce ne sont pas forcément les meilleurs tweets ou les plus drôles, mais simplement ceux qui ont eu le plus de RT ce qui peut compter grâce au bien utile followfly.

J’avais déjà fait ça en 2015 d’ailleurs, tu peux aller voir si tu aimes… euh… les vieux tweets. J’y parlais un peu de la situation de ce réseau social que j’aime beaucoup, situation qui malheureusement ne s’est pas complètement arrangée, avec des rumeurs de rachats insistantes à la rentrée, finalement pour le moment écartées. Pour ma part j’espère que twitter va survivre en restant assez proche de sa forme actuelle, puisqu’il me semble toujours le plus efficace pour suivre de l’info en temps réel (et parce qu’il est souvent drôle, aussi, cf le top sus-cité).

Bref, tu l’attendais avec impatience voilà le top 10 twitter 2016 de @nicolastochet.

Sans atteindre les 600 RT d’un Tweet sur le beau temps hivernal à Metz en décembre 2015, ça reste un Tweet sur de photos de Metz qui arrive numéro 1. Allez on ne va pas se le cacher, ami lecteur, ma ville c’est la plus belle…

Ça marche aussi pour ces tweets hivernaux de janvier et du 31 décembre qui se placent 8e et 9e du top.

En 2, nous avons un tweet sur le beau mot-dièse #JulVsMaitreGims.

Et en 3, ce tweet sur le nom de la nouvelle région Alsace – Lorraine – Champagne-Ardenne, au moment où ce sujet était sur la table. On notera que c’est le nom qui n’apparaissait pas dans la sélection, Grand Est, qui l’a finalement emporté

En 4, ce tweet le jour de l’élection de Donald Trump (avec encore Maître Gims, décidément).

Et après des tweets sur la grêle ou le percent, il y avait ce tweet au tout début de la Nuit Debout.

Voilà, Metz, Maitre Gims, Grand Est et Nuit debout, un bon résumé de l’année 2016. Blague à part, ami lecteur, je crois que j’ai assez peu tweeté sur les attentats qui auront marqué cette année, contrairement à 2015. Je ne sais pas si c’est parce qu’on s’y habitue, parce qu’on est peut être même déjà en overdose. Pourtant chaque fois la sidération est là.

On espèrera ne pas trop avoir à tweeter là dessus, en 2017.

2017

Bon, ami lecteur, on ne va pas se le cacher, je ne vais pas être fâché de laisser 2016 derrière moi. Que ce soit à titre personnel ou de manière plus générale, cette année ne restera probablement pas dans nos mémoires que pour de bonnes raisons (enfin pour toi je ne sais pas, mais en tout cas dans la mienne). Même si, en la plaçant un peu hâtivement dans le palmarès des pires années, on se plante sans doute.

Ceci étant dit, et sans oublier hier, il convient maintenant de regarder vers demain. Et demain c’est donc 2017. Ce sera quoi qu’il en soit une année de changement. Sans parler forcément de résolutions (je vais éviter les faire plus de sport, m’occuper plus de moi, arrêter de manger ceci ou de boire cela, je ne serais de toutes façons pas très crédible) voilà quelques lignes que je vais tenter de tracer pour mon année à venir.

Changer d’activité professionnelle
Oui, c’est en cours, tout en restant sensiblement au même endroit, après quelques mois de formation. Sans doute t’en reparlerai-je ici même.

Faire plus de musique
En 2017, il devrait y avoir un disque de zero degré, au printemps. Et il se pourrait même bien qu’il y en ait un de melatonine, à l’automne. Ça faisait longtemps, ça fait du bien (en tout cas à moi… pour ce qui qui est de toi, ami auditeur, on va attendre lesdites sorties). Et puis au delà de ces deux sorties, on va espérer qu’il y ait d’autres morceaux, des collaborations, de nouveaux projets.

Faire plus de politique
Ami lecteur, je te l’annonce ici, j’ai décidé de ne pas me présenter à l’élection présidentielle.
Blague à part, je vais suivre de près les primaires de la gauche du PS citoyennes en janvier et les élections qui vont suivre. Et surtout, quand je dis « faire plus de politique », ce n’est pas forcément au sens partisan du terme, mais plutôt tâcher de continuer m’impliquer localement, parce que c’est ce qui me semble utile.

Écrire plus
… et notamment sur ce blog. En voilà une résolution récurrente (nouvelle année ou pas) que j’ai bien du mal à tenir. Parce que cela prend du temps, parce que je remets à plus tard. Mais elle me semble importante, particulièrement en ce moment, pour moi.

Et puis… je vais m’en tenir là je crois. Sans doute dois-je y ajouter de faire plus attention aux gens qui m’entourent, parce que c’est le plus précieux, au fond.

Alors je te souhaite une bonne dernière soirée de 2016 et une excellente année 2017, ami lecteur, au cours de laquelle j’espère que nous aurons l’occasion de nous voir et de passer des bons moments, ensemble.

RL – L’épuisement

Dans ses sujets de l’été, le Républicain Lorrain a eu l’idée (par l’intermédiaire de Clara Hesse) de demander à quelques messins d’expliciter leurs pratiques d’écoute musicale. C’est sans doute difficile à résumer en quelques lignes, mais comme ça donne l’occasion d’y citer Caribou, Four Tet et Mogwai, ça me va.

RL 20160728

Et si le titre peut ici laisser planer un doute, c’est bien de l’épuisement des richesses d’un album dont il est question, pas du mien… et en ce moment, c’est vrai que je ne suis pas arrivé au bout du dernier James Blake, ni du dernier Radiohead.

Tiens, d’ailleurs, si tu n’as pas encore vu le clip de l’excellent Burn the witch, je te le colle ici.

L’été, zero degré

L’été est l’un des (trop) rares moment où j’ai vraiment un peu le temps de bricoler de la musique. Alors comme l’an dernier à la même période, je remets sur le métier l’ouvrage qu’est cet album de zero degré.

C'est reparti. #ZeroDegré

Une photo publiée par Nicolas Tochet (@nicolastochet) le

Il a d’ailleurs bien du mal à se terminer cet album. Le précédent était quand même sorti chez We Are Unique Records en… 2009. D’ailleurs, si tu veux y jeter une oreille, je t’invite à te rendre sur cette page.

zero degre - les inrocksEn faisant un peu de rangement (l’été sert aussi à ça, n’est ce pas ?) je suis d’ailleurs tombé sur le numéro des Inrocks dans lequel JD Beauvallet avait signé une chouette critique (l’image à droite, juste là). Il y faisait notamment référence à Diabologum et Arab Strap, deux groupes que j’aime infiniment.

Une suite qui a donc bien du mal à se concrétiser, faute de temps souvent, faute d’idées parfois. Mais voilà, cette année, les morceaux semblent se terminer plus vite qu’à l’accoutumée, et la semaine dernière aura été, de ce point de vue, productive.

J’en ai profité pour partager des petites vidéos de ces enregistrements sur la page facebook de zero degré (que je ne peux que t’encourager à aller « aimer » pour suivre les avancées espérées). Voilà donc un court extrait de « Sortir », un morceau terminé dimanche dernier.

Et puis, je ne saurais aussi trop t’encourager à aller suivre la page facebook, voir le site, suivre sur Instagram… Mélina Farine. Parce que c’est elle qui devrait travailler sur un premier clip pour cet album. Mais surtout parce que c’est beau, simplement.

⚡️ Minuit ⚡️

Une photo publiée par _melina (@_melina) le

TF1 – Week end à… Metz

Oui ami lecteur, tu as peut être pu m’apercevoir quelques secondes sur la première chaîne de télévision française pour évoquer Les Trinitaires, un lieu « insolite » parmi d’autres « Bons plans » Capture d’écran 2016-06-04 à 11.46.34messins. On notera d’ailleurs qu’ils ne se sont pas trop plantés, entre l’épicerie Baci pour aller grignoter et la péniche L’Aparté pour la nuit.

En tout cas ça a été diffusé le 30 avril, alors que le tournage avait eu lieu le 24 mars, lors du concert de Dookoom et DOPE D.O.D. Et dans la vidéo ci-dessous, une fois que tu auras passé les 60 secondes de pub, c’est à peu près à 5mns que tu verras ma tête (que l’on qualifiera ici par honnêteté intellectuelle de « post-apéro »).

melatonine is not dead

Je te t’en parlais déjà il y a quelques mois ici même, ami lecteur, malgré l’âge avancé du groupe (et de ses trois musiciens, oui, merci), melatonine continue à son rythme (c’est à dire très lentement) à plancher sur un nouvel album.

Il y a une dizaine de jours, nous prenions donc le temps (trois heures) d’enregistrer quelques morceaux (sept, précisément) dans les studios de répétition de la BAM. C’était un bon moment avec mes deux comparses. Un peu comme une répétition avec simplement cette très légère pression pour essayer de faire mieux parce que ça enregistre (même si tu l’oublies vite, que ça enregistre).

Melatonine, enregistrement BAM.

Une photo publiée par Nicolas Tochet (@nicolastochet) le

we-are-unique-recordsL’objectif était simplement ici d’avoir un enregistrement assez fidèle pour se faire une idée de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album, ce qui nous permettra bien sûr de voir si l’on garde l’ensemble de ces morceaux, s’il y a des modifications à y apporter. Mais nous pourrons aussi ainsi l’envoyer à notre fidèle label (We Are Unique Records) qui nous suit quasiment depuis les débuts du groupe, pour savoir s’il nous suivra encore, ce coup ci.

Et pourquoi est ce que je te parle de ça maintenant ? Eh bien parce que je suis en ce moment même en train de réécouter ces fameux morceaux et que ça sonne finalement plutôt pas mal. Je ne sais pas si les quelques secondes de la vidéo ci dessous t’aideront à te faire une idée, mais c’est tout ce que j’ai sous la main là tout de suite.

En tout cas, simplement, simplement : melatonine is not dead, vivement la suite.