Search and Hit Enter

En 2019, j’ai fait de la musique (un peu).

La fin décembre, entre Noël et Nouvel An, est toujours la période à laquelle on jette un coup d’oeil sur les mois écoulés, pour voir ce que l’on en a fait. Et si 2019 n’a pas été l’année au cours de laquelle j’ai bricolé le plus de musique, malgré quelques essais de synthé modulaire, pour le moment pas tout à fait concluants. Bon, il me reste quelques jours (quatre), pour me rattraper. Mais il se trouve que malgré tout, un certain nombre de trucs enregistrés auparavant sont sortis.

C’est le cas par exemple de ce morceau de Zéro Degré, La Loi du Marché, que j’avais déjà eu l’occasion de jouer en live tout au long de l’année 2018, puis de finaliser à l’automne, mais dont le beau clip, réalisé par Charlène Royer est arrivé en avril 2019.

D’ailleurs, on en a profité pour sortir (enfin) en vinyle l’album Rituels. Un joli vinyle blanc, derrière une pochette dont la dimension fait un peu plus honneur à la photo de Mélina Farine que la version CD.

Cette année, Zéro Degré aura aussi été invité à la première édition de Musicophotographie, une création dans le cadre du festival Photographie mon Amour : une création live sur une sélection de photographie. Un bon moment.

En 2019, j’ai aussi pas mal passé de mp3 dans des bars et des clubs. C’est d’ailleurs une expérience qui en soi demandera peut être un post à part, puisque c’était finalement une nouveauté de cette année pour moi. Toujours est il qu’avec l’ami Axel Tancray qui a été mon binôme pour la plupart de ces soirées deci delà, nous avons trouvé un nom, DUEL, et au bout d’un moment l’envie de produire un morceau que nous pourrions passer dans l’un de ces mixs. Ça a donné Ordalie, enregistré en août et sorti en septembre (là, c’était rapide).

Le morceau a été mixé et masterisé chez Sam Berdah, dans son repaire The Wall. Ce studio messin est en train de se faire une réputation nationale, voire internationale (et surtout méritée) dans ce monde étrange qu’est celui du mastering. Mais j’y reviendrai aussi, tiens.

Mais mon année 2019 musicale aura surtout été marquée par la sortie d’un album de Melatonine, douze ans (!) après le précédent. Là aussi, ça aura mis du temps : des ébauches en 2015, des discussions en 2016 (que tu peux d’ailleurs retrouver évoquées ici et ici sur ce blog). Puis un enregistrement avec l’excellent Julien Rosenberger au printemps 2017. Et un parcours assez long, pour trouver le bon créneau de sortie chez notre inusable label We Are Unique Records, après avoir pris le temps d’envoyer le tout au mastering chez Bob Weston (Shellac). Le résultat est un album initulé Stances, et peux l’écouter par ici.

Ça aura été l’occasion de faire quelques concerts, ce qui reste le terrain de jeu préféré de melatonine.

Et puis, l’un des morceaux de Stances, Deux mille cinq, a été clippé par Giovanni Di Legami. On y retrouve un ami de 30 ans (ou presque), Carlos Rodrigo dans l’un des deux rôles (l’autre étant tenu par Annabelle Ledrich). Un clip dont les inspirations du côté de Lynch et X-Files sont évidentes, une histoire dont on cherche à saisir s’il y a un sens….

C’est avec ce clip que je te laisse, ami lecteur. Pour ma part je ne m’en lasse pas. N’hésite pas à me dire ce que tu y vois, toi.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire