Municipales 2020 à Metz : revue de presse 2018 – 2

La revue de presse des municipales 2020 à Metz continue. Ce billet concerne le second semestre 2018 (tu peux retrouver la revue de presse du premier semestre 2018 par ici).

Et la rentrée politique se fait surtout à droite, avec François Grosdidier (qui annonce quasiment sa candidature, à la fois dans La Semaine et chez vin Mirabelle) et Jérémy Aldrin qui confirme son ambition de renouvellement.

Municipales 2020 à Metz : revue de presse 2018 – 1

Ami lecteur, voilà une petite revue de presse des principaux articles concernant les élections municipales 2020 à Metz, parus entre janvier et juin 2018. Il est tout à fait possible que des articles qui m’auraient échappé (n’hésite d’ailleurs pas à me le signaler) viennent s’y ajouter, ce que je ne manquerait pas de signaler sur la page Facebook de ce blog.

J’en ai profité pour tester Wakelet, Storify nous ayant quitté en mai dernier sous sa forme gratuite, Scoop.it et Paper.li ayant un peu trop de limitations dans leurs comptes gratuits également… et même si j’ai foi en Framastory, le service n’est pour l’instant pas utilisable dans l’usage que j’en ai. J’essaie Wakelet, donc, qui pour l’instant répond en bonne partie à l’usage que j’en ai.

Le lien direct vers cette « story » Wakelet : http://wke.lt/w/s/GLzYh.

Municipales 2020 : le retour

Tiens, on les avait presque oubliées, ces élections…

Bon en fait non pas vraiment, ami lecteur, mais c’est une phrase d’accroche pour souligner le faire que ça fait longtemps que je n’en ai pas parlé ici même.

En réalité, dans une année sans élections en France, à part quelques législatives partielles de-ci de-là, en attendant les élections européennes de 2019, les prochaines municipales sont déjà dans pas mal de têtes. Ces élections restent un moment essentiel de la vie politique française, l’une des rares pour lesquelles les électeurs se déplacent encore. En 2020, elle s’apparenteront en outre à une sorte d' »élections de mi-mandat » pour Emmanuel Macron et son parti, La République En Marche.

Même si cela semble encore loin (une vingtaine de mois à priori, les dates n’étant pas encore déterminées), leur préparation va s’accélérer dès la rentrée.

Avant de refaire un petit point de la situation à Metz, qui fera l’objet d’un autre article ici même, je voulais te signaler, histoire de nous mettre en jambes, un petit sondage. Un peu passé inaperçu, sans doute parce qu’au milieu de la coupe du monde, peut être aussi parce que commandé par LCP qui ne bat pas des records d’audience (même si, ça ne t’étonnera pas ami lecteur, j’aime bien cette chaîne, pour ma part), Harris Interactive a sorti ce qui est à ma connaissance le seul sondage national public sur la question des municipales ces derniers temps. Je n’ai pas beaucoup fouillé, si tu en as repéré d’autres n’hésite pas à le signaler dans les commentaires. En soi, c’est évidemment à prendre avec des pincettes, et ce n’est rien de le dire en l’occurence : sondage à deux ans des élections, sondage national pour des contextes totalement disparates, pour un scrutin qui va sans doute surtout se jouer sur des situations et des personnalités locales…

Mais bon, sondage il y a, alors écoutons derechef Jean-Daniel Levy, Directeur du Département Politique & Opinion d’Harris Interactive, qui le commente chez LCP, donc.

Si tu en es d’accord (et c’est sans doute le cas, sinon tu ne viendrais pas lire ici), je me hasarde à reprendre et compléter (localement) quelques uns de ces commentaires :

1. le changement (c’est maintenant) : même avec un taux de satisfaction de 62% de leur maire, les sondés sont tentés par en changer à 55%. On retrouve là des éléments qui ont conduit aux résultats des législatives (« il était plutôt sympa mon député, mais je vais en tester un nouveau »). À noter que, à Metz, la question ne se pose pas pour le Maire actuel qui ne se représente pas (il l’avait annoncé lors d’une conférence de presse en septembre dernier), mais peut être pour ceux qui voudraient reprendre son flambeau avec une équipe proche de l’actuelle.

2. hashtag insécurité : les thématiques qui « vont le plus compter pour les municipales », selon les sondés, sont d’abord la sécurité (43%), puis impôts locaux et dépenses (41 et 32%). Deux remarques : d’abord ce ne sont pas forcément les thématiques qui intéressent les sondés, mais celles dont ils pensent qu’elles vont compter. Et puis, on voit que des questions qui, à Metz, reviennent plus que régulièrement dans les commentaires politiques locaux (dans l’opposition) apparaissent assez loin dans ce « classement » : circulation et stationnement (19%) et Aide au maintien à l’installation de commerces (12%). Je ne doute pas de leur importance ici, mais il faudra voir la réalité de leur impact au moment du choix de l’électeur à Metz en 2020.
À noter que ces thématiques ne semblent pas pas changer fondamentalement par rapport à 2014. J’ai trouvé plusieurs sondages assez différents, mais le courrier des maires semble ici indiquer que suivant la taille de la ville, la sécurité arrivait en troisième (pour tous les sondés) ou en premier (pour ceux habitant dans une grande ville). Rien de nouveau sous le soleil de 2020, donc (même s’il fait vraiment chaud sous le soleil, ces jours ci, tu ne trouves pas ?)

3. les forces en présence : comme dans les dernier sondages concernant les européennes (que tu peux retrouver ici), La République en Marche continue son bonhomme de chemin et arrive tranquillou en tête des intentions de vote, bien loin des deuxièmes, une alliance PS / EELV (on pourrait d’ailleurs discuter ce choix d’Harris) et des troisièmes (Les Républicains). Puis le RN, puis le France Insoumise (dont on peut se dire de l’un et de l’autre qu’ils semblent sous évalués). Si l’on regarde les grands blocs par rapport à 2014, on voit que que LREM aurait pris 10% aux listes de gauche, mais 17% aux listes de droite pour constituer ses 27% de ce sondage. Ça semble conforter l’idée que les français se font aujourd’hui de ce parti : plutôt de droite.

C’est aussi assez drôle de regarder les thématiques du point 2 en regard des intentions de vote des sondés du point 3 : je te laisse consulter l’intégralité du sondage ici (ce n’est pas à toi, ami lecteur, que je vais apprendre qu’il faut toujours regarder l’intégralité des sondages et la formulation des questions).

Voilà ami lecteur, j’essaierai d’ici la rentrée de te faire un petit point sur les élections à Metz, qui s’annoncent, de mon point de vue, hautement imprévisibles à 20 mois de l’échéance.

Et puis bon, si ce n’est pas encore le cas, pour suivre tout ça, n’hésite pas à t’abonner à la page facebook du blog (ici) ou à mon compte Twitter (ici).

(mince, ami lecteur, je crois que je suis en train de me transformer en youtubeur… « si tu aimes ce contenu, mets un pouce bleu »)

Municipales 2020 à Metz : encore 43 mois, primaire ouverte, La Semaine…

Oui, ami lecteur, 43 mois c’est la durée qui devrait nous séparer aujourd’hui des prochaines échéances municipales à Metz (et ailleurs en France). Enfin 43 mois environ. Peut être 44, ou plus, suivant le mois qui sera choisi (traditionnellement mars ou avril). Alors effectivement, ça paraît encore bien loin. Mais tu te souviens qu’il y a quelques mois, en mars dernier, le Républicain Lorrain avait déjà titré en une « Ils rêvent (déjà) tous d’être maire de Metz« . Je t’en avais donc parlé ici même.

Bon, depuis, cette question avait vaguement disparu du paysage, même si en juin dernier Direct FM annonçait la candidature de Thomas Scuderi aux municipales. Dans une interview, l’adjoint au maire en charge de chargé de la citoyenneté et de la démocratie participative ré-évoquait en effet sa volonté d’être candidat, en appelant également de ses voeux une « primaire ouverte ». On se souvient qu’en 2007, pour les municipales de 2008, Dominique Gros avait été désigné candidat à la suite d’une primaire réservée aux militants socialistes (225 voix contre 222 à Pierre Bertinotti au second tour, après un premier tour auquel avait également participé Richard Lioger).

Tiens, voilà d’ailleurs une belle vidéo d’archive (merci JCDR !).


Les résultats (Primaires PS Metz) par jcdrf3

Du coup j’ai jeté un oeil rapide sur cette idée de primaire ouverte. En dehors de la désignation, en 2011, du candidat du PS pour les présidentielles de 2012 (François Hollande, qui, ça ne t’aura pas échappé, l’a finalement emporté), Wikipedia nous indique que ce mode de désignation a été utilisé huit fois lors de la préparation des municipales de 2014 : 6 fois par le PS (Le Havre, Béziers, La Rochelle,…), deux fois par l’UMP (Lyon et Paris). Un point commun aux huit vainqueurs de ces primaires ? Ils ont tous perdu les municipales ensuite… On ne tirera pas ici de conclusions hâtives, mis je tâcherai de me pencher sur cette question d’ici 2019 (ce qui nous laisse un peu de temps).

la-semaine-2020Pourquoi est ce que je te reparle de ces municipales aujourd’hui, te demandes tu sans doute. Eh bien après le RL, c’est La Semaine qui a consacré sa une et trois pages intérieures à la question « Qui se rêve maire de Metz en 2020 ?« . On notera que pour l’un comme pour l’autre des journaux, l’image onirique colle à cette ambition. Si ces trois pages restent plutôt sympathiques à lire, avec quelques petites piques et petites phrases, on n’y trouvera pas de grandes révélations. Il s’agit plutôt un tour d’horizon exhaustif des candidats potentiels à gauche (Richard Lioger, Jean-Michel Toulouze, Sébastien Koenig, Hacene Lekadir, Thomas Scuderi, Aurélie Filippetti…), à droite (Nathalie Colin-Oesterlé, Marie-Jo Zimmermann, François Grosdidier, Khalifé Khalifé, Emmanuel Lebeau,…), encore plus à droite (Françoise Grolet). Soit sensiblement les mêmes candidats que dans le RL six mois plus tôt. Mais ici, on retrouve aussi ceux qui disent qu’ils n’iront vont pas (Thierry Jean, Isabelle Kaucic…). Et puis, fidèle à son habitude, Jean-Pierre Jager lance également quelques noms de la société civile (Fabrice Genter, Hervé Obed…). Sans doute pourra t on refaire quasiment le même tour d’horizon dans six mois, puis l’an prochain. Peut être aussi que d’ici là, les législatives et les grandes manoeuvres dans les partis après les présidentielles auront un peu rebattu les cartes.

Et puis, si je te parle ici des municipales 2020 à Metz, c’est sans doute aussi grâce à (à cause de ?) Nicolas Turon et des ses deux minutes de vendredi dernier sur France Bleu Lorraine Nord, dans lesquelles il brocarde ces annonces de candidature pour le moins anticipées, et notamment ici celle de Thomas Scuderi.


Les Deux minutes de Nicolas TURON 23/09/16 par france-bleu-lorraine-nord

Caustique, hein ? Mais drôle. Et pour les éventuels candidats à l’échéance de 2020, il vaudrait mieux commencer à s’habituer : il n’y a pas de raisons qu’il ne soit plus là, l’ami Nicolas Turon. #Turon2020 ?

Les élections municipales à Metz en 2020…

… je ne pensais pas que je t’en parlerais si tôt ici, ami lecteur. Ni d’ailleurs que j’aurais à réactiver le tumblr que j’avais créé à l’occasion de celles de 2014 (et dont les articles sont d’ailleurs reproduits ici même).

20160227 - RL - Municipales2020Mais voilà, il se trouve que le Républicain Lorrain a dégainé le premier, dimanche dernier, avec ce titre en une : « Ils rêvent (déja) tous d’être Maire de Metz !« . Tu peux d’ailleurs t’amuser un certain temps avec le dessin qui accompagne le titre (ci contre) pour tenter de deviner qui peut bien y figurer. Pas évident. Heureusement, tu seras bien aidé dans cette devinette par l’article quelques pages plus loin, qui liste les candidats potentiels en trois catégories. D’abord, les « déclarés » : Nathalie Colin-Oesterlé qui annonce directement la couleur sur son site (Metz 2020 c’est demain !), Khalifé Khalifé qui y pensait un peu en 2015 et y pense un peu plus en 2016, Thomas Scudéri qui assumait dans le RL en juin 2015 son envie de devenir maire de Metz un jour. Le RL classe également dans cette catégorie Emmanuel Lebeau (pour qui ça serait la quatrième candidature, comme Dominique Gros au moment de sa victoire en 2008) et Richard Lioger (pour qui ça pourrait être une suite légitime à ses deux mandats de premier adjoint), mais je n’ai pas vraiment trouvé de déclarations de l’un ou de l’autre qui l’annonçaient aussi clairement.

Et puis, le quotidien pronostique ensuite les « possibles » (Aurélie Filippetti, Jean-Michel Toulouze, Jérémy Aldrin, Françoise Grolet) et les « surprises » (Dominique Gros, Marie-Jo Zimmermann, François Grosdidier, ou encore Hacène Lekadir et Sébastien Koenig « en cas de primaire à gauche »).

Bon, tout ça fait quand même du monde, on pourrait même élargir encore un peu cette liste mais on reste clairement encore au stade des supputations et des pronostics. Si l’on veut s’y hasarder aussi, on regardera avec attention ce qui se passera pour la préparation et les résultats des législatives de 2017. Il s’agit en effet des seules élections d’ici 2020 (à l’exception bien entendu de l’élection présidentielle), et nul doute qu’une bonne partie des personnalités évoquées par le Républicain Lorrain tâcheront de bien y figurer, sur l’une des trois circonscriptions messines. Tu me connais maintenant, on essaiera de suivre ça ici-même.

Mais pour finir, ami lecteur, je vais sans doute te décevoir : non, je ne vais aujourd’hui pas t’annoncer ici ma candidature. En effet, le mot-dièse #Tochet2020 que l’ami François Pradayrol a tenté de lancer sur twitter n’a pas recueilli le succès escompté. Il m’appartient donc d’en tirer la conclusion, évidente.

VGA