Décidément, les centres commerciaux… (2) – Waves

Hier, ami lecteur, je ne sais pas si c’est ce besoin de faire ce qu’il me plaît, mais je me suis rendu à Waves Actisud. Nous étions en effet à la recherche d’une chaise, qui, nous indiquaient les internets, se trouvait chez Maisons du Monde implanté dans le nouveau centre commercial de la Compagnie de Phalsbourg. Et puis c’était l’occasion de visiter un peu ce centre qui avait à la fois suscité bien des débats, puis été inauguré en grande pompes l’an dernier.

waves2Difficile de rater Waves depuis l’autoroute : une sorte de soucoupe volante argentée. Immense. Assez aisé d’y arriver et de se garer, il faut dire aussi qu’étant un samedi, nous avions pris soin d’y aller sur le coup de la pause midi, ce qui semble t il facilite grandement des choses. En en repartant vers 14h30, ça semblait déjà commencer à bouchonner. Le centre est basé sur un modèle qu’on qualifiera d’Ikea (tu m’excuseras, je ne maîtrise que peu les concepts et le lexique du retail park) : en gros, en commençant d’un côté, tu es fortement incité à faire le tour complet du centre. Dont acte.

Une des premières choses qui frappe en arrivant, en tout cas par l’agacement que ça suscite assez rapidement, c’est la musique. Tu es tranquillou en train de naviguer dans un espace en plein air (puisque la voie qui longe les magasins n’est pas réellement couverte) mais où que tu sois, un léger fond d’eurodance reste toujours présent. Ça donne ça, en gros (vazy monte le son).

En dehors de ça, le lieu n’est pas fondamentalement désagréable, comme l’indiquent les quelques superbes photos ci dessous, prises avec mon téléphone de marque Apple. Hashtag nofilter, hashtag jenesuispasphotographeetjelesais.

Bon, voilà pour la description, mais qu’en dire au final ? Je te livre mes quelques réflexions rapides.

1. on a un assemblage de magasins plutôt bien pensé et pas mal fichu, mais quand même assez loin de la révolution retail park annoncée. Certes, l’animation poney m’a donné assez envie de pouvoir rentrer, monté avec panache sur un poney dans un magasin pour acheter des chaussures, mais il semblerait que ça ne soit pas possible. Et ok, je n’ai pas vu l’animation féérique des eaux, mais bon la vidéo youtube qui y est consacrée me laisse à penser que je m’en remettrai. Résultat, un centre commercial plus agréable que les entrepôts des voisins de paliers. Mais un centre commercial, quoi.

2. plus ennuyeux, pour moi qui suis un bobo de centre ville : plus de la moitié des enseignes présentes à Waves le sont aussi au centre ville (la liste, pour les curieux : Armand Thierry, Bréal, C&A, Camaïeu, Carré Blanc, Celio, Chausséa, Eram, Etam, Grand Optical, Jennyfer, La Halle, Naf Naf, Okaidi, Pimkie, Promod, San Marina, Sephora, Sergent Major, Swarovski). Résultat des courses, à part pour acheter une chaise ou des produits de jardinage, je ne vois pas trop pourquoi je serais tenté d’y retourner. Le lecteur attentif notera également que quatre enseignes (soit 10% du park – Besson Chaussures, La Halle, Naf Naf, San Marina ) sont du groupe Vivarte dont l’avenir est, on va dire, compliqué.

Et puis il reste surtout cette impression étrange de décor, ou d’imitation. La création ex-nihilo d’un « lieu de vie animé » a de tout temps été une utopie urbanistique, et s’est toujours soldé par des échecs plus ou moins patents. Dans leur tentative de recréer ce qui peut faire une partie du centre ville, les tentatives des retail parks semblent bien partis pour en être un exemple supplémentaire. Il y a trois mois, dans un premier article sur le sujet, je te partageais déjà ce lien vers l’émission « Du grain à moudre » consacrée au sujet.

Si, dans le tumulte qui anime ces temps-ci le commerce de manière générale, les enseignes de centre-ville ont sans doute du souci à se faire, c’est surtout de par leur inaptitude (actuelle) à se réadapter aux nouvelles pratiques et aux nouvelles envies des consommateurs. Le hackathon organisé par GEN pas plus tard que le week end dernier aux Trinitaires démontre que ce problème est désormais identifié et, espérons-le, pris à bras le corps.

En tout cas, les centres-villes disposeront toujours du supplément d’âme que les retail parks géants tentent de construire à coups de poneys.

Bon dimanche, ami lecteur.

Jérôme Minière – Monarchieindividuelleuniverselleetinfinie

Un commentaire

  1. la difference avec le centre ville c’est que le parking est gratuit et facile d’acces de nos jours les gens vont là ou ils peuvent poser la voiture sans frais .

    Reply
  2. C’est plutôt bien résumé…
    Perso, je ne suis pas très fan du Waves. (ni des bouchons sur toute la zone Augny)
    Je trouve ça au final, plutôt décevant… Le seul truc de chouette, c’est qu’il y ait un Cultura depuis, car y’avait pas de magasin culturel avant

    Reply
  3. Arfff la waves!!! Tellement de choses à dire, elle t éblouira depuis l autoroute 500 mètres avant ils ont du oublier le panneau « port de lunettes de soleil obligatoire  » …. A norter que c’est a cause d elle que notre centre ville est en train de crever les gars!!!
    Parking et loyer trop cher on y a perdu l esprit boutique ….vive les franchisés!!! Et le concept !!! A l heure d internet…je pense que ds 5 ans nous pourrons faire le point sur cette vague…. Effet ouverture …. Enfin d’après moi!
    Encore un bon article merci je rejoint certain point de vu.

    Reply

Laisser un commentaire