Décidément, les centres commerciaux…

Il y a deux jours, la star mondiale du design Philippe Starck révélait quelques images du premier hôtel qu’il conçoit de A à Z. Cet hôtel sera implanté à deux pas hotel_metz_starck_6_fevrier_2015_credit_image_deis_-_total_edifice_0du Centre Pompidou-Metz et… du centre commercial Muse, également en construction dans ce nouveau quartier. Dans ce centre commercial on devrait retrouver un cinéma Kinépolis, qui fait d’ailleurs polémique : le groupe belge devrait en effet se retrouver en 2017 avec un monopole sur l’agglomération de Metz, avec son cinéma existant à Saint Julien les Metz, la reprise du Palace en hypercentre et un nouveau cinéma prévu… dans le centre commercial Waves, qui était inauguré en novembre dernier en périphérie, sur la commune de Moulins-les-Metz. Dans le même temps d’ailleurs, le groupe Corio était de son côté en train de finaliser la rénovation du Centre Saint Jacques, le centre commercial historique de l’hypercentre messin.

Dis voir, ami lecteur, c’est moi où on parle beaucoup de centres commerciaux, ces temps ci, dans le coin ? Ça mériterait un petit récap, non ?

Le centre Saint Jacques (21000 m2) a été inauguré en 1976 par Valery Giscard d’Estaing en personne. Il comprenait à ce moment là 76 boutiques, un supermarché, et un cinéma (décidément). Je n’ai malheureusement pas trouvé de photos de l’inauguration, ça aurait sans doute valu le détour. Si tu veux te faire une idée de ce à quoi pouvait ressembler le Saint Jacques en 2010, Marc de Metz en a fait un bon tour photographique par ici. Le déménagement de l’une de ses locomotives (la FNAC, fin 2012) aurait pu tuer le centre. Il reste toutefois actif notamment parce qu’il dispose, grâce à un Simply Market (seul supermarché de l’hypercentre messin) et un parking de 1200 places, d’un public qu’on pourrait qualifier de captif. C’est sans doute pour cette raison que le groupe Corio l’a racheté, et y a mené une rénovation conséquente. Il tente visiblement de lui donner un coup de jeune (y compris en ligne, avec un nouveau site ici, et tiens, même un compte twitter), il met même des quatuors à corde dans le 0x0_st_jacques2014centre sur ses photos promos comme à droite, là. Mais l’essentiel manque sans doute encore pour le moment : des enseignes porteuses (en dehors de l’inamovible Simply). Depuis, le néerlandais Corio a été absorbé par le français Klépierre pour en faire l’un des leaders mondiaux du secteur. Si tu as un peu de temps devant toi, tous les docs sur cette OPE sont par ici.

Le centre commercial Waves actisud (62000 m2) a ouvert ses portes le 30 octobre 2014. Et il l’a fait en grandes pompes : nombreux élus présents, animations en tous genres, des milliers d’invitations envoyées à toute la ville, feu d’artifices… les amis de tout-metz te donnent par ici une idée de ce que ça a pu donner. Même si bien entendu il ne s’affiche pas comme tel, Waves actisud pourrait bien ressembler à un hypercentre-killer. À ce titre, la liste d’enseignes du centre déjà présentes dans l’hypercentre messin est éloquente : Armand Thiery, C&A, Camaïeu, Chaussea, Celio, Eram, Etam, Grand Optical, Sephora, Pimkie, Swarovski… Et on peut encore évoquer Bose ou Maisons du Monde, qui viennent justement de le quitter, l’hypercentre.waves 1 Waves se singularise par quelques enseignes nouvelles (Zodio, Nike, Cultura), mais ce n’est vraiment pas de ce côté qu’il faut chercher une réelle originalité. Philippe Journo, le fondateur-PDG de la Compagnie de Phalsbourg qui a construit et gère le Waves, la place plutôt dans l’architecture du lieu (cf entretien chez Archistorm ici), mais aussi dans l’espoir qu’il devienne un lieu de promenade, de convivialité. C’est ce qu’il expliquait au Républicain Lorrain au moment de l’ouverture du centre.

Waves, c’est fait pour les vrais gens. Si on n’a pas de budget, on vient avec les gosses manger une crêpe, avec cette vue sur les jets d’eau dansants et le spectacle qui sera donné tous les soirs. On table sur la qualité de l’animation, de l’architecture, de l’environnement. C’est dans nos valeurs

Cette question de centre qui doit être un lieu qui dépasse l’unique question de la consommation est bien traitée dans l’émission Du Grain à Moudre de décembre dernier, que tu peux réécouter par ici.

Et c’est aussi sur cet aspect que compte le centre commercial MuseMUSE, qui devrait ouvrir ses 37000m2 au public à l’automne 2017. Construit par le groupe Apsys à deux pas du Centre Pompidou-Metz et du futur Centre des congrès (qui devrait ouvrir à quelques mois d’intervalle), avec notamment un Primark qui fait sensation à chaque ouverture de magasin (est ce que ce sera encore le cas en 2017 ?), Muse devra jouer cette carte du « lieu convivial ». L’implantation de « La plus importante installation d’œuvres numériques au monde » ne devrait pas y être étrangère, ni celle d’un cinéma d’ailleurs. Mais ce dernier fait largement débat : Kinépolis devrait en effet ouvrir coup sur coup un cinéma à Waves, puis à Muse, et reprendre dans la foulée le Cinéma Palace de l’hypercentre. Un collectif d’associations s’est créé pour contester ce monopole, tandis que la municipalité répond aux arguments un par un chez Webullition. Je te laisse juge, ami lecteur. Et j’y reviendrai sans doute par ici, la question nous éloigne trop aujourd’hui du sujet, et justifiera un article à elle seule.

Voilà en tout cas un état des lieux de l’actualité dans ce registre. J’aurais pu y ajouter Metzanine (entre centre et zone commerciale, ouverte en 2007 à l’est de Metz) qui semble rencontrer bien des difficultés. Je te laisse encore cette tribune parue sur lesechos.fr sur les dangers que les zones marchandes font peser sur les centre ville, mais aussi la difficulté de lutter contre leur implantation.

Je te laisse enfin avec ce formidable morceau, Monarchieindividuelleuniverselleetinfinie, du non moins formidable Jérôme Minière. C’est sorti en 1996 sur l’album Monde Pour n’importe qui. Et le début du morceau donne en effet son titre à ce billet.

Bon dimanche, ami lecteur.


Jérôme Minière – Monarchieindividuelleuniverselleetinfinie

Un commentaire

  1. Bonsoir Nicolas.

    Merci de m’avoir déposé votre commentaire sous l’article que j’avais consacré au Centre Saint-Jacques.

    Il était possible alors d’y faire des photos, ce qui s’avère impossible depuis le changement de gestionnaire ( les vigiles m’ont par deux fois interdit d’en faire).

    Merci d’en avoir glissé le lien dans votre excellent article. Je découvre votre site, il est passionnant à lire pour qui est passionné par Metz.

    Je vous souhaite une bonne soirée.
    @micalement, Marc de Metz.

    L’annonce de l’hôtel de Starck est un événement extraordinaire pour Metz ! C’est un designer génial. J’aime tout ce qu’il crée. Je suis ravi du retentissement incommensurable de cet hôtel. Si Metz obtient en plus d’ici 2018 son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO ce sera ÉNORME…

    Reply

Laisser un commentaire