De la métropole de Metz, de son importance et de ses limites

C’est important la métropole.

D’une certaine manière, je pourrais dire que j’ai toujours habité à Metz. Mais pour être plus précis, j’ai grandi à Saint-Julien-lès-Metz, juste à côté. Oh, pas sur les hauteurs de Saint-Julien, où la légende dit que l’herbe est plus verte et que le soleil brille plus fort, mais en bas, pas très loin de l’usine d’incinération et de l’avenue de Blida. D’ailleurs le panneau « Metz » était situé avant la maison où j’habitais. Autant dire que la frontière est vraiment ténue.

Frontière de Saint-Julien-les-Metz, archive

Mais bon, il s’agissait bien de Saint-Julien-lès-Metz. Le code postal n’est pas le même (57070), les habitants s’appellent les Saint-juliennois, et ils sont 3061 (enfin au dernier recensement, en 2014).

Quand j’ai commencé à habiter « en ville » (alors oui, quand tu habites à Saint-Julien, tu dis que tu vas « en ville » quand tu pars te promener dans l’hypercentre de Metz (ou alors tu dis « à la ville », mais là c’est limite quand même)), l’un des premiers trucs qui m’a frappé, c’est que tu peux descendre tes poubelles tous les soirs, tu n’as pas simplement deux jours de collecte dans la semaine. Je dis descendre, mais pour ma part je les amène à un PAV (point d’apport volontaire), qui n’est pas juste en bas de chez moi (il est à environ 400m) mais qui est beaucoup plus arrangeant du point de vue des horaires (je suis rarement chez moi entre 18h30 et 19h30). J’avais même fait un article ici lors de l’inauguration dudit PAV, en 2011. Avec la conteneurisation (qui arrive dans mon quartier dans les semaines qui viennent), il semblerait que je doive désormais sortir un bac les mardi, jeudi et samedi. Pour ma part, je continuerais à aller à mon PAVE à 400 mètres. On a le choix. D’ailleurs, ça serait pas mal que ce choix soit étendu aux habitants des autres quartiers, non ? Que tout le monde ait un PAV à 400m de chez lui, par exemple. Mais ça coûte. Cher.

En dehors des Points d’Apport Volontaire, « en ville » il y a aussi des équipements culturels (dont je n’ai pas encore tout à fait compris pourquoi ils ne sont pas TOUS administrativement rattachés à Metz Métropole… ou plutôt si, mais ça mériterait un autre billet juste sur cette question, ami lecteur), des restaurants multiples et variés, des supérettes ouvertes jusque 22h (même si on me souffle dans l’oreillette que le terme « supérette » serait un peu has been), des bars ouverts jusque 2 heures du matin.

Pour que tout le monde puisse profiter de ces bienfaits du coeur de ville, il y a les transports en commun. Quand j’étais gamin, pour venir de Saint-Julien-lès-Metz « à la ville », j’avais deux lignes de transport, le 13 et le 17 (une seule pour le haut de Saint-Julien, le 17). Ils ne relevaient même pas de la même compagnie, d’ailleurs « >(l’une d’entre elles était TCRM, les transports en commun de la région messine, transformé dont les anciens hangars sont désormais en l’indispensable Bliiida). Aujourd’hui, lorsque je vais à la BAM, qui est l’un de mes lieux de travail (et qui fait partie de ces lieux-culturels-qui-ne-relèvent-pas-de-la-Métropole, un peu comme le 13 et le 17 de mon enfance), je prends le Mettis, inauguré en 2013, en même temps que la dernière Nuit Blanche. Il y a deux lignes, qui suivent un parcours assez proches (Nord – Sud, pour aller vite). De l’avis de tous (même de ceux qui ont râlé pendant toute la durée des travaux), c’est rudement bien fichu : on gagne du temps, les bus circulent jusque minuit… mais il manque évidemment une ligne est-ouest. Celle qui irait, par exemple, de Marly à… Saint-Julien-lès-Metz, justement. Cette « ligne C du Mettis », au fil de débats ou de discours politiques, ressort régulièrement du chapeau, ou des cartons dans lesquels elle est rangé, prévue, détaillée. C’est évidemment la question des travaux, de leur ampleur et surtout de leur coûts dont il est question. Il manque aussi des transports qui circuleraient jusque 2h du matin, sans doute.
Là aussi, question de coûts.

Lorsque l’on parle de coûts et de décisions politiques, ces sujets, transports, enlèvement des déchets, culture, relèvent des compétences de la Métropole. La Communauté d’agglomération de Metz Métropole a été créée en 2002. Puis, renommée simplement Metz Métropole en 2009. Mais elle n’en avait toujours que le nom, pas le statut. C’est le 1er janvier 2018 que Metz Métropole y a accédé, à ce statut, in extremis. Cela va encore accroître ses compétences (dév éco, eau, environnement…). C’est en cours. Et quand on pense aux frontières ténues entre les communes qui la composent, celles du panneau devant ma maison ou du Jardin Botanique qui est une enclave messine au sein de Montigny-les-Metz, aux transports en commun, aux équipements, culturels, sportifs, éducatifs… d’utilité métropolitaine, aux possibilités offertes par une agence d’attractivité, on se dit que cela relève d’une certaine évidence.

« Très bien… mais alors les limites ? » me demanderas tu, ami lecteur. Il y a bien entendu celle des moyens, notamment dans un contexte de réduction des dotations aux collectivités. Mais de mon point de vue, la limite politique est tout aussi importante. La loi Maptam du 27 janvier 2014 avait prévu l’élection des conseillers métropolitains au suffrage universel (selon des conseillers modalités qui restent à fixer). Le 5 avril dernier, nos braves sénateurs ont souhaité rester sur le système actuel, avec la technique dite « du fléchage » (je te laisse lire par ici et par là). Ce qui veut dire qu’en 2020, on va continuer à voter pour le maire de sa commune (ce qui est bien sûr important, ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit) alors qu’on sait pertinemment que l’essentiel des compétences vont relever plutôt de la métropole. Et qu’une démocratie un peu plus « directe » devrait s’imposer également, sans quoi l’on risque de reproduire un désintérêt du citoyen si son vote s’il n’a pas d’impact direct sur la vie de la cité, désintérêt que l’on peut voir se manifester pour d’autres élections.

Bon, je te livre là, comme souvent ami lecteur, mes réflexions en cours. En 2020 nous aurons les première élections à Metz et dans les 43 communes alentours dans le cadre de cette nouvelle métropole. Et qu’il ne faudra pas rater ce virage. Il va donc falloir s’y intéresser, ce que je continuerai à faire ici même, et ailleurs.

Parce que c’est important, la métropole.

/////////////

PS : oui, au fait, j’oublie toujours de le signaler, mais tu peux suivre les mises à jour de ce blog via la page Facebook qui lui est consacrée. Je me dis que si tu es arrivé jusqu’ici, c’est que le contenu doit t’intéresser 🙂

Sortir à Metz – 27 avril au 1er mai 2018

Force est de reconnaître que c’est un peu plus tranquillou en propositions de sortie, cette période, ami lecteur. Des vacances scolaires, une succession de jours fériés qui arrive… le calme avant la tempête de la frénésie culturelle de juin et du début de l’été ? Sans doute.

Du coup je n’ai même pas produit de petit article le week end dernier (malgré un joli concert de Josef Leimberg aux Trinitaires). Et ce week end aussi pourrait sembler un peu plus calme. Mais en y regardant bien, tu peux largement trouver de quoi ne pas t’ennuyer.

Déjà, il y a une nouvelle exposition du côté de Pompidou-Metz. Après le très bon Japanorama, en parallèle du non moins passionnant Dumb Type qui s’arrête bientôt (et de l’Aventure de la Couleur à voir jusque 2019) c’est le lancement de Couples Modernes ce soir, « exposition interdisciplinaire consacrée aux couples de créateurs, tels que Pablo Picasso et Dora Maar, Robert et Sonia Delaunay, Georgia O’Keeffe et Alfred Stieglitz, Charles et Ray Eames… »

Et je continue à citer, parce que ça donne envie : « Qu’ils soient officiels, clandestins, exclusifs ou libres, ces couples mythiques formés par des artistes tels que Jean Arp et Sophie Taeuber-Arp, Man Ray et Lee Miller, Eileen Gray et Jean Badovici, unissent non seulement les peintres, sculpteurs, photographes, architectes, designers, poètes, écrivains, mais aussi des musiciens, danseurs, performeurs et mécènes. Ils constituent à eux seuls des zones fertiles d’échanges, de confrontations et d’influences où fructifient les œuvres, les concepts et les mouvements.« .

Le vernissage est donc ce vendredi à 19h, suivi d’une Revue moderne et d’un Bal moderne (par le CCN – Ballet de Lorraine), pour conclure une soirée qui s’annonce bien sympa.

Pour samedi, tu pourras hésiter entre l’ambiance guinguette d’un autre bal, à mille temps celui ci, du côté de l’Aérogare, ou la soul d’Ayo à la BAM.

Mais pas d’hésitation pour ce qui est du 29 avril, ami lecteur : tu me trouveras assurément au 7(7)Café. Tu vas me dire, avec ton impertinence proverbiale, qu’il n’y a pas qu’à cette date qu’on m’y trouve. Certes, mais là je pense que tu ferais bien d’y être aussi. Parce que pour un dimanche soir à Metz, le bar de la rue Sainte Marie t’offre une occasion rare d’entendre Rafiq Bhatia. Son nom ne te dit peut être pas grand chose, mais c’est le guitariste génial qui officie dans les excellents Son Lux (et qui a aussi notamment enregistré avec Lorde et Sufjan Stevens).

Envolées instrumentales, audacieuses, puissantes, la session live en vidéo ci dessous indique qu’il y a tout pour qu’on prenne une GROSSE claque au 7(7).

À noter que les Son Lux seront aussi de passage à la BAM le 27 juin, autre rendez vous qu’on ne manquera pas.

Et puis pendant ce week-end, tu pourras aussi naviguer entre la jam session du vendredi (avec Les charlatans) au Troubadour et celle du samedi (jazz) à la Chaouée, ou aller voir les DJ résidents mixer au 7(7)Café (les amis Oggy le vendredi et Herr 2003 le samedi).

Le 30 avril, si tu veux du punk tu vas en avoir. Et pas qu’un peu. C’est du côté du Chateau 404 que ça se passe et le plateau est conséquent : Guerilla Poubelle, Good Friend, The last Luckk, Melvyn, Tony Fomblard. Rien que ça. Ça se passe avec l’infatigable Chaise Musicale, jamais bien loin quand il y a une grosse prog punk dans le coin.

Et puis nous serons le premier mai. Et le premier mai, c’est la fête du travail, camarade. Comme l’impressionnante course la Messine, après 6 éditions à cette date symbolique, a eu la très bonne idée de se placer deux jours avant, dimanche 29, la place de la République sera libre pour le traditionnel défilé syndical. Ce sera à 10h (oui, du matin, ça change). Et pourquoi même ne pas enchaîner par la fête du Chiffon Rouge à Woippy ? Je te dis ça parce là aussi, ami lecteur, autant qu’au Centre Pompidou-Metz ou au 7(7) Café, tu as de bonnes chances de me croiser.

////

PS : j’en profite -sans transition- pour te signaler que ces billets de blog sont en partenariat avec les amis de Metz Today (un web quotidien auquel tu ferais bien de t’abonner) qui ont l’amabilité de les relayer !

Sortir à Metz – 13 au 15 avril 2018

Ami lecteur, je crois que j’ai bien fait de reprendre cette rubrique en avril : il y a de quoi faire.

Déjà ce week end commence par un vendredi 13, dont je ne sais pas si pour toi il est synonyme de chance, de malheur ou de osef. En tout cas un coup d’oeil sur l’article wikipedia concernant ce sujet m’a appris que la phobie du vendredi 13 s’appelle la paraskevidékatriaphobie. Joli mot, certes, qui fait un nombre de points non négligeable au Scrabble, mais qui, à part ça, tu en conviendras, est une information que sur une échelle d’utilité de 1-10, on peut s’accorder à noter relativement proche de 1.

Et pourtant les mots, oui ami lecteur, les mots, ce sont bien eux qui vont animer une partie de notre week end (je vais finalement remonter la note d’utilité de paraskevidékatriaphobie juste pour cette transition). En effet le festival le Livre à Metz est inauguré demain sur la Place de la République, à 17h15. Enfin malgré cet horaire, les chapiteaux sont accessibles dès 10h demain matin (il y avait même un warm up dès le jeudi soir). Tout le programme est par là. Et évidemment, comme chaque année, il y a plein de trucs.

Pour ma part je me laisserai sans doute tenter par la Nuit de la Radio, le débat Réfugiés à Metz, le Goûter d’écoute Arte Radio et le Grand entretien avec Raphaël Glucksmann. Mais le Livre à Metz c’est surtout chaque année l’occasion de flâner entre les stands des librairies messines (et notamment celui du Carré des Bulles qui vaut toujours le détour), de boire un verre à l’un des bars sympas qui sont sur la place ou à l’Arsenal, en faisant semblant de lire les trois premières pages d’un ouvrage qu’on vient d’acheter, pour faire le malin, au soleil (info météo non contractuelle).

« C’est bien joli ton truc, mais ça ne nous dit pas ce qu’on va faire de nos soirées ! » me feras tu remarquer, avec la pertinence et l’impatience à la fois qui te caractérisent si bien.

Eh bien pour les soirées, il y a aussi le choix. Vendredi, je pense que tu aurais tort de rater le génial Forever Pavot, de passage aux Trinitaires.

Étrangement, je trouve d’ailleurs que sa musique accompagne à merveille un week end littéraire, mais je ne saurais te dire pourquoi. Peut être ce côté « bande son d’un film 70’s ». En tout cas, ça vaudra assurément le détour, comme ce live chez Culturebox m’en a convaincu.

Et puis juste avant il y a les potes luxembourgeois de No Metal in This Battle. Et là, ce n’est pas qu’une première partie à écouter d’une oreille distraite.

Mais si tu n’es pas convaincu -je ne t’en veux pas, promis- n’hésite pas à faire un tour à la Chaouée pour une soirée des infatigables Mâche un truc.
Au programme : Zad Kokar, Black Metal For My Funeral et le beau lofi-rock folk de Miles Oliver.

Samedi soir, il y a Kalash à la BAM (si si, tu vois forcément de quoi on parle).
Mais te connaissant, je me dis que tu vas peut être plus facilement te laisser tenter par la soirée Jurassic Park organisée par le Bloggers cinema Club chez Bliiida. Au programme… Jurassic Park, forcément. Le premier, faut pas déconner. Et un DJ set jurassique des très bons Baguette Crew qui ont retravaillé plus d’une centaines de samples du classique de Spielberg pour cette soirée.

Enfin, peut être es tu dinophobe (oui, pour en revenir au début de cet article, il semblerait que ça existe). Dans ce cas, tu pourrais venir au 7(7)Café venir écouter un mix de mp3 que j’aurai sélectionné avec amour. C’est de 22 heures à 02 heures. Et j’aurais grand plaisir à t’y croiser.

Après tout cela, dimanche, nous serons fatigués, sans doute.
Alors on ira se poser au soleil, place de la République.
Pour lire un livre (ou faire semblant).

************

Comme chaque semaine, les oublis de cet article

Vendredi 13 x Aérogare
Gros plateau punk : PKRK + DIEGO PALLAVAS + THE SHOT
Les infos sont par là

Sortir à Metz – 6 & 7 avril 2018

[préambule]
Ami lecteur, après la reprise-à-moitié de mardi, et malgré un blog qui n’est pas encore tout à fait fonctionnel, je ne me suis pas découragé. À tel point que je tente même des rubriques, comme ça, hop.

Et celle-ci s’appellera donc, « Sortir à Metz », puisque je n’hésite pas non plus à faire dans la disruption au niveau du titre.

(non bon ok, c’est un peu nul, mais je n’avais pas vraiment d’idée, et puis au moins on sait ce qu’il y a dedans)

Et puis toujours en préambule on peut préciser que les choix seront à la fois très subjectifs, et parfois (mais pas trop) inspirés par mes lieux de travail (La Cité musicale – Metz, en gros). Et cette semaine c’est un peu le cas.
[/préambule]

Or donc cette semaine, ami lecteur, je vais un peu squatter aux Trinitaires, pour deux concerts qui m’enthousiasment par avance.

Vendredi, c’est Chaton, Malik Djoudi et Voyou. Trois artistes qui chantent en français, mais chacun dans un registre assez décalé par rapport à ce que l’on appelle en général « La Chanson française ». Il y a donc Chaton, dont tu as sans doute entendu parler si tu te tiens un peu au courant de l’actualité musicale. Autant dire, même que c’était difficile de passer à côté (Le Monde, Les Inrocks, ou Poly, ou encore ce live chez Nova, entre – nombreux- autres). Assez loin de la passion qu’il semble susciter (c’est génial / c’est nul / osef), de mon côté j’ai juste été touché par ses paroles, une première fois par le morceau qui l’avait fait connaître l’an dernier grâce aux amis de La Souterraine, Poésies, mais peut être encore plus par J’attends en bas, que voici que voilà.

Et puis on avait eu l’occasion de jouer avec lui, avec zéro degré, en décembre dernier, au Hasard Ludique. Il était vraiment sympa, ce Chaton, et son live tout autant.

Demain, il aura également Malik Djoudi. C’est quand même de sacrés bons morceaux aussi. Ce Sous Garantie, par exemple ça me fait le même effet que Poésies, je l’écoute une fois, je l’ai dans la tête deux jours. Et ensuite j’écoute les paroles un peu plus attentivement, d’une oreille moins distraite. Et je trouve ça bon, simplement. Tout l’album est chouette, je te le recommande vraiment.

(et puis il y aura aussi Voyou, vendredi, dont pour le moment je suis moins fan, mais dont le live pourrait bien me surprendre, paraît il… son dernier clip est par là)

Samedi, changement de registre, on ne sera pas là pour rigoler, avec les américains de Protomartyr. Protomartyr, je trouve ça tellement bon sur disque que si les mecs sont au niveau en live ça risque d’être une très très grosse claque… post punk ? Noise ? Je ne sais pas vraiment, mais on ne doit pas être trop loin. Rock en tout cas, assurément. Et donc j’attends ce concert avec impatience, avec même une légère appréhension d’être déçu-mais-on-va-se-dire-que-non. Le clip de A Private Understanding devrait te permettre de te faire une idée.

(tiens en réécoutant, en tapant cet article, je viens de retrouver à qui ce morceau me faisait un peu penser… aux incroyables Lift to Experience que je te partage du coup, parce que ça le vaut bien)

Samedi, il y aura aussi Electric Electric, qui sont de bon pourvoyeurs de claques sonores dans la figure également, quand ils sont en forme. Et ils sont très souvent en forme, ce qui tombe plutôt bien.

Il y aura aussi Ex Mio, duo dans lequel on retrouve l’ami Marietta, avec Olivier Demeaux (qui officiait aussi dans Cheveu). Ils ont créé ce projet en quelques jours, pour le festival Mofo, voilà le résultat.

Autant te dire que je suis bien content qu’ils ne se soient pas arrêtés à ce one shot, pour que je puisse les voir samedi soir.

Voilà, ça sera tout pour ce premier Sortir à Metz. J’espère que ça va te donner autant envie qu’à moi.
On se croise ce week end ?

/////

[Bonus Track]
– une bonne after dansante pour la soirée Chaton / Djoudi / Voyou : le camarade Robuste mixe au 7(7) Café, vendredi, de 22h à 02h du matin !

France Culture – La Grande table d’été

Vendredi, ami lecteur, l’itinérante Grande table d’été de France Culture se posait à Metz, à l’Hôtel de Ville, à l’invitation de Constellations. Et je me suis retrouvé invité dans cette émission joliment intitulée Metz, capitale des imaginaires, en compagnie notamment de Chapelier Fou, de Mélina Farine (auteure, faut il le rappeler, du joli dernier clip de zéro degré), des Backstage Rodéo…

Et c’était fort sympathique.

Déjà, j’ai pu faire de belles métaphores à base de sachets de thé.

Surtout, on a évoqué Musiques Volantes, Les Trinitaires, le Festival de science fiction de Metz (1976-1986), les Rencontres Internationales de musique contemporaine (1972-1992)… et c’était surtout une occasion parfaite de passer Messin plutôt que français dans la radio.

Et tu peux écouter tout ça ici.

Metz, Capitale Européenne de la Culture en 2028 ?

« La capitale européenne de la culture est une ville désignée par l’Union européenne pour une période d’une année civile durant laquelle un programme de manifestations culturelles est organisé.

L’idée de désigner une capitale européenne de la culture a été émise en 1985 par l’actrice devenue ministre de la Culture de la Grèce Melina Mercouri et Jack Lang, ministre de la Culture français afin de rapprocher les Européens en mettant en avant la richesse et la diversité des cultures du continent. Le programme est géré par la Commission européenne et le titre attribué chaque année par le Conseil de l’Union européenne avec l’appui d’un groupe d’experts culturels chargés d’évaluer les proposition des villes candidates. Plus de 50 villes ont été ainsi désignées depuis le début du programme.

La préparation d’une capitale européenne de la culture est souvent l’occasion pour les villes désignées de mettre en place des programmes de renouvellement urbain, de mettre en avant ou changer l’image de la ville et de lui faire gagner un profil international. »

Oui ami lecteur, tu l’auras remarqué, je ne me suis pas foulé pour cette introduction, tout droit extraite de la page Wikipedia sobrement intitulée « Capitale européenne de la culture ». Après tout ça a le mérite d’être clair, et il faut reconnaître qu’on n’a pas si souvent l’occasion de citer Melina Mercouri.

Mais pourquoi ce billet maintenant, me demanderas tu ? Eh bien, il se trouve que cette idée est revenue sur le tapis par l’intermédiaire d’André Rossinot pas plus tard que mardi dernier.

André Rossinot, ancien maire de Nancy (de 1983 à 2014, soit 31 ans, ce qui est joli score) est actuellement président de la Métropole du Grand Nancy. Il se trouve que mardi, il laissait son siège de président du Sillon Lorrain à Jean-Luc Bohl, président de Metz Métropole. Le Sillon Lorrain est un Pôle métropolitain porté par les quatre intercommunalités de Thionville, Metz, Nancy et Epinal, l’idée (plutôt bonne) étant de bosser ensemble afin de mener « des actions d’intérêt métropolitain en matière de développement économique, de promotion de l’innovation, de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la culture, d’aménagement de l’espace (…) et de développement des infrastructures et des services de transports.« , nous disent les lois du 16 décembre 2010 et du 27 janvier 2014. Et pour le reste tu iras lire par ici parce que bon, je ne vais pas tout te recopier à chaque fois non plus.

Donc mardi, André profitait de sa passation de pouvoir amicale à Jean-Luc pour lâcher cette idée, comme ça, hop.
Mais ça paraît avoir du sens.
Le sillon a déjà permis, via une candidature commune, d’obtenir le label French Tech en 2015, par exemple. Et puis Metz à fait de « Métropole Art & Tech » le sous titre de sa marque de territoire Inspire Metz, comme tu peux le constater sur le visu à droite, là. Enfin Metz et Nancy continuent à miser sur la culture (Constellations de Metz en est cet année un exemple) avec des budgets non négligeables qui y sont consacrés chaque année (je connais moins les situations de Thionville et Epinal, mais promis j’y jetterai un oeil à l’occasion), et le nombre d’équipements culturels de nature à accueillir spectacles, expositions, conférences… est amplement suffisant sur le territoire.

Cette idée n’est d’ailleurs pas tout à fait nouvelle. On la retrouve, pour Metz , dans un rapport du Conseil Economique et Social Local de 2010, intitulé « Metz 2030, capitale culturelle de la Grande Région« , que tu peux trouver ici et dont voici la conclusion :

« A présent, vous êtes libres de vous en aller ou, si vous le souhaitez, d’enchaîner votre journée par une soirée de spectacles soit à l’Arsenal, à l’Opéra, au Centre Pompidou, soit à la Salle des musiques actuelles, aux Arènes, au Centre dramatique, à l’espace Koltès… Après une telle journée, vous êtes désormais le supporter le plus fervent à la candidature de Metz pour devenir la prochaine Capitale européenne de la Culture… »

On retrouve également cette idée dans le programme du Metz2014.com d’Emmanuel Lebeau, plus proche encore de la version d’André Rossinot : « Accueil de l’exposition universelle/internationale ou tout autre événement international type capitale européenne de la culture, de nature à symboliser le travail de toute la Lorraine dans la reconquête de son rôle moteur : Lorraine 2025. » nous disait il dans une page dédiée au « destin commun » de Metz et Nancy, avant les municipales de 2014.

L’idée semble donc plutôt pertinente, on est encore dans le timing (la prochaine Capitale Européenne de la Culture française sera pour 2028 et la décisions devrait se prendre en 2023)… mais tu me connais ami lecteur, je vais ajouter quelques nuances à ce bô tableau.

La première que je vois est luxembourgeoise. Il se trouve qu’en 2022, nos amis et voisins du Luxembourg auront leur capitale européenne de la culture. Ce sera officiel en septembre, mais tout porte à penser que ce sera Esch-sur-Alzette, notamment parce qu’il me semble que c’est la seule candidate. Et autant te dire que pour Esch 2022, tout est déjà en place : https://esch2022.lu/. De manière tout à fait cohérente avec son territoire, la candidature d’Esch intègre la CCPHVA, joli acronyme qui, comme tu le sais, bien entendu, désigne la communauté de communes du Pays-Haut Val d’Alzette. Cette communauté de commune est la voisine directe de Thionville, comme tu peux le voir sur la carte à gauche, juste là. Bon, ça n’empêche rien en soir, mais lorsque le jury se sélection se réunira en 2023 pour désigner la ville française capitale européenne de la culture, ils vont peut être se souvenir qu’ils étaient 10 bornes plus loin l’année d’avant.

Deuxième nuance, le sillon lorrain ne va pas être seul sur le coup. Nous avons notamment Clermont-Ferrand qui est chaude comme la braise : déclarée en 2015, la ville lance en octobre Effervescences, un évènement pour lancer cette candidature. Voilà le teaser.

Tu auras noté la conclusion « Embarquez pour un voyage inédit vers la Capitale Européenne de la Culture ». Je t’ai dit, chauds patates, ils sont, à Clermont.

Voilà ami lecteur, les quelques réflexions que je me faisais à la lecture de cette proposition lancée par André Rossinot. Il y a certes les nuances que je viens d’évoquer, mais nul doute que les atouts du territoire sont de nature à ce que la piste soit crédible. Et puis quelque chose me dit que si André l’a lancée comme ça, le sujet a déjà dû être un peu creusé. Alors sans nul doute y reviendra t on ici.

Edit du 17/07/2017
Confirmation d’Olivier Bianchi, Maire de Clermont-Ferrand et Président de Clermont Communauté : ils sont chauds patates.

Musiques Volantes

Ami lecteur, ce serait mentir de te dire que je n’ai pas en mémoire de nombreux et chouettes souvenirs du festival Musiques Volantes. Des découvertes musicales impressionnantes, des scénographies étonnantes, un festival à échelle humaine à la convivialité plus que plaisante. Certains de ces souvenirs avaient été d’ailleurs été consignés sur ce blog, avant qu’un énième changement de version ne fasse sombrer ces archives dans les limbes des internets.

Mais tu me connais, ami lecteur, je ne jette rien. Alors voilà, à l’occasion de la vingt et unième édition qui a débuté le 4 novembre dernier et qui se terminera ce week end avec une programmation impressionnante sur la colline Sainte Croix et aux Trinitaires, je te propose de fouiller un peu dans les archives pour tenter de te retrouver les billets que j’avais pu publier à l’occasion de l’une ou l’autre édition du festival. Peut être procèderai-je quelques modifications (notamment les liens hypertextes eux mêmes tombés dans les douves des internets, ou pour tenter de retrouver des photos disparues), mais c’est en tout cas sur ce billet ci que je ferai cette mise à jour que j’espère quotidienne.

Et c’est parti !

mv13MV XIII (part I) – nous sommes en 2008, et la treizième édition de Musiques Volantes commence par une virée au Luxembourg (à l’encore récent Exit 07) et une soirée à l’Arsenal (avec Alva Noto !)… (la suite)

MV XIII (part II) – suite de la treizième édition de Musiques Volantes, aux Trinitaires cette fois, avec quelques déceptions, de bonnes surprises, et deux bien belles soirées… (la suite)
.
.
.
musiques-volantes12MV XII – Episode 1 – la compression de Gaspard – se retrouver avec zero degré à L’Autre Canal le même soir qu’un live de Justice (qui aura d’ailleurs une petite panne d’électricité)… (la suite)
.
.
.
mv10MV X (Part 1) – nous sommes le 10 novembre 2005, et il se trouve que je me retrouve à jouer sous un petit chapiteau avec Maddy Faetherstone, projet éphémère, mais un beau moment. Et ce soir là, il y avait aussi les incroyables The Organ… (la suite)

MV X (Part 2) – Daedelus, Giant Metal, Elysian Fields, Daniel Givens, P-Love & Matt Kelly et le furieux Jake The Rapper… (la suite)

Le Monkey Show

Le Monkey Show a ouvert ses portes le 28 mai dernier, rue des Roches, en lieu et place de La Scène qui avait donné une ambiance piano bar / one man show à ces lieux pendant quelques années. Avec le Monkey Show, pas de doute, le sympathique caveau a basculé du côté du rock.monkey-show

J’étais allé faire un tour dans ce bar au moment de l’ouverture (à laquelle nous avions d’ailleurs failli participer avec melatonine, ce n’est sans doute que partie remise), mais forcément, en été, les terrasses l’ont emporté, et j’y étais repassé seulement une ou deux fois jusqu’à la rentrée. Parce que oui, ici, point de terrasse et peu d’ouvertures vers l’extérieur : une fois passée la porte d’entrée on est dans un caveau, un peu sombre mais vaste, convivial et chaleureux, dans lequel il fera plutôt bon passer l’hiver. Et si je t’en parle aujourd’hui, ami lecteur, c’est parce mes deux dernières visites (dont l’une vendredi dernier) m’en ont largement convaincu.

Comme la rue des Roches n’est pas très passante, que tu ne passeras probablement pas devant le Monkey Show par hasard, tu franchiras sans doute ses portes une première fois pour un concert. Et tu auras raison : si la programmation est d’ordinaire menée par la nouvelle équipe qui occupe les lieux (et notamment l’ami Pierre Dechaume, que l’on a déjà pu croiser à la basse chez Sipping) il se trouve aussi que l’association Boumchaka prend également part à cette programmation. Et en ce début novembre, je peux ainsi te confirmer qu’il était bon de se retrouver sur les concerts qu’ils ont proposé, sur fond de jours fériés.

Le 1er novembre, c’est d’abord le rock stoner psyché de Mars Red Sky, qu’on avait la (bonne) surprise de retrouver au caveau du Monkey, étant donnée la notoriété du groupe. Et ça valait clairement le détour.

Mars Red Sky, Monkey Show #Metz

Une photo publiée par Nicolas Tochet (@nicolastochet) le

Tiens, d’ailleurs, puisqu’on parle de ce trio français, j’en profite pour te recommander le très chouette film réalisé pour leur titre Alien Grounds : c’est par ici.

Deuxième jour férié, deuxième concert : en ce 11 novembre, c’est The Animen qui est venu remuer le Monkey Show.

THE ANIMEN #Metz Poke @asso_boumchaka @theanimen

Une vidéo publiée par Nicolas Tochet (@nicolastochet) le

Bon, l’extrait ci-dessus ne te donnera pas forcément une bonne idée de l’efficacité du rock du groupe suisse. Mais cette vidéo de leur tube My Pretty Bellerina devrait par contre éventuellement te convaincre.

En tout cas, l’un comme l’autre de ces concerts valait clairement le détour… d’autant que l’entrée est systématiquement gratuite !

Mais si l’on entre une première fois au Monkey Show pour assister à un concert, il est probable que l’on aie l’envie d’y rester ou d’y retourner juste pour l’ambiance du bar : le maître des lieux (Hugo) et son équipe sont extrêmement sympas, la playlist orientée rock / metal ne conviendra sans doute pas à toutes les oreilles mais a le mérite d’un choix assumé (j’ai entendu vendredi deux fois les messins de Tess dans la playlist, et le public du bar reprendre les refrains du Chop Suey de SOAD…) et cohérent avec la programmation des concerts, les bières ne sont pas (trop) chères et le choix en alcool fort est conséquent. Si l’on ajoute à ça un concert par semaine (à minima), un blindtest chaque lundi soir et une ambiance assez festive (de ce que j’ai pu en juger les soirs de week end) il serait dommage que le Monkey Show ne devienne pas une halte hivernale de tes pérégrinations musicales, dans un parcours entre l’historique Comédie Café (situé à 50m à peine) et les déjà incontournables 7(7) Café et Troubadour, sur ce versant de la colline messine qui se révèle décidément très animé depuis quelques années… ce qui n’est pas pour me déplaire, comme tu t’en doutes, ami lecteur !

Zikametz

img_295Ami lecteur messin et amateur de concerts dans ta ville, il ne t’aura pas échappé que depuis une semaine a lieu le festival Zikametz. Pour les autres, c’est un festival dédié aux « musiques actuelles » au sens large, particulièrement éclectique, et porté par l’association Zikamine et qui se déroule essentiellement aux Trinitaires.

Et c’est déjà la treizième édition, ce qui ne nous rajeunit pas. Ce qui me rajeunit d’autant moins, c’est quand je fouille un peu dans les archives des versions antérieures de ce blog, dont je n’ai remis en ligne qu’une petite partie. Je suis donc retombé sur ce billet consacré à la quatrième édition du festival, dont j’étais à la fois spectateur et un peu acteur : nous y jouions en effet avec melatonine. Je remet donc en ligne ce billet, en ayant corrigé une partie des liens (qui pointaient beaucoup vers myspace, souviens-toi ami lecteur).

Voilà donc un voyage dans le temps vers septembre 2007.

TF1 – Week end à… Metz

Oui ami lecteur, tu as peut être pu m’apercevoir quelques secondes sur la première chaîne de télévision française pour évoquer Les Trinitaires, un lieu « insolite » parmi d’autres « Bons plans » Capture d’écran 2016-06-04 à 11.46.34messins. On notera d’ailleurs qu’ils ne se sont pas trop plantés, entre l’épicerie Baci pour aller grignoter et la péniche L’Aparté pour la nuit.

En tout cas ça a été diffusé le 30 avril, alors que le tournage avait eu lieu le 24 mars, lors du concert de Dookoom et DOPE D.O.D. Et dans la vidéo ci-dessous, une fois que tu auras passé les 60 secondes de pub, c’est à peu près à 5mns que tu verras ma tête (que l’on qualifiera ici par honnêteté intellectuelle de « post-apéro »).