Neuf semaines tout court

Oui alors bon, je voulais publier ce billet il y a quelques jours, comme titre ça faisait « 9 semaines et demi », c’était un peu lol, mais là plus du tout. Tant pis, ça m’apprendra.

En tout cas, nous y voilà ami lecteur, nous sommes à 9 semaines du second tour des municipales (et 8 semaines du premier, comme tu l’auras immédiatement déduit avec ton habituelle perspicacité). Autant dire que ce n’est pas tout à fait la dernière ligne droite, mais que ça commence à y ressembler. Il est donc temps de faire un petit point sur les différentes listes en présence, qui, même s’il ne sera définitif qu’avec le dépôt desdites listes le 6 mars, devrait nous donner un bon aperçu du paysage de campagne que l’on devrait retrouver d’ici là. Le voici, le paysage, liste par liste.

#

1. Dominique Gros

Le candidat : Dominique Gros – Maire sortant (par ailleurs conseiller général et vice président de Metz-Métropole). Une petite bio chez Wikipedia.

La liste : liste constituée pour une bonne part (plus de la moitié) de militants PS, notamment de l’équipe sortante mais avec une ministre en renfort, mais aussi d’EELV (7), du PC (3), du MoDem (4) et de la société civile. Quelques noms : Aurélie Filippetti, Richard Lioger, William Schuman, Isabelle Kaucic, Hacène Lekadir, Danièle Bori, Jean-Michel Toulouse, Marie-Anne Isler-Béguin, Guy Cambianica…

En ligne :
Site : www.dominiquegros2014.fr/
Facebook : www.facebook.com/pages/Dominique-Gros/479078625545294 (lancée le 23/11/2013, 369 mentions j’aime)
Twitter : twitter.com/dgmetz14 (lancée le 23/11/2013, 338 abonnés)

IRL : un local de campagne au 8 rue des Clercs (qui pour l’anecdote était occupé en 2008 par… Jean-Marie Rausch)

#

2. Marie-Jo Zimmermann

La candidate : Marie-Jo Zimmermann – conseillère municipale d’opposition (par ailleurs député). Une petite bio chez wikipedia.

La liste : pas encore de précisions, mais on y retrouvera sans doute une bonne part d’UMP, mais aussi UDI, Modem, société civile. Quelques noms : Patrick Thil, Martine Nicolas, Jérémy Aldrin, Nathalie Colin-Oesterlé, Thomas Friang, Christine Singer, Alain Thon,…

En ligne :
Site : www.mjz-metz2014.fr
Facebook : www.facebook.com/mjzmetz (lancée le 13/01/2014, 267 mentions j’aime)
Twitter : https://twitter.com/MJZMetz (lancée le 11/01/2014, 208 abonnés)

IRL : un local de campagne au 12, Place Saint Simplice.

#

3. Françoise Grolet

La candidate : Françoise Grolet – pas dans le conseil municipal aujourd’hui (par ailleurs conseiller régional de Lorraine).

La liste : pas de détails pour le moment, mais ça devrait être une liste clairement FN, avec en tout cas Thierry Gourlot juste derrière Françoise Grolet. Quelques noms : Jean-Michel Rossion, Jean-Pascal Launay, Emmanuel Dumoulinet, Alain Séris… une question : http://www.youtube.com/watch?v=fuzSeidoz2A ?

En ligne :
Site : www.pourmetz.fr
Facebook : www.facebook.com/pages/Françoise-GROLET/315912765149722 (lancée le 20/05/2012, 267 mentions j’aime)
Twitter : twitter.com/fgrolet (lancée le 01/06/2012, 1070 abonnés)

IRL : un local de campagne au 6, rue du Pont Moreau à Metz.

#

4. Jacques Maréchal

Le candidat : Jacques Maréchal, conseiller municipal élu sur la liste d’union de Dominique Gros en 2008, mais un peu dans l’opposition aujourd’hui.

La liste : labellisée front de gauche, avec toutes les complexités déjà évoquées ici. Quelques noms : François Mercier, Nora Benhamida, Hélène Pochard, Hasret Kilic, Andre Michel.

En ligne :
Site : www.metz-lhumaindabord.fr
Facebook : www.facebook.com/pages/Jacques-Mar%C3%A9chal/273062819485212 (lancée le 01/01/2014, 145 mentions j’aime)
Twitter : https://twitter.com/JM_Metz14 (lancée aujourd’hui même ! 30 abonnés)

IRL : chez le PCF, au 7 rue des Freres Lacretelle.

#

5. Basta !

Le candidat : Stéphane Aurousseau

La liste : fusion de deux listes potentielles « à la gauche de la gauche », les communards et les diviseurs, décrites ici. Quelques noms : Nelly Louvigny, Denis Maciazek, Daniel Delrez, Fouad Harjane

En ligne :
Site : ?
Facebook : www.facebook.com/pages/Basta/1379598638929166 (lancée le 10/10/2013, 176 mentions j’aime)
Twitter : ?

IRL : ?

#

6. Les autres

Il n’est pas impossible que quelques listes supplémentaires viennent se rajouter à ce paysage. On avait déjà évoqué une potentielle liste Lutte Ouvrière (d’ailleurs Nathalie Artaud fait un petit détour par Metz le 16 février), mais des initiatives comme celle de Xavier Kormann pourraient encore surprendre. 

En tout cas, depuis 1995, il y a toujours eu au moins sept listes aux éléctions municipales à Metz. On verra ce que nous réservent ces neuf semaines… et les 39 jours qui nous séparent du dépôt des listes.

D’ici là, je te souhaite une bonne soirée. Et je te dis à demain… avec des classements !

Revue de presse 2013

Ami lecteur, nous voilà en 2014, je te souhaite donc plein de bonnes choses pour cette année qui se présente devant nous. On va espérer qu’elle soit animée et passionnante bien entendu, mais aussi apaisée et fraternelle. Et ça c’est moins sûr.

Voilà les trois dates des principales échéances qui concernent le sujet de ce blog (les municipales à Metz, pour ceux qui seraient vraiment arrivés ici par hasard et qui auraient omis de lire le titre) :

  • jeudi 6 mars 2014, dans 64 jours : date limite de dépôt des listes
  • dimanche 23 mars 2014, dans 81 jours : premier tour
  • dimanche 30 mars 2014, dans 88 jours : second tour  (d’ailleurs, tiens, tant qu’à faire, voilà un petit rappel des règles du jeu).

En attendant ces échéances qui, comme tu le vois, vont arriver bien vite, nous venons de laisser 2013 derrière nous et j’ai profité de ce premier janvier pour mettre à jour la petite revue de presse que je tiens sur scoop.it.

Voilà, ça te fait un peu de lecture si toi aussi tu avais un peu de retard dans ces infos.

Bon début d’année à toi, à très vite pour la suite.

Baromètre twitter politique Metz – un dernier pour la route

3 mois.

Un peu plus de 3 mois depuis la dernière fois où j’ai posté un article sur ce blog. C’est long, je sais. Mais c’est passé vite, je t’assure. Et un peu moins de 3 mois avant le second tour des municipales, à Metz comme ailleurs en France. C’est long ? Peut être. En tout cas ça va passer vite.

Parce que oui, ami lecteur, depuis mon dernier post les dates des municipales sont tombées : elles se dérouleront les dimanche 23 (premier tour) et 30 mars (second tour) 2014.

Bien entendu, il y a plein d’autres infos qui sont tombées ces dernières semaines. Et je tâcherai de t’en faire un petit condensé dans les jours qui viennent.

Il faut en effet le signaler, ce blog arrive toujours comme premier résultat sur le moteur de recherche le plus utilisé dans nos contrées quand on y tape « municipales metz ». Alors voilà, j’ai conscience de la responsabilité d’information qui m’incombe et de l’importance de ma tâche d’informer le citoyen.

Non, je déconne bien sûr, tu me connais maintenant. Mais bon, il vaut mieux qu’il y ait des articles à jour quand même. Alors voilà un dernier baromètre Twitter pour 2013, qui porte sur l’activité de nos personnalités politiques locales sur le réseau social (ou site de microblogage, comme tu préfères) jusqu’au 30 novembre.

Quelques commentaires en vrac sur ce classement

1. pour le moment, j’ai choisi de laisser dans le classement les personnalités politiques comptabilisées jusqu’à présent, que l’on ait pu apprendre qu’elles devraient être sur une liste (Aurélie Filippetti), ne pas y être (Jean-Pierre Masseret) ou qu’on ne sait pas trop mais qu’à priori non (Nathalie Griesbeck). On fera le tri dans les semaines qui viennent, lorsqu’on aura de la composition de liste officielle à se mettre sous la dent. 

2. de la même manière, je n’ai pas intégré tous les noms que La Semaine a dégainé en dévoilant en avance (joli coup !) la partie PS de la liste de Dominique Gros. Là aussi, attendons un peu d’officialisation avant d’y aller franchement.

3. Aurélie Filippetti devrait rester en tête de ce classement jusqu’en mars. Voire même jusqu’en 2020 (sauf si elle supprime son compte ou quelque chose comme ça).

4. sur le podium, ça ne bouge pas trop. Mais ça aurait dû : Jérémy Aldrin, assez actif en septembre aurait pu y reprendre sa deuxième place. Mais depuis, d’autres ont activement tweeté, il reste donc derrière, dans l’ordre, Thomas Scuderi, Françoise Grolet et Christine Singer

5. Deux entrées à remarquer en novembre : Hacène Lekadir, qui semble lui aussi s’être mis à tweeter plus activement depuis la rentrée et… Dominique Gros, donc le compte a été créé une semaine à peine avant la fin du décompte pour ce classement (le 30 novembre) et qui rentre à la dixième place.

Voilà, je rappelle que ce classement est fait sous un algorithme complètement bricolé par moi même à base de pas grand chose (les followers et les tweets), qu’il ne reflète donc qu’une partie de l’activité sur twitter des gens concernés et surtout pas ce qu’ils font en vrai sur le terrain, tout ça. Je préfère préciser, parce que bon, certain(e)s ont pu se sentir vexé, paraît-il.

Bref, j’espère te croiser ici rapidement, histoire de te la souhaiter bien bonne, là il est trop tôt.

En tout cas, d’ici là, ne te vexe pas trop facilement et porte toi bien.

Baromètre novembre 2013

  1. Aurélie Filippetti
  2. Thomas Scuderi
  3. Françoise Grolet 
  4. Christine Singer 
  5. Jérémy Aldrin 
  6. Jean-Pierre Masseret
  7. Nathalie Griesbeck
  8. Anne Fritsch-Renard
  9. Hacène Lekadir
  10. Dominique Gros

Et du côté des partis / sections / groupes politiques locaux :

  1. Nouveau Centre 57
  2. PS Metz
  3. PCF Metz 
  4. Pour Metz
  5. Modem Metz

Baromètre twitter politique Metz / mai – juillet 2013

Comme j’ai un peu de retard, je te livre directement, comme ça, hop, les classements des trois mois qui viennent de s’écouler. Tu les trouveras en dessous de l’article.

Quelques commentaires en vrac sur ce trimestre qui vient de s’écouler :

1. Aurélie Filippetti est loin. Elle gagne 4000 followers par mois. Elle twitte de temps à autres, notamment, en juillet à propose de l’incontournable festival d’Avignon. S’invitera t elle dans la campagne à Metz ?

2. pas de doute, le FN est, lui, bel et bien en campagne à Metz. En dehors d’un site remis à jour très souvent, Françoise Grolet twitte régulièrement sur les sujets qui animent l’actualité messine. Résultat : elle prend la 3e place du classement.

3. j’avais oublié Christine Singer ! La nouvelle secrétaire démocrate du Parti Libéral Démocrate (elle a quitté le MoDem) est bel et bien sur twitter depuis 2009. Et elle pas mal tweeté ces derniers mois. Elle arrive donc à la 8e place du classement.

4. Jérémy Aldrin, lui, tweete moins. Il passe de la 5e à la 3e place du classement.

5. que s’est il passé en mai ? Alors que la moyenne du nombre de tweets mensuels pour ce top 10 est entre 45 et 60, en mai on passe subitement à 92. Un bel emballement, qu’on retrouvera peut être à la rentrée.

6. du côté des principales têtes de listes attendues pour 2014, ça ne twitte pas encore. Dominique Gros et Marie-Jo Zimmermann n’ont pas de comptes, et Nathalie Griesbeck n’utilise plus le sien depuis 2012 (mais elle pour s’appuyer sur un bon réseau de followers quand elle s’y remettra : elle en a encore gagné 70 ce trimestre, et dépasse désormais les 2100). Alors pour quand ces “comptes de campagne » (si je puis dire) : septembre ? Octobre ?

Baromètre mai :

  1. Aurélie Filippetti
  2. Thomas Scuderi 
  3. Françoise Grolet (+1)
  4. Jérémy Aldrin (-1)
  5. Jean-Pierre Masseret
  6. Nathalie Griesbeck
  7. Christine Singer (E)
  8. Nathalie Colin Oesterlé
  9. Anne Fritsch-Renard (-2)
  10. Christiane Pallez (-1)

Et du côté des partis / sections / groupes politiques locaux :

  1. Nouveau Centre 57
  2. PS Metz
  3. PCF Metz 
  4. Pour Metz (+1)
  5. Modem Metz (-1)

Baromètre juin :

  1. Aurélie Filippetti
  2. Thomas Scuderi 
  3. Françoise Grolet (+1)
  4. Jérémy Aldrin (-1)
  5. Jean-Pierre Masseret
  6. Nathalie Griesbeck
  7. Anne Fritsch-Renard (+2)
  8. Nathalie Colin Oesterlé
  9. Christiane Pallez (+1)
  10. Christine Singer (-3)
  1. PS Metz (+1)
  2. Nouveau Centre 57 (-1)
  3. PCF Metz 
  4. Modem Metz (+1)
  5. Pour Metz (-1)

Et enfin, le baromètre du mois de juillet :

  1. Aurélie Filippetti
  2. Thomas Scuderi 
  3. Françoise Grolet
  4. Jean-Pierre Masseret (+1)
  5. Jérémy Aldrin (-1)
  6. Nathalie Griesbeck
  7. Anne Fritsch-Renard
  8. Christine Singer (+2)
  9. Christiane Pallez
  10. Nathalie Colin Oesterlé (-2)
  1. PS Metz
  2. Nouveau Centre 57
  3. PCF Metz 
  4. Pour Metz (+1)
  5. Modem Metz (-1)

Scoop !

Oulah. Deux mois déjà, me signale Tumblr sous le dernier billet, depuis sa parution. Je t’avoue que je ne les ai pas trop vus passer, je fus bien occupé. Et pourtant, il y a eu des rebondissements ces derniers mois dans notre série “municipales à Metz ». Pour en prendre un au hasard, tiens : « Metz 2014 : vers un ticket Griesbeck – Zimmermann

Bon ok, ce n’est pas complètement au hasard. On peut même dire que c’est, par rapport à ce que je disais dans mes posts précédents, l’info essentielle de ces deux mois.

En tout cas, non, ce blog n’est pas, promis a une évaporation certaine, tel le Dallas en prime time sur TF1. Je dirais même que, un peu comme Jean-Marie Rausch passant en couleurs en 1980, il bénéficie de remarquables évolutions technologiques. Ainsi ce petit truc avec des images qui bougent à droite, là, qui t’emmèneras vers un Scoop.it qui me permet de compiler les articles qui traitent des municipales dans nos chers médias locaux (ou ailleurs).

J’avoue aussi que j’ai un peu galéré pour pour ce petit truc, notamment parce qu’il ne permet pas d’antidater les articles pour les remettre à leur date de parution. Ce qui m’a incité à indiquer la date dans le commentaire en dessous de chaque article. Mais finalement à coups de mots-dièse, on peut faire des trucs assez sympas.

Genre : 

les articles où l’on parle d’Emmanuel Lebeau

ou

les articles de mai 2013

Enfin tu vois quoi.

Alors certes, pour ensuite consulter les articles de certains de ces médias tu devras disposer d’un petit code d’accès (oui oui, Républicain Lorrain, c’est de toi que je parle !).

Mais avoue que toute la poésie qui se dégage de cette accumulation de titres vaut déjà son pensant de cacahuètes.

Baromètre twitter politique Metz – avril 2013

Réjouis toi, ami lecteur : le baromètre décompte désormais également la progression du nombre de followers d’un mois sur l’autre. La formule a donc été très légèrement revue mais cela n’implique pas de gros changements au classement.

Comme tu es attentif, tu m’as également fait remarquer que j’avais omis le compte @ModemDeMetz dans le classement : l’oubli est réparé (il arrive d’ailleurs directement dans le top 5 au détriment du compte du groupe EPAM qui en sort). J’ai également fait le choix d’ajouter @JPMasseret au calcul : le Président du Conseil Régional était en effet 55e sur la liste de Dominique Gros en 2008 et rien ne dit qu’il n’y sera pas à nouveau l’an prochain.

Voilà donc ce que donne le classement arrêté au 30 avril.

  1. Aurélie Filippetti : la ministre de la culture est hors compétition. Elle a gagné 4784 followers en avril. Rien que ça…
  2. Thomas Scuderi très actif sur twitter ce mois ci (240 tweets) prend la seconde place du podium à…
  3. Jérémy Aldrin 
  4. Françoise Grolet : 76 tweets ce mois ci. La campagne est lancée du côté du FN.
  5. Nathalie Griesbeck : plus d’activité depuis près d’un an… mais ses 2000 followers tiennent encore Nathalie Griesbeck dans le classement.
  6. Jean-Pierre Masseret : le compte twitter du Président du Conseil Régional est mis à jour assez régulièrement et s’appuie sur une communauté de followers “à échelle régionale” (près de 1400).
  7. Anne Fritsch-Renard
  8. Nathalie Colin Oesterlé
  9. Christiane Pallez
  10. Emmanuel Lebeau

Et du côté des partis / sections / groupes politiques locaux :

  1. Nouveau Centre 57 (86 tweets en avril)
  2. PS Metz
  3. PCF Metz 
  4. Modem Metz que j’avais omis dans le classement de mars
  5. Pour Metz (FN)

Est ce que, comme du côté de la météo, on peut s’attendre à des changements dans les semaines qui viennent ? Réponse en juin !

Les acteurs à droite

Ami lecteur tu pourras me le reprocher : j’ai pris mon temps pour cette mise à jour.

Je dois t’avouer que le mois d’avril (durant lequel, si tu es messin comme moi, il est à peu près assuré que tu ne te sois pas découvert d’un fil) est passé vite, très vite même, et fût extrêmement chargé. J’ai donc eu peu de temps pour me pencher sur le sujet de ce blog.

Et puis après un “Les acteurs à gauche” il était bien logique d’en arriver à “Les acteurs à droite”. Et la droite, ailleurs je ne sais pas, mais à Metz c’est compliqué. Ca ne pouvait donc pas se résumer en 500 caractères. 

Bon, pour ce qui est de la droite de la droite (non, mon doigt n’a pas rippé en provoquant une répétition malheureuse de “de la droite”, je parle bien de l’extrême droite), ça devrait être assez simple.

Du côté du FN, en effet une candidate déjà déclarée (depuis une dizaine de jours) : Françoise Grolet. Mais aussi un numéro 2 de liste (Thierry Gourlot), un site internet, un compte twitter,… Après des municipales en 2008 manquées à Metz faute de candidats, le FN messin espère donc bien peser sur celles de 2014, en surfant sur les scores de Françoise Grolet dans le canton de Metz 1 (45,1% au 2e tour des cantonales de 2011 contre Dominique Gros, dans une élection marquée par 60% d’abstention). On rappellera qu’à Metz, aux dernières régionales, le FN a fait 12,8% (pour une liste emmenée par Thierry Gourlot), et aux dernières présidentielles 17,3% (pour Marine Le Pen), soit des scores assez proches du niveau national du FN (+1,4% aux régionales, -0,6% aux présidentielles). Le contexte national sera donc sans doute lourd de conséquences sur ce score potentiel. Et la présence en force du FN local dans le public du dernier Conseil Municipal en rajoute une couche : ils ne sont pas là pour faire de la figuration, comme le dirait si bien Jean-Michel Larqué.

Bref, jusque là, c’est assez clair. 

Pour la droite traditionnelle messine, c’est une autre histoire, mais qu’on ne va pas la refaire ici. On va juste en ressortir deux points en préambule, et puis, comme il faut bien avouer que certains valent le détour, on aura l’occasion de revenir sur l’un ou l’autre d’ici l’année prochaine.

1. depuis 1989, il y a toujours deux listes de droite au deuxième tour à Metz. En 1995, 2001 et 2008, c’est Marie-Jo Zimmermann qui menait une liste contre Jean-Marie Rausch, en 1989 c’était Denis Jacquat (notons que 1989 est un cas un peu à part, puisque Jean-Marie Rausch était ministre d’ouverture du gouvernement et soutenu par le PS, la présence d’une liste de droite pouvait sembler légitime).

2. en 2008, Marie-Jo Zimmermann disposait de l’investiture UMP au premier tour (ce qui semblait bien légitime, avec les deux députés locaux du parti aux deux premières places), puis se l’est vue retirée au second au profit de Jean-Marie Rausch. Résultat aujourd’hui : deux groupes politiques d’opposition dans le conseil municipal, le premier comprenant notamment le Secrétaire Départemental UMP (P. Thil) et le Délégué national des Jeunes Actifs de l’UMP (J. Aldrin), le second étant mené par les deux députés UMP locaux (MJ Zimmermann et D. Jacquat). 

Après la division qui a donc provoqué la défaite de 2008, la droite appelle bien entendu, dans la perspective de 2014, à l’union. Et ils sont nombreux.

Patrick Thil, Secrétaire Départemental de l’UMP, appelle à l’union, en créant une association ouverte en janvier dernier. Il dit également sans détours qu’il a toujours “envie d’être maire de Metz”.

Nathalie Colin-Oesterlé se réjouit de l’appel à l’union de Patrick Thil, ayant déjà créé son association Metz Génération 2014 et appelé à des primaires (en comptant bien y être candidate). Qui plus est, pour l’UDI, Metz fait partie d’un “arc centriste” et bénéficie à ce titre, d’une attention nationale du mouvement.

Jean-Louis Borloo à Montigny-les-Metz par denisarre

Cela explique peut être d’ailleurs le mercato qui fait un peu bouger les lignes des partis centristes à Metz.

Parce qu’au centre, il y a encore Nathalie Griesbeck, qui elle aussi considère que “la meilleure façon de battre Dominique Gros serait de réussir l’unité”. Mais qui dans le même temps ne croit “pas du tout à l’unité de façade”. Alors on pourrait penser qu’elle commence à être un peu isolée : avant le départ volontaire de Catherine Singer du Modem, Stéphane Martalié et Thierry Jean s’étaient retrouvés exclus du mouvement pour avoir figuré -et avoir été élus- sur la liste de Dominique Gros en 2008. Mais ce serait oublier un peu vite les 15% réalisés au premier tour de dernières municipales, déjà pratiquement sur son seul nom.

L’union, c’est également ce que souhaite Emmanuel Lebeau. Le leader de Metz2014.com, déjà candidat en 2008 et dont la liste avait finalement fusionné avec celles de Marie-Jo Zimermann et Nathalie Griesbeck au second tour, avait même fixé un ultimatum au premier mars pour trouver un accord sur une tête de liste, avant de se ranger sur une échéance (qui semble désormais unanimement accepté) à la rentrée de septembre.

Fusion Zimmermann Griesbeck Lebeau par Journal_BASANGO

Aurais je oublié du monde à droite, ami lecteur ?

Je plaisante : il reste bien entendu les deux poids lourds locaux de l’UMP, députés des 2e et 3e circonscriptions de Metz : Denis Jacquat et Marie-Jo Zimmermann. Régulièrement présents au second tour des municipales à Metz (1989 et 1995 pour DJ, 2001 et 2008 pour MJZ), comment ne pas songer qu’il s’agit là à nouveau des mieux placés pour conduire une liste d’union pour les prochaines échéances ? Au jeu des pronostics, Marie-Jo Zimmermann semble d’ailleurs prendre de l’avance : en dehors de sa présence au second tour des dernières municipales, elle a réussi à se construire, conseil municipal après conseil municipal, l’image de l’opposante naturelle (et modérée) du maire actuel.

Reste les questions essentielles : des primaires ? Un accord négocié ? Et puis surtout : tout ce petit monde va t il réussir à cohabiter sur une seule et même liste ? Certains, comme l’ami JCDR, semble absolument convaincu que non. Pour ma part je dirais simplement que les négociations vont être rudes. Et passionnantes à suivre.

Ca tombe bien, on est là pour ça !

A bientôt donc, ami lecteur.

Baromètre twitter politique Metz – mars 2013

Ce qui est bien quand on fait son propre blog politique, ami lecteur, c’est qu’on peut s’inventer ses propres outils, d’autant que la mode semble être au bricolage. Alors voilà le premier, un beau baromètre twitter des personnalités politiques messines. 

image

Au départ, je dois t’avouer que j’étais parti pour faire un truc un peu plus vaste que “simplement twitter”, en y ajoutant le réseau social encore aujourd’hui de loin le plus fréquenté, facebook. Mais là, force est de constater que c’est un joyeux bordel. Il semblerait que la plupart des partis locaux n’aient pas compris la différence entre un profil (aka “journal personnel” en langage facebook) et les pages. Ce n’est pourtant pas d’un niveau trop complexe, mais pour rester aimable, on dira que ça ne semble pas encore entré dans les usages.

“oui, mais un profil c’est plus facile pour se faire des amis, on peut les inviter directement”

Certes. Mais ce n’est pas parce que c’est le plus “facile” que c’est le bon usage, d’ailleurs tu le constateras d’autant plus durement que la plafond des 5000 amis (ce que je ne peux que te souhaiter, chère section ou “circo” locale) s’approchera de ta tête jusqu’à ce que tu t’y cognes. Aïe.

Par ailleurs, les pages de nos personnalités locales correspondent plutôt à de réelles pages “persos” (même si les messages politiques y sont courants).

Bref, je veille, mais difficile d’en tirer des conclusions pour le moment.

Ceci étant je pense, là aussi, que la campagne “officielle” venant, on y verra un peu plus clair.

Pour ce qui est du baromêtre twitter, voilà ce qu’on peut en dire ce mois ci. Il prend pour le moment trois paramètres : activité (nombre de tweets), nombre de followers, nombre de tweets total. Je prendrai également en compte à partir du mois prochain la progression du nombre de followers sur un mois. On passe tout ça dans une moulinette magique (encore un peu en construction, j’avoue) et ça donne ça.

  1. Aurélie Filippetti : 20 tweets ce mois ci (dont une jolie série sur les jeux vidéos) ce n’est pas énorme. Mais en même temps, avec près de 62000 followers, la Ministre de la Culture reste forcément hors concours pour un petit moment.
  2. Jérémy Aldrin : une petite avance sur le nombre de followers par apport à Thomas Scuderi permet cette deuxième place pour mars.
  3. Thomas Scuderi : 70 tweets ce mois ci, c’est le record (69 pour Jeremy Aldrin, c’est serré).
  4. Françoise Grolet
  5. Nathalie Griesbeck : plus d’activité depuis près d’un an… mais son petit matelas de 2000 followers tient Nathalie Griesbeck dans le classement.
  6. Anne Fritsch-Renard
  7. Nathalie Colin Oesterlé
  8. Christiane Pallez
  9. Emmanuel Lebeau
  10. Nathalie de Oliveira

Et voilà le classement pour ce qui est des partis locaux (sections, groupes politiques,…) :

  1. Nouveau Centre 57 (grâce à ses 60 tweets en mars)
  2. PS Metz, qui disposait de 666 followers au 31 mars, soit le chiffre le plus important
  3. PCF Metz que j’avais évoqué dans mon dernier post
  4. Pour Metz (FN) nouvellement arrivé
  5. EPAM le groupe politique PS élu à la Mairie de Metz

 

Voilà ami lecteur, n’hésite pas à me faire part de tes remarques dans les commentaires, et rendez vous le mois prochain pour voir si ce baromètre est un outil à garder en main… ou à ranger rapidement au fond de la boîte.

Les acteurs à gauche

Ami lecteur, après avoir hier présenté la règle du jeu, il est maintenant bien temps de présenter les acteurs et d’envisager les listes qui pourraient être en lice à Metz en 2014. Et nous allons commencer par la gauche, où, de prime abord, la situation paraît assez simple. 

Simple, même si lors des dernières municipales à Metz, on peut dire qu’il y avait du monde à la gauche de la gauche. Ainsi, la liste du Parti des Travailleurs, qui après un score de 1,3% en 2001 (413 voix) a obtenu 0,6% en 2008 (211 voix). Je ne sais pas si tu étais au courant (moi en tout cas non) mais ledit Parti des Travailleurs est devenu en 2008 le Parti Ouvrier Indépendant. Et il a présenté à Metz des candidats aux dernières cantonales et législatives. J’aurais donc tendance à pronostiquer une présence également aux prochaines municipales, même si la constitution de la liste ne doit pas être évident : il faut en effet trouver 55 personnes pour être sur la liste en question (voir également le billet d’hier), et je me dis qu’avec 211 voix à l’arrivée, ça ne fait pas tant de candidats potentiels.

Lutte Ouvrière a également présenté des listes lors des deux dernières municipales, obtenant 4,2% en 2001 puis 1,3% en 2008, une chute suivant la tendance nationale (que l’on pourrait qualifier de post-Arlette Laguiller). Le mouvement n’avait pas présenté de candidats aux cantonales de 2011, mais était bien présent aux dernières législatives. On peut supposer qu’il le sera également lors des municipales.

La chute du nombre de voix des deux listes précitées entre 2001 et 2008 à Metz a peut être également été provoquée par la présence de la Ligue Communiste Révolutionnaire aux dernières municipales messines, qui a rassemblé 2,9%.

Ces trois listes de “la gauche de la gauche” ont donc représenté peu ou prou 5% des voix aux cours des municipales des années 2000.

Dans le même temps, on pouvait noter l’absence du Parti Communiste, ou plutôt sa présence sur une liste d’ “union de la gauche”, conduite en 2001 comme en 2008 par Dominique Gros. “Et en 2014, alors ?” me demanderas tu, avec l’impatience qui te caractérise. Eh bien pour 2014… on ne sait pas. Un tweet envoyé un peu rapidement par le compte twitter du PCF Metz (qui m’avait d’ailleurs échappé jusqu’ici) et supprimé depuis,  comme le rapporte Le Républicain Lorrain, annonçait :

Le PCF Metz se prononce à une forte majorité pour une liste autonome Front de gauche pour les élections municipales.

Un peu hâtif sans doute, le calendrier pour cette décision étant fixé à l’automne, comme le rappelait Danièle Bori dans notre quotidien local à peine quelques jours plus tôt. Mais le tweet supprimé ne faisait finalement que mettre en lumière la position nationale actuelle du Front de Gauche par rapport au PS dont il faut bien envisager la possibilité qu’elle se traduise au moment des municipales par un plus grand nombre de liste autonome. Les seules fois qu’une liste PCF s’est présentée aux municipales à Metz, elle a oscillé entre 3,5% (1995) et 4,5% (1989). Pas assez pour fusionner donc, ce qui rentrera également sans doute en ligne de compte au moment du choix stratégique (et politique) à venir. A suivre, donc.

Pour ce qui est d’Europe Ecologie Les Verts, je t’avoue que j’ai trouvé peu d’éléments. Un site messin qui n’a pas été mis à jour depuis un an (et ce n’est d’ailleurs pas mieux sur facebook), un René Darbois qui y croit, tout en insistant pour que les Verts continuent à participer à l’exécutif local, tout semble plaider pour une participation d’EELV à une liste d’union de la gauche conduite par le PS. Ou plutôt… presque tout. Il ne faut pas en effet oublier les dissensions qui semblent exister au sein d’EELV Metz,et avoir éclaté l’an dernier avec un certain nombre de démission au sein des instances locales du mouvement en juillet 2012. Ils fixaient à l’époque les municipales en point de mire de leur action à venir. Pas de traces depuis, mais il fallait tout même le mentionner.

Last but not least, le Parti Socialiste bien entendu, qui a remporté les dernières municipales à Metz avec comme tête de liste le maire actuel et 48,3% des suffrages exprimés dans une triangulaire. Des indices concordants semblent indiquer que Dominique Gros reparte en campagne, avec l’objectif de faire gagner la gauche pour la seconde fois dans toute l’histoire de la ville, et accessoirement de faire un second mandat. Et puis les instances nationales du PS jugent finalement, dans un article du monde, la situation de Metz “plus solide” que ce qui avait pu être évoqué auparavant. Alors il n’y a pas de raison.

Quand à savoir avec quelles personnalités sur la liste, quels alliés… eh bien ça va demander à ce que tu suives un peu ce blog, ami lecteur, parce que je crois que ce billet est déjà bien assez long pour entamer le sujet là tout de suite. 

Je te dis donc à bientôt !

La règle du jeu

Ami lecteur, j’avais entamé un premier billet pour envisager les listes qui pourraient être en lice pour les municipales de 2014 à Metz. Il va en effet bien falloir rentrer dans le vif du sujet, alors que nous sommes très probablement à moins de 350 jours du premier tour.

Très probablement ? Oui (habile transition, n’est ce pas ?), il n’y a là dessus pas encore de certitude sur le calendrier. C’est en effet un décret qui doit fixer la date du scrutin.image Pour ce qui est des élections de 2008, d’ailleurs, le décret en question avait été pris en octobre 2007, soit moins de 6 mois avant le premier tour. Dans l’attente febrile de cette décision, on pourra se hasarder à pronostiquer une reconduction des dates de 2008, soit le 9 mars 2014 (dans 344 jours, donc), puis le 16 mars, dans l’éventualité d’un second tour.  

L’éventualité ? Oui (le roi de la transition aujourd’hui, décidément), si une liste obtient au premier tour la majorité absolue des scrutins exprimé ainsi que le quart au moins des électeurs inscrits, hop, cette liste est élue directement et on s’arrête là. C’est arrivé à Metz en 1983* (en même temps il n’y avait que deux listes).

Dans le cas contraire, on arrive au second tour (le dimanche suivant), et ça se complique un tout petit peu. Lors de ce second tour, toutes les listes ayant obtenu au moins 10% des suffrages exprimés peuvent se maintenir.  A Metz, ça a par exemple conduit à la présence de 4 listes en 1995*. En outre, les listes ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés peuvent fusionner avec une liste ayant donc obtenu au moins 10% des suffrages exprimés. Lors des dernières municipales messines, en 2008, les listes de Nathalie Griesbeck (14,7% au premier tour) et Emmanuel Lebeau (5,6% au premier tour) ont ainsi fusionné avec celle de Marie-Jo Zimmermann (16,7% au premier tour)*, la nouvelle liste constituée (parfois surnommée Zimbeaubeck) intégrant des candidats figurant sur chacune des listes fusionnées. Ca va jusque là ?

Bon.

Depuis tout à l’heure je te parle de “listes”. En dehors du fait que ce billet est en train de me faire prendre du retard pour aller faire des courses, les élections municipales pour les villes de plus de 3500 habitants (et bientôt également pour les communes entre 1001 et 3500 habitants) sont en effet un scrutin de liste (et plus exactement d’un scrutin proportionnel de liste avec prime majoritaire, mais je vais y revenir). Ces listes doivent être constituée d’un nombre de candidats correspondant au nombre de conseillers municipaux de la ville en question. Pour les villes de 100 000 à 150 000 habitants, comme Metz, il s’agit donc de listes de 55 candidats. Les listes sont constituées de manière paritaire chabada (alternance “un homme et une femme” ou “une femme et un homme” sur la liste).

“Un scrutin proportionnel de liste avec prime majoritaire” ? Oui, et j’en arrive là à la fin de cet indispensable mais un peu fastidieux billet : la liste arrivée en tête au premier tour, quelque soit son score, obtient la majorité absolue du nombre de conseillers municipaux (la “prime majoritaire”). Une fois cette prie attribuée, les “reste” est attribué en fonction des scores de chacune des listes au dernier tour (l’aspect “proportionnel”).

Avec un exemple, ça sera plus clair (enfin j’espère) : en 2008, la liste conduite par Dominique Gros obtient 48,28% des voix. Au conseil municipal, il obtient donc 28 élus (la majorité absolue des 55) + 13 (48,28% des 27 postes restants), soit 41 conseillers municipaux. Les deux autres listes, ayant obtenu 27,4 (Jean-Marie Rausch) et 24,3% (la liste fusionnée évoquée un peu plus haut, si tu suis un peu) obtiennent chacune 7 conseillers municipaux.

Tous ces heureux élus se réunissent ensuite lors d’un premier conseil municipal, pour élire à leur tour le maire (en général la tête de liste de la liste ayant remporté les élections, ce qui semble logique).

Ouf. C’était un peu long, tu m’en excuseras. Mais il paraissait important de définir plus clairement la règle du jeu avant d’aller plus loin.

En tout cas, n’hésite pas, si tu as des questions ou des remarques, à les formuler dans les commentaires ci dessous, c’est là pour ça.

Et à demain (très probablement) pour la suite !

* tous ces chiffres sont disponibles dans le superbe tableau déjà évoqué régulièrement ici même.