Transition

Ami lecteur, si tu ne me suis pas sur Facebook, c’est une information qui t’avait peut être échappée, mais je change d’activité professionnelle. Tiens, voilà le post qui expliquait ça, fin septembre.

Hier soir donc, je quittais la Cité musicale-Metz, en l’occurence l’Arsenal, une dernière fois. En tout cas symboliquement, parce que j’ai encore quelques bricoles à y finir dans les semaines qui viennent. Mais disons que je n’y aurai plus d’activité quotidienne. Et puis je suis immédiatement monté dans un TGV pour Paris. Ce n’était pas dans l’intention de dire « ciao, je me barre à la capitale en laissant tout derrière moi ». L’explication est beaucoup plus bobo, j’avais simplement prévu d’aller au Pitchfork Music Festival Paris : le festival commence ce soir (jeudi), et est précédé de deux jours de Pitchfork Avant-Garde.
Mais je dois finalement reconnaître que cette transition involontairement précipitée était la bienvenue.

Le petit routing de la soirée d’hier :

Avé Maria, dans le 11e (1 Rue Jacquard)

Voir cette publication sur Instagram

Avé Maria. Les plats : KFC (sic) et Amazonian Fish & Chips.

Une publication partagée par Nicolas Tochet (@nicolastochet) le


Petit restau / bar orienté Amérique latine dans la déco, la musique, les cocktails (8€) et une partie des plats (l’ensemble étant plutôt « cuisine du monde »). Lesdits plats frôlent les 20€ sans les atteindre et sont (pour les deux qu’on a pris en tout cas) conséquents en terme de quantité et plus qu’honorable pour la qualité. Il faut aimer les goûts mélangés et les épices, disons (et c’est mon cas). Merci Salomé pour le conseil, ça nous éviter d’errer dans le 11e en hésitant devant chaque restau.

Pan Piper, toujours dans le 11e (2-4 impasse Lamier).

Je n’avais jamais mis les pieds dans ce lieu. Apparemment ça a ouvert en 2012, et ça pourrait même sembler être plus récent, tout apparaissant très… neuf. Ça pourrait manquer un peu de charme (notamment le hall) mais la salle (environ 500 places) font très bien le job. Indice Pinte de Bière : 7€. En l’occurence c’était l’un des sept lieux qui accueillent le Pitchfork Avant-Garde, les deux jours de « découvertes de groupes exaltants » avant le démarrage du Pitchfork Paris Festival à la Villette. Quand on est arrivés c’est O-Olivier Marguerit qui terminait son set, et les trois morceaux qu’on a pu entendre laissaient entrevoir une belle écriture de pop française, et ici bien porté par un groupe efficace (avec notamment Halo Maud à la guitare). Je vais aller réécouter ça de ce pas.
Mais nous étions venus pour voir Trevor Powers : même si je n’avais pas écouté le moindre morceau du bonhomme sous ce nom, j’avais aimé son incarnation Youth Lagoon. Belle confirmation ici : des morceaux qui peuvent apparaitre déstructurés mais se font toujours rattraper par des mélodies prenantes, et la voix de Trevor Powers qui se cache derrière des filtres mais qu’on parvient à deviner pleine de sensibilité.

Une soirée bien dépaysante par rapport aux journées précédentes, donc. Et cette impression de changer de vie, ailleurs… même si bien entendu, en réalité, c’est un complètement fake. D’une part parce que je ne pense pas qu’un changement professionnel soit le bouleversement d’une vie, loin de là. D’autre part parce que je reviens à Metz ce week-end.

Mais bon, l’impression est là, profitons en.

Un commentaire

Laisser un commentaire