Présidentielle 2017, premier tour : le désenchantement

D’une certaine manière, ami lecteur, j’avais réglé la question en janvier.

Avec la victoire de Benoît Hamon aux primaires de la Belle Alliance Popu… oui ok, à la primaire du PS quoi, je savais que je voterai pour lui au premier tour de la présidentielle. Au second tour, eh bien j’espérais que je pourrais voter pour lui aussi. Et s’il ne passait pas le premier tour, je voterais simplement pour le candidat censément le plus « à gauche ». Dans ce cadre, sachant que je vote à chaque élection, que ne vote pas blanc, et comme je continue à classer le Front National à la droite de la droite (y a pas que moi hein, le ministère de l’intérieur fait pareil) la question du second tour est pour moi réglée également.

Hop, problem solved.

Bon, ok, jusque là c’était facile. D’ailleurs la campagne m’a conforté dans mon choix.

Même si je ne sais bien qu’il n’est pas apparu par magie au PS dernièrement, qu’il a fait partie du gouvernement Valls 1 (pas longtemps), Hamon a continué de m’apparaître particulièrement aimable par ses côtés humains, tout en évoquant des sujets qui faisaient sens pour moi. Démocratie, écologie, bien sûr. Mais c’était particulièrement le cas pour les questions de l’automatisation / numérisation et de la fin de travail, trop vite caricaturés par une « taxe robot ». C’est en tout cas un thème qui, tu le sais si tu lis un peu par ici, m’anime depuis un moment. Le revenu universel qui a focalisé toute l’attention n’est finalement qu’une conséquence de ce postulat de base, qu’il est tout à fait possible de contester mais auquel je crois fondamentalement. Surtout, je pense que c’est absolument déterminant et que ne pas le mettre au coeur d’un projet politique (ou pire, l’oublier) en 2017 est une erreur.

Ma question de vote était donc réglée. Mais d’avoir arrêté un choix ne m’a pas fait oublier de suivre la campagne, tu me connais. J’aurais bien voulu te la narrer un peu plus ici, d’ailleurs, mais j’ai (as usual) manqué de temps.

Et donc, oui, j’ai regardé un bon paquet nombre de meetings et de discours en streaming, de Hamon, donc, de Mélenchon bien sûr, parce que je pouvais souvent me sentir proche des idées qu’il portait, mais aussi de Macron (qui sait ?), de Fillon et Le Pen (et même des vidéos youtube d’Asselineau, mais là je pense que ça relève d’une forme de déviance). Dans la mesure du possible et du temps que l’on a à y consacrer, au fil d’une campagne il me semble toujours important d’écouter ce qui se dit dans ces meetings. Même (et peut être surtout) chez les candidats pour lesquels on pressent que l’on ne va pas voter. Ce qui s’y dit, mais aussi ce qui s’y hue ou ce qui s’y siffle.

Et à bien des égards, cette campagne m’a parue consternante. Au delà des affaires, c’est la division qui s’affirme entre « les gens » (comme dit Mélenchon avec affection), élection après élection, qui me fatigue. Je te vois venir : sans doute suis-je du côté des bisounours, ok, mais j’assume.

Rares étaient les discours (et ils étaient plutôt chez Hamon et Macron) qui n’avaient pas pour absolu postulat de départ de commencer par démolir, « dégager », ceux qui ne pensent pas la même chose qu’ils soient élites, oligarques, journalistes, banquiers, bobo ou islamogauchistes. Cette vilaine habitude de ne plus voter que « contre », faute de propositions convaincantes, semble maintenant être passée dans les discours de politiques qui commencent par trouver contre qui ils se placent, avant de savoir pour quoi ils sont.

Cette ambiance me fait songer qu’il est loin d’être plié ce second tour. Les insoumis de Mélenchon vont, semble-t-il, pour une part aller à la pêche (voir ici et ici) avant de préparer les législatives . Du côté de Fillon, je m’attends à ce que ce soit du 50/50 (le le « oh non » audible ici à 1’15 me semble assez révélateur, tout comme le désormais fameux « la presse on vous encule« ). Et nombre d’électeurs de NDA ou Asselineau (oui ok, je sais, mais c’est toujours 1% quand même) devraient pencher plutôt du côté de Le Pen. Macron est donc en position de force, bien entendu, mais ce n’est pas gagné. Et j’en profite pour te conseiller le billet de l’ami Paul Didier par ici, qui exprime tout ça très bien aussi.
On va attendre les premiers sondages à gros échantillons et le débat du 3 mai pour y voir plus clair.

Alors cette campagne et cette soirée de premier tour me laissent avant tout l’impression d’un désenchantement, dans le sens weberien du terme.
Le froid constat qu’à part Hamon et Mélenchon qui faute d’avoir réussi à s’entendre ont juste échangé leurs places respectives, les sondages avaient à peu près prévu le résultat dès la mi-février et en tout cas les deux finalistes. Et notamment celui du CEVIPOF, avec son échantillon de 11000 personnes.
Je savais donc que le candidat pour lequel j’allais voter allait être très bas.
Je savais qu’on aurait un goût amer dans la bouche, alors qu’un membre de la famille Le Pen est à nouveau au second tour, mais sans les manifestations dans la rue, sans doute parce que les résultats étaient justement tellement attendus.
Comme si, tout était s’annoncer simplement à gérer, plus rien à imaginer.

Et pourtant, ami lecteur, je pense que cette vaste redistribution des cartes qui s’annonce (et ce dès les législatives) va laisser justement la place de réinventer la France politique des dix, quinze ou vingt ans qui s’annoncent.

Alors pour ma part j’irai voter au second tour. Puis je laisserai mon imagination courir à son combat contre le désenchantement.

Un commentaire

Laisser un commentaire