Sortir à Metz – 29 novembre-2 décembre 2018

Tu vois ami lecteur, je te disais pas plus tard que dans le dernier billet qu’il fallait que je prenne l’habitude de les rédiger le jeudi plutôt que le vendredi. Cette semaine en apporte la démonstration.

En effet cette semaine, dès ce jeudi soir il faudra faire un choix (cruel). D’un côté, les 20 ans de la Maison de l’Etudiant (MDE pour les intimes) que Boumchaka a choisi de fêter en Beatbox. Et on risque de prendre une bonne claque technique avec Alexinho (Champion du monde de Beatbox) et SARO (champion du Grand Beatbox Battle 2017). Avantage : ça commence à 18h, donc tu peux enchaîner cet apéro avec l’une des autres soirées.

À 20h c’est le Système Friche à l’Arsenal : Xavier Charles et Jacques Di Donato, accompagnés par 15 musiciens (dont Erik M, Isabelle Duthoit, Soizic Lebrat…) pour une musique expérimentale, libre et défricheuse. Un peu dur de te faire une idée ? Voilà une vidéo d’un live enregistré cet année à la Maison de la Radio.

Et ce n’est pas terminé pour ce jeudi. À la Chaouée, c’est la folk du colombien Jay Bird accompagné par les amis d’Instase (plutôt pop progressive). À noter que Jay Bird sera aussi au café M-Tiss samedi 1er, si tu le rates jeudi.

Et, last but not least, l’impressionnant Matt Elliott sera aux Trinitaires accompagné par VACΛRME. On a connu Matt Elliott dans son incarnation Third Eye Foundation, puis dans ses beaux albums de folk hantée, émouvants au possible. Ces concerts sont toujours des moments uniques, et pour celui-ci sa musique sera enrobée par le trio à cordes VACΛRME et on ne peut attendre que le meilleur de cette fusion. Et c’est l’ami Jan Mörgenson qui vient célébrer la sortie d’un nouveau disque, en première partie.
Si tu ne connais pas encore Matt Elliott, ce morceau, mis en images par les amis de Fensch Toast, devrait achever de te convaincre que c’est à découvrir.

Le vendredi paraîtra du coup presque calme en comparaison de ce jeudi dense. Une soirée métal à La Chaouée (Dust Valley + RapturFarm + RedneckBonfire), une soirée 90’s à l’Aérogare… en tout cas on ira prendre l’apéro à La Face Cachée pour le Anone duo japonais d’électro pop !

Et c’est plutôt du côté du Chateau 404 qu’on trouvera la proposition la plus originale : « SEXMIAM : De l’amour, du flou, du bruit et des performances ». Une soirée +18 donc, avec un beau plateau de live : Avale, Benjamin et SuperMusique, mais aussi expos, performances, projections (de vidéo). Tiens, on se met un peu de SuperMusique pour s’ambiancer avant cette chouette soirée qui s’annonce (et avoir encore un peu l’impression que c’est l’été).

Samedi, du blues à l’Aérogare, l’Orchestre national de Metz (dans un programme de Paris à Broadway) à l’Arsenal, une soirée noise et violente, froide et passionnante à La Chaouée avec notamment les excellents Shizuka et Choisir le pire, un DJ set de DUEL au 7(7) Café (sur lequel je ne vais pas m’étendre vu que je fais partie du duo DUEL, donc je t’en redonnerai vite des nouvelles). Et puis la sortie d’un nouvel album du Singe Blanc est toujours un évènement, qu’il fêteront aussi samedi au Chateau 404 en bonne compagnie (La Bergerie et Rien Virgule).

Mais voilà, je ne serai pas objectif pour ce samedi. En effet, si je n’étais pas au 7(7) Café en train de passer des mp3, je prendrais sans nul doute un Mettis vers la BAM pour voir L’Impératrice mais surtout être au premier rang pour Grand Blanc, dont je n’ai pas cessé d’être fan. Et surtout je ne me remets toujours pas de leur magnifique dernier album, Images au mur. Tout comme cette version (presque) unplugged de Ailleurs.

Un groupe dont j’espère qu’il va continuer à toucher de plus en plus de cœurs et d’âmes.
Un concert qui s’annonce intense.

Une semaine sans vernissage n’étant pas une semaine complète, notons celui de Présences dissimulées de Cyrielle Lévêque, à la conserverie vendredi à 18h30.

Et pour se remettre de ce beau week-end, un bon brunch par l’Amour Food, ça serait pas mal non ? Ça tombe bien, c’est dimanche midi à l’Arsenal, youpi.

Sortir à Metz – 20 au 23 septembre 2018

Ami lecteur. Le festival Zikametz a 15 ans. Déjà.

Comme je suis vieux (si si), j’ai assisté à à peu près toutes les éditions. De très réussies artistiquement, d’autres qui m’ont moins convaincu. Certaines laborieuses en terme de fréquentations et d’autres complètement complètes. La vie d’un festival, quoi. On en parlera d’ailleurs lors d’une table ronde Bâtir un festival, l’envers du décor qui ouvre cette quinzième édition vendredi soir à 18h30, en compagnie (entre autres) de deux autres associations qui elles ont fait le choix de cesser leurs activités : Musiques Volantes (qui reviendra pour une vingt-troisième et dernière édition en novembre) et Boumchaka (qui ne reviendra pas du tout pour une huitième édition de Freeeeze en février). Cette double fin attriste forcément les amateurs de bon concerts, ici. Dont je suis. Et de ça nous pourrons donc en parler à cette table ronde de demain, que Zikamine m’a confié la redoutable mission de modérer. Mais on aura aussi l’occasion d’en reparler à d’autres endroits, à d’autres moments, ami lecteur. Et sans nul doute ici même.

En attendant, le festival Zikametz lui ne s’arrête pas. Et dans la série des éditions qui devraient marcher, cette quinzième se pose là.

Déjà il y a quelques beaux noms du hip-hop français (Guizmo, kacem wapalek, Kikesa, Melan…), ce qui devient une habitude pour Zikametz. Et si le hip hop domine ce week end aux Trinitaires (comme les ventes de musique en France), l’électro y sera aussi présente avec notamment UpperMost ou le luxembourgeois Ryvage que je suis bien curieux de voir l’un et l’autre en live samedi soir.

Et puis, même s’ils ne sont dans la programmation de Zikametz qu’avec un DJ set le vendredi soir, je ne résiste pas à l’envie de te partager le live de l’excellent morceau Ailleurs des non moins excellents Grand Blanc.

Ok, je ne sais pas toi, mais je suis fan. Leur nouvel album, Image sur le mur, vient de sortir, je te conseille de te jeter dessus avidement prendre le temps de l’écouter d’une oreille attentive. Et puis ne te méprends pas quand je dis « qu’un DJ set ». Étant donnés les excellents goûts musicaux de ces esthètes, on peut s’attendre à une sélection musicale de haute volée, originale et efficace.

Bref, avec Zikametz, des pass deux jours à 15€ et des bières pas trop chères, fréquenter Les Trinitaires les soirées de vendredi et samedi serait de bon aloi.

Pendant ce temps là à la Chaouée, si on peut noter les concerts de Plastic Age (power trio from Nevers – qui a l’air plutôt intéressant) et Bye Bye Bye + Vaudou Josephine (rock from Alsace), on regrettera qu’ils tombent les mêmes soirs que Zikametz. Du coup, ami lecteur, on s’intéressera peut être plus particulièrement à la soirée Virgae, qui arrive dès ce jeudi : une asso qui se partage entre Nancy et Metz (si si, c’est possible), un collectif d’une quinzaine de DJ / producteurs électro, qui organise des soirées mais qui occupe également un créneau chez Radio Campus Lorraine pour une émission de radio, projet Virgae le vendredi soir, émission dont ils fêtent ici la rentrée, à la Chaouée. Orientée dancefloor, électro et techno, pour ce que j’ai pu en écouter, l’émission. On sait à quoi s’attendre pour la soirée, du coup : les murs de la Chaouée vont résonner fort.

Cette semaine marque aussi la rentrée de deux lieux messins qu’on aime.
Jeudi soir, Modulab (atelier / galerie dédié à la pratique du dessin, de l’image imprimée et à l’édition) vernit l’exposition Entresort, de Roby Comblain : des xylogravures au format photographique, tirées de descriptifs de paysages sans données géographiques et sans chronologie, comme des songes.
Vendredi, c’est la Conserverie (« lieu d’archive » dédié à la photographie) qui vernit Occiput de Bill NOIR, en lien avec l’association strasbourgeoise Mékanik copulaire.

Cette semaine toujours, on inaugure Étudiant dans ma ville, qui dure jusqu’au 29 septembre et qui est marqué par tout un tas d’évènement que je ne vais pas détailler ici ne serait ce que parce qu’ils le sont là, et parce que j’y reviendrai sans doute la semaine prochaine.

Et puis ami lecteur, je suppose (et j’espère) que tu l’es ailleurs que sur ce blog. Lecteur. Je te signale donc si ça t’avais échappé la venue d’Aurélie Filippetti, une amie écrivaine, à la librairie Autour du Monde, vendredi 21 à 18h30. Bon, tu l’as sans doute connue comme députée et Ministre de la Culture, avec l’exposition médiatique qui va avec. Mais écrivaine, elle l’était avant, dès 2003 avec Les Derniers Jours de la classe ouvrière. Et elle a bien raison d’y revenir : son dernier roman, joliment intitulé Les idéaux, a réussi à s’extraire de la jungle foisonnante de la rentrée littéraire. Je t’avoue que ne l’ai pas encore lu, ce roman, acheté un peu tardivement (hier). Alors j’ai entendu que ça glosait pas mal autour du style, lu que ça semblait être un grand roman politique. Dans tous les cas cette rencontre pourrait aussi être l’occasion de découvrir, si tu n’en as pas encore franchi le seuil, la Librairie Autour du Monde, qui gagne à être connue.

Tiens, ça pourrait d’ailleurs être une bonne idée d’épisode de podcast, ça, non ? Qu’en dis tu ?