Causeries – épisode 1 : La Cave Épicerie du Kristal, avec Maxime François

Ami lecteur, je suis ravi de te présenter aujourd’hui le premier épisode de Causeries. Ce podcast, que j’espère bimensuel parlera… eh bien, un peu de la même chose que ce blog, finalement. Donc de culture, de nourriture, de politique, de numérique, et de Metz, la plupart du temps.

Comme c’est un premier épisode, n’hésite pas à me dire ce que tu en penses, dans les commentaires ici, ou en MP via la page Facebook dédiée. Format, son, idées de causeries à venir… je suis preneur !

Pour ce premier épisode, nous voilà donc à la Cave Épicerie du Kristal. En fait c’est l’un des lieux qui m’a donné l’envie de faire ce podcast. On y trouve du vin, du fromage, du pain, on a vite le goût d’y prendre l’apéro. Je ne vais pas t’en dire plus et je te laisse écouter ça ci-dessous, ami… auditeur. Je préciserai simplement que le portrait de Maxime François ci-contre, et les photos qui illustreront ce podcast de manière générale, sont signées Charlène Royer, que la musique du générique est de DUEL.

Et si le podcast te plaît, il est possible, magie des internets, de t’y abonner via iTunes et même d’y mettre une note !

En bonus, la sélection de vins de rentrée par Maxime François, à retrouver à la Cave Épicerie du Kristal (et à consommer avec modération, comme de bien entendu) :
Domaine Les Béliers « la Vigne aux Oiseaux » (Ancy sur Moselle)
Famille Scarlata « Carré des Loups » (Souvignargues)
Nicolas Mariotti Bindi « Mursiglia » (Patrimonio)
(À venir : Les Frères Soulier (Gard), domaine Buronfosse (Jura), domaine Dandelion (Bourgogne) ).

Reprise (ou presque)

Ami lecteur, je voyais arriver ce week end pascal un peu comme le messie (tu me diras, c’est quelque part le principe de Pâques, justement). Il s’agissait en effet de la première fois depuis Noël que j’avais plus de deux jours consécutifs sans avoir un planning surchargé. Voire même carrément rien de prévu. Du coup, j’avais listé un certain nombre de choses à faire dans ce temps qui m’a cruellement manqué ces dernières semaines : ranger un bureau, bricoler un peu de musique, faire du monde un endroit meilleur, ce genre. Et dans cette liste non exhaustive, il y avait l’ambition de reprendre un peu ce blog, délaissé depuis six mois.

Bon, on sait ce que c’est, une reprise de blog, c’est toujours ponctuel, et ce site en est une preuve évidente, vérifiable depuis plus de dix ans. On reprend deux mois, on arrête, on reprend. Enfin là, en tout cas, il se trouve que j’avais quelques bricoles en stock dont je voulais te parler ici, ne serait ce que te raconter un peu ces derniers mois.

Du coup, dimanche (oui, je me disais qu’un premier avril était une bonne date pour une reprise, si je ne tenais pas le rythme je pouvais toujours dire que c’était une blague) je me suis remis devant la page blanche de ce wordpress… pour découvrir qu’il déconnait sévère. Si en apparence, le blog fonctionnait convenablement (avec toutefois un chargement assez long), une fois le moteur ouvert, c’était un peu la cata. Les mises à jour, normalement automatisées, ne se faisaient plus, impossible de charger un nouveau thème ou un plug in, de consulter les stats, etc. Je ne suis pas encore bien certain que la cause soit un plugin frelaté, les essais que j’ai fait en utilisant le même domaine (un autre wordpress, un drupal) ou les attaques de hackers du gouvernement russe pour me déstabiliser politiquement, toujours est il qu’il y avait un certain nombre de fichiers douteux sur le serveur, ce qui a probablement (j’attends leur réponse) poussé OVH (l’hébergeur du blog) a bloquer un certain nombre de connexions.

Bref, j’ai finalement passé les quelques heures que je voulais consacrer à cette reprise de blog à essayer de cleaner, jusqu’à finalement tout virer et remettre le strict nécessaire pour que ça fonctionne.

Résultat des courses, tu as sensiblement le même site, avec une ou deux modifs (dont cette photo de profil réactualisée, là, en haut à gauche, signée Charlène Royer).

Et puis nous ne sommes même plus le premier avril. Il va falloir que je fasse en sorte que cette reprise de blog ne soit pas une blague.