Sortir à Metz – 29 novembre-2 décembre 2018

Tu vois ami lecteur, je te disais pas plus tard que dans le dernier billet qu’il fallait que je prenne l’habitude de les rédiger le jeudi plutôt que le vendredi. Cette semaine en apporte la démonstration.

En effet cette semaine, dès ce jeudi soir il faudra faire un choix (cruel). D’un côté, les 20 ans de la Maison de l’Etudiant (MDE pour les intimes) que Boumchaka a choisi de fêter en Beatbox. Et on risque de prendre une bonne claque technique avec Alexinho (Champion du monde de Beatbox) et SARO (champion du Grand Beatbox Battle 2017). Avantage : ça commence à 18h, donc tu peux enchaîner cet apéro avec l’une des autres soirées.

À 20h c’est le Système Friche à l’Arsenal : Xavier Charles et Jacques Di Donato, accompagnés par 15 musiciens (dont Erik M, Isabelle Duthoit, Soizic Lebrat…) pour une musique expérimentale, libre et défricheuse. Un peu dur de te faire une idée ? Voilà une vidéo d’un live enregistré cet année à la Maison de la Radio.

Et ce n’est pas terminé pour ce jeudi. À la Chaouée, c’est la folk du colombien Jay Bird accompagné par les amis d’Instase (plutôt pop progressive). À noter que Jay Bird sera aussi au café M-Tiss samedi 1er, si tu le rates jeudi.

Et, last but not least, l’impressionnant Matt Elliott sera aux Trinitaires accompagné par VACΛRME. On a connu Matt Elliott dans son incarnation Third Eye Foundation, puis dans ses beaux albums de folk hantée, émouvants au possible. Ces concerts sont toujours des moments uniques, et pour celui-ci sa musique sera enrobée par le trio à cordes VACΛRME et on ne peut attendre que le meilleur de cette fusion. Et c’est l’ami Jan Mörgenson qui vient célébrer la sortie d’un nouveau disque, en première partie.
Si tu ne connais pas encore Matt Elliott, ce morceau, mis en images par les amis de Fensch Toast, devrait achever de te convaincre que c’est à découvrir.

Le vendredi paraîtra du coup presque calme en comparaison de ce jeudi dense. Une soirée métal à La Chaouée (Dust Valley + RapturFarm + RedneckBonfire), une soirée 90’s à l’Aérogare… en tout cas on ira prendre l’apéro à La Face Cachée pour le Anone duo japonais d’électro pop !

Et c’est plutôt du côté du Chateau 404 qu’on trouvera la proposition la plus originale : « SEXMIAM : De l’amour, du flou, du bruit et des performances ». Une soirée +18 donc, avec un beau plateau de live : Avale, Benjamin et SuperMusique, mais aussi expos, performances, projections (de vidéo). Tiens, on se met un peu de SuperMusique pour s’ambiancer avant cette chouette soirée qui s’annonce (et avoir encore un peu l’impression que c’est l’été).

Samedi, du blues à l’Aérogare, l’Orchestre national de Metz (dans un programme de Paris à Broadway) à l’Arsenal, une soirée noise et violente, froide et passionnante à La Chaouée avec notamment les excellents Shizuka et Choisir le pire, un DJ set de DUEL au 7(7) Café (sur lequel je ne vais pas m’étendre vu que je fais partie du duo DUEL, donc je t’en redonnerai vite des nouvelles). Et puis la sortie d’un nouvel album du Singe Blanc est toujours un évènement, qu’il fêteront aussi samedi au Chateau 404 en bonne compagnie (La Bergerie et Rien Virgule).

Mais voilà, je ne serai pas objectif pour ce samedi. En effet, si je n’étais pas au 7(7) Café en train de passer des mp3, je prendrais sans nul doute un Mettis vers la BAM pour voir L’Impératrice mais surtout être au premier rang pour Grand Blanc, dont je n’ai pas cessé d’être fan. Et surtout je ne me remets toujours pas de leur magnifique dernier album, Images au mur. Tout comme cette version (presque) unplugged de Ailleurs.

Un groupe dont j’espère qu’il va continuer à toucher de plus en plus de cœurs et d’âmes.
Un concert qui s’annonce intense.

Une semaine sans vernissage n’étant pas une semaine complète, notons celui de Présences dissimulées de Cyrielle Lévêque, à la conserverie vendredi à 18h30.

Et pour se remettre de ce beau week-end, un bon brunch par l’Amour Food, ça serait pas mal non ? Ça tombe bien, c’est dimanche midi à l’Arsenal, youpi.

Sortir à Metz – 22-25 novembre 2018

Ami lecteur, il va falloir que je prenne l’habitude d’écrire ces billets le jeudi : même si le programme est souvent moins dense que le week-end, il reste souvent assez conséquent ce soir de la semaine. En l’occurence, pour cette semaine, cet article arrive après le démarrage du festival Culture Bar-Bars (le jeudi 22 novembre, donc) même s’il continue vendredi et samedi.

« Culture Bar-Bars ? » me demanderas tu. Eh, oui la manifestation en est déjà à sa 17e édition, mais elle ne se décline à Metz de manière régulière que depuis quelques années. L’idée de départ du festival, apparu à Nantes dans les nineties, était de mettre en lumière l’activité foisonnante des cafés-concerts, cet indispensable passage pour tout artiste, tout groupe qui veut présenter sa musique au public en live. Et pour le public curieux, l’occasion de se nourrir de musique, de faire des découvertes enthousiasmantes, souvent à moindre coût. Cette année, les chiffres du festival sont impressionnants : 50 villes participent, plus de 200 lieux, près de 800 évènements. Toutes les infos sont par ici. Bon, je n’ai pas besoin d’insister plus, ami lecteur : tu l’as compris, c’est une initiative qui me parle, d’autant que je te vante les concerts dans les bars ici-même à longueur de billets.

Alors du coup, qu’y retrouve t-on, à Culture Bar-Bars Metz ? Après donc que j’ai manqué le démarrage (avec notamment les excellents Posterboy Machine au 7(7) Café mais aussi Shoefiti à l’Irish Pub), ce soir on n’a plus qu’à choisir notre ambiance : Lord of Rocks au Vivian’s Pub, un nom qui parle de lui même, un hard rock tribute band qui passe allègrement d’AC/DC à Led Zep, de Deep Purple à Queen, des Guns N’ Roses aux Who. Martin Murer, lui, fait le DJ à la comédie Café (et il y sera aussi le samedi d’ailleurs). C’est le garçon qui se cache derrière les compos de Portland (entre autres), on ne peut en attendre que du bon. À L’Irish Pub ce sera rock psyché, avec les allemands de The Whiskey Foundation, dénichés par l’asso Boumchaka qui organise là l’un de ses derniers concerts et dont on aura toujours pu apprécier les goûts sûrs (en musique comme en Whiskey, d’ailleurs). Et puis il y’a la Bergerie au 7(7) Café, avec un rap habile, déviant, qui sort des sentiers battus. Ce premier clip de leur (très bon) dernier album te permettra de te faire une idée.

Samedi 24, le Shamrock Pub qui vient de se poser à Metz ne rate pas l’occasion de participer à ce festival. Ça sera samedi avec JC & VB, du blues funk en acoustique, en partenariat avec l’association Heiðrún, une nouvelle asso qui en profite pour célébrer son inauguration. Alors que Boumchaka sera à la barre de l’Irish Pub une dernière fois (j’insiste parce qu’ils vont nous manquer, aux bars, au public, aux groupes, à moi) avec The Dizzy Brains (du rock décapant from Madagascar). Au 7(7) Café, ce seront les potes nancéiens de Taxi Kebab qui viendront participer à la fête, avec leur électro ardente et sombre aux sonorités et à la guitare influencées par la musique traditionnelle arabe.

Et puis on notera aussi les concerts à La Chaouée, du rock avec Romor et de la folk avec April 5th vendredi et samedi 24 du blues avec Made in et Rustless, même s’ils ne s’inscrivent pas dans le festival Bar-Bars. Avec une mention spéciale pour la soirée Tonnerre (Avale + Lego + Krupuk) qui va secouer le caveau de la Chaouée dimanche à 19h, pour ceux qui auraient tenu jusque là de ce gros week-end !

Du côté de la Cité musicale-Metz, on mentionnera le concert de Lonepsi vendredi soir aux Trinitaires, et la manifestation Orchestres en Fête tout le week-end à l’Arsenal (concerts, blind test, ateliers, café littéraire…).

Et puis il ne faut pas que j’omette le vernissage de Viviane Zenner à la Galerie Jours de Lune. Ou que j’oublie la première apparition de l’association META, en l’occurence sur la Place de la République, sur le chouette stand Bliiida du marché de Noël. D’une part parce que j’y mixe un peu (dans le duo DUEL) mais surtout on y verra un live de Floating Arms, ce qui est toujours un magnifique moment musical, comme hors du temps. Et puis c’est en horaire décalé (18h-21h), ça n’empêchera pas ta tournée des bars à suivre… allez on s’en écoute un peu, pour conclure ce billet.
Parce que c’est beau.

Sortir à Metz – 15-18 novembre 2018

Après la dernière édition de Musiques Volantes le week-end dernier, belle, festive et triste à la fois, je me dis que c’est un drôle de week-end auquel on se prépare à Metz. Un week-end au cours duquel tu peux à la fois enfiler un gilet jaune pour aller bloquer la ZAC d’Augny (samedi matin), aller inaugurer les marchés de Noël (samedi après-midi) et participer à un festival de films dédiés à la transition écologique (tout le week-end). Si tu en es d’accord, ami lecteur je vais oublier un temps les deux premiers et te parler un peu plus du troisième, qui est plus raccord avec cette rubrique. Et puis bien sûr, de ce qu’il se passe d’autre ce week-end.

MaPlanet(e) donc. Il se trouve que je me suis retrouvé, un peu par hasard, à la conférence de presse qui annonçait le festival, il y’a trois semaines.

Du coup, je te livre l’introduction du dossier que j’y ai récupéré, ça permet de poser un peu le projet.

« En 1986, Jean-Marie PELT, Président de l’Institut Européen d’Ecologie et Jean-Pierre Cuny, réalisateur, obtenaient le 7 d’OR du meilleur documentaire pour leur série « l’Aventure des Plantes ».
Dans la continuité de leur témoignage unique sur le monde végétal et au vu des défis environnementaux actuels, Marie-Anne ISLER BEGUIN, Présidente de l’Institut Européen d’Ecologie (IEE) et Michel NOLL, producteur-réalisateur, Président d’Ecrans des Mondes, ont créé le festival MAPLANET(e) INTERNATIONALFILMFESTIVAL dédié à la transition écologique et aux relations entre les sociétés humaines et la nature.
Il s’agit d’une compétition internationale de films récents, de tous genres et de tous formats, porteurs de sens, avec une catégorie spéciale Youtubers. »

Alors bon, évidemment, on pourrait se dire qu’on a déjà une surdose de signaux d’alerte sur les dangers qui guettent la (ma) planète, d’informations sur l’indispensable transition écologique, sur le fait que bon, ne nous voilons pas la face, on est mal barrés si l’on n’ouvre pas grand les yeux sur le mur qui se dresse devant nous. Ok, je sais que tu sais tout ça.
Mais là nous sommes ailleurs. La sélection de films semble (je n’en ai pour le moment vu aucun) d’un très bon niveau, dans des registres très variés : de la docu et de la fiction, du local et de l’international, du connu (peu) et de la découverte (beaucoup), et même des Youtubeurs (dont l’ami Mamytwink). La sélection est ici, et tout donne envie. On ne peut qu’espérer que ce festival rencontre un beau succès. Ce n’est pas forcément gagné, les séances étant payantes et la visibilité en ces temps de gilets jaunes et de sapins verts n’étant pas évidente. Mais je suis sûr que tu sauras y contribuer, ami lecteur.
L’inauguration c’est vendredi 16 à 19h (même s’il y’a déjà eu des choses dans l’aprem), la remise des prix dimanche 18 à 18h et tout ça se passe au Klub.

Et sinon, quoi d’autre ce week end ?
On peut s’attendre à une belle affluence pour la soirée Capsule Corp. 404, organisée par le Château 404 et NaMeK Sound Rav’olution. Techno dans une univers visuel comme le Château 404 sait en créer sur chacune de ses manifs, ça va taper, à coup sûr. C’est samedi 17, jusque 5h du mat.

Du côté de la Chaouée, les jam session jazz reprennent (jeudi 15), Mâche un truc propose un beau plateau noise / indus / ambiant (Tatie Pétanol, SabaSaba, Nadstat, Tonto, vendredi 16). Et une soirée metal / prog (Sphaera & Art Against Agony) vient conclure le week-end samedi 17. À l’Aérogare ça sera chanson, d’abord “80 ans de chansons d’amour, de révolte et de tendresse”, des chansons de Vian, Ferré, Brassens interprétées par Jean Louis Apprederis (le jeudi 15) et plus rock le vendredi avec le retour de Pierre Hanot ! Et au Troubadour, on notera le concert des Boot’s n Cats samedi soir.

Du côté de la Cité musicale-Metz, un concert reporté pour la BAM (les Sheriff samedi) et un complet aux Trinitaires (Mass Hysteria jeudi 15), c’est plutôt vers l’Arsenal qu’on se tournera, avec un week-end consacré aux « Musiques entre guerre et paix », avec le Centenaire 1918-2018 dans lequel nous sommes encore plongés. On retiendra notamment deux concerts qui s’annoncent beaux : les Paroles à l’Absent par La Tempête & le Quatuor Zaïde (vendredi 16), et le programme Sous la Pluie de Feu par l’Orchestre national de Metz, avec notamment Prokofiev, Tchaïkovsky et une commande au compositeur Philippe Hersant (samedi 17). Bon et puis ce n’est pas forcément en lien avec les musiques entre guerre et paix, mais on retiendra aussi qu’il y’a un brunch des amis de l’Amour Food le dimanche midi à l’Arsenal, et que ça vaut toujours le détour.

Et comme une semaine à Metz se passe difficile d’un vernissage, on ira vendredi à celui de l’exposition Safe as houses de Ludmilla Cerveny à la MCL, organisé en partenariat avec la Maison de l’Architecture de Lorraine.

Voilà ami lecteur, je te souhaite donc un beau slalom ce week-end entre gilets jaunes, marchés de Noël et beaujolais… euh… nouveau* !

*qu’on ira bien sûr boire et acheter à la Cave du Kristal (avec modération bien entendu).

////

Edit du 17 novembre
On me signale sur Facebook (tu peux aller suivre la page, c’est par là) plein d’autres propositions qui m’avaient échappé pour ce samedi :
– la première édition du festival d’impro Le Choupisson à la MJC 4 bornes, samedi à partir de 17h et toute la soirée,
hors champ 14/18 : un concert de l’Orchestre d’harmonie de l’Union de Woippy, des projections d’images d’archives prises à la périphérie des champs de batailles, des textes de Kermann, Barrès et lettres de poilus qui se superposeront aux images et sons pour une immersion pleine d’émotions, c’est samedi à 20h30 à la Salle Saint Exupery à Woippy,
– la sortie de la Mi-Feutz Mimo Tape #1 (des mecs sur des planches à roulettes qui font des trucs de fous furieux), au shop Chat de gouttiere samedi à 18h (avec une soirée qui se poursuit au 7(7)Café)

Sortir à Metz – 27 avril au 1er mai 2018

Force est de reconnaître que c’est un peu plus tranquillou en propositions de sortie, cette période, ami lecteur. Des vacances scolaires, une succession de jours fériés qui arrive… le calme avant la tempête de la frénésie culturelle de juin et du début de l’été ? Sans doute.

Du coup je n’ai même pas produit de petit article le week end dernier (malgré un joli concert de Josef Leimberg aux Trinitaires). Et ce week end aussi pourrait sembler un peu plus calme. Mais en y regardant bien, tu peux largement trouver de quoi ne pas t’ennuyer.

Déjà, il y a une nouvelle exposition du côté de Pompidou-Metz. Après le très bon Japanorama, en parallèle du non moins passionnant Dumb Type qui s’arrête bientôt (et de l’Aventure de la Couleur à voir jusque 2019) c’est le lancement de Couples Modernes ce soir, « exposition interdisciplinaire consacrée aux couples de créateurs, tels que Pablo Picasso et Dora Maar, Robert et Sonia Delaunay, Georgia O’Keeffe et Alfred Stieglitz, Charles et Ray Eames… »

Et je continue à citer, parce que ça donne envie : « Qu’ils soient officiels, clandestins, exclusifs ou libres, ces couples mythiques formés par des artistes tels que Jean Arp et Sophie Taeuber-Arp, Man Ray et Lee Miller, Eileen Gray et Jean Badovici, unissent non seulement les peintres, sculpteurs, photographes, architectes, designers, poètes, écrivains, mais aussi des musiciens, danseurs, performeurs et mécènes. Ils constituent à eux seuls des zones fertiles d’échanges, de confrontations et d’influences où fructifient les œuvres, les concepts et les mouvements.« .

Le vernissage est donc ce vendredi à 19h, suivi d’une Revue moderne et d’un Bal moderne (par le CCN – Ballet de Lorraine), pour conclure une soirée qui s’annonce bien sympa.

Pour samedi, tu pourras hésiter entre l’ambiance guinguette d’un autre bal, à mille temps celui ci, du côté de l’Aérogare, ou la soul d’Ayo à la BAM.

Mais pas d’hésitation pour ce qui est du 29 avril, ami lecteur : tu me trouveras assurément au 7(7)Café. Tu vas me dire, avec ton impertinence proverbiale, qu’il n’y a pas qu’à cette date qu’on m’y trouve. Certes, mais là je pense que tu ferais bien d’y être aussi. Parce que pour un dimanche soir à Metz, le bar de la rue Sainte Marie t’offre une occasion rare d’entendre Rafiq Bhatia. Son nom ne te dit peut être pas grand chose, mais c’est le guitariste génial qui officie dans les excellents Son Lux (et qui a aussi notamment enregistré avec Lorde et Sufjan Stevens).

Envolées instrumentales, audacieuses, puissantes, la session live en vidéo ci dessous indique qu’il y a tout pour qu’on prenne une GROSSE claque au 7(7).

À noter que les Son Lux seront aussi de passage à la BAM le 27 juin, autre rendez vous qu’on ne manquera pas.

Et puis pendant ce week-end, tu pourras aussi naviguer entre la jam session du vendredi (avec Les charlatans) au Troubadour et celle du samedi (jazz) à la Chaouée, ou aller voir les DJ résidents mixer au 7(7)Café (les amis Oggy le vendredi et Herr 2003 le samedi).

Le 30 avril, si tu veux du punk tu vas en avoir. Et pas qu’un peu. C’est du côté du Chateau 404 que ça se passe et le plateau est conséquent : Guerilla Poubelle, Good Friend, The last Luckk, Melvyn, Tony Fomblard. Rien que ça. Ça se passe avec l’infatigable Chaise Musicale, jamais bien loin quand il y a une grosse prog punk dans le coin.

Et puis nous serons le premier mai. Et le premier mai, c’est la fête du travail, camarade. Comme l’impressionnante course la Messine, après 6 éditions à cette date symbolique, a eu la très bonne idée de se placer deux jours avant, dimanche 29, la place de la République sera libre pour le traditionnel défilé syndical. Ce sera à 10h (oui, du matin, ça change). Et pourquoi même ne pas enchaîner par la fête du Chiffon Rouge à Woippy ? Je te dis ça parce là aussi, ami lecteur, autant qu’au Centre Pompidou-Metz ou au 7(7) Café, tu as de bonnes chances de me croiser.

////

PS : j’en profite -sans transition- pour te signaler que ces billets de blog sont en partenariat avec les amis de Metz Today (un web quotidien auquel tu ferais bien de t’abonner) qui ont l’amabilité de les relayer !

Sortir à Metz – 13 au 15 avril 2018

Ami lecteur, je crois que j’ai bien fait de reprendre cette rubrique en avril : il y a de quoi faire.

Déjà ce week end commence par un vendredi 13, dont je ne sais pas si pour toi il est synonyme de chance, de malheur ou de osef. En tout cas un coup d’oeil sur l’article wikipedia concernant ce sujet m’a appris que la phobie du vendredi 13 s’appelle la paraskevidékatriaphobie. Joli mot, certes, qui fait un nombre de points non négligeable au Scrabble, mais qui, à part ça, tu en conviendras, est une information que sur une échelle d’utilité de 1-10, on peut s’accorder à noter relativement proche de 1.

Et pourtant les mots, oui ami lecteur, les mots, ce sont bien eux qui vont animer une partie de notre week end (je vais finalement remonter la note d’utilité de paraskevidékatriaphobie juste pour cette transition). En effet le festival le Livre à Metz est inauguré demain sur la Place de la République, à 17h15. Enfin malgré cet horaire, les chapiteaux sont accessibles dès 10h demain matin (il y avait même un warm up dès le jeudi soir). Tout le programme est par là. Et évidemment, comme chaque année, il y a plein de trucs.

Pour ma part je me laisserai sans doute tenter par la Nuit de la Radio, le débat Réfugiés à Metz, le Goûter d’écoute Arte Radio et le Grand entretien avec Raphaël Glucksmann. Mais le Livre à Metz c’est surtout chaque année l’occasion de flâner entre les stands des librairies messines (et notamment celui du Carré des Bulles qui vaut toujours le détour), de boire un verre à l’un des bars sympas qui sont sur la place ou à l’Arsenal, en faisant semblant de lire les trois premières pages d’un ouvrage qu’on vient d’acheter, pour faire le malin, au soleil (info météo non contractuelle).

« C’est bien joli ton truc, mais ça ne nous dit pas ce qu’on va faire de nos soirées ! » me feras tu remarquer, avec la pertinence et l’impatience à la fois qui te caractérisent si bien.

Eh bien pour les soirées, il y a aussi le choix. Vendredi, je pense que tu aurais tort de rater le génial Forever Pavot, de passage aux Trinitaires.

Étrangement, je trouve d’ailleurs que sa musique accompagne à merveille un week end littéraire, mais je ne saurais te dire pourquoi. Peut être ce côté « bande son d’un film 70’s ». En tout cas, ça vaudra assurément le détour, comme ce live chez Culturebox m’en a convaincu.

Et puis juste avant il y a les potes luxembourgeois de No Metal in This Battle. Et là, ce n’est pas qu’une première partie à écouter d’une oreille distraite.

Mais si tu n’es pas convaincu -je ne t’en veux pas, promis- n’hésite pas à faire un tour à la Chaouée pour une soirée des infatigables Mâche un truc.
Au programme : Zad Kokar, Black Metal For My Funeral et le beau lofi-rock folk de Miles Oliver.

Samedi soir, il y a Kalash à la BAM (si si, tu vois forcément de quoi on parle).
Mais te connaissant, je me dis que tu vas peut être plus facilement te laisser tenter par la soirée Jurassic Park organisée par le Bloggers cinema Club chez Bliiida. Au programme… Jurassic Park, forcément. Le premier, faut pas déconner. Et un DJ set jurassique des très bons Baguette Crew qui ont retravaillé plus d’une centaines de samples du classique de Spielberg pour cette soirée.

Enfin, peut être es tu dinophobe (oui, pour en revenir au début de cet article, il semblerait que ça existe). Dans ce cas, tu pourrais venir au 7(7)Café venir écouter un mix de mp3 que j’aurai sélectionné avec amour. C’est de 22 heures à 02 heures. Et j’aurais grand plaisir à t’y croiser.

Après tout cela, dimanche, nous serons fatigués, sans doute.
Alors on ira se poser au soleil, place de la République.
Pour lire un livre (ou faire semblant).

************

Comme chaque semaine, les oublis de cet article

Vendredi 13 x Aérogare
Gros plateau punk : PKRK + DIEGO PALLAVAS + THE SHOT
Les infos sont par là

Sortir à Metz – 6 & 7 avril 2018

[préambule]
Ami lecteur, après la reprise-à-moitié de mardi, et malgré un blog qui n’est pas encore tout à fait fonctionnel, je ne me suis pas découragé. À tel point que je tente même des rubriques, comme ça, hop.

Et celle-ci s’appellera donc, « Sortir à Metz », puisque je n’hésite pas non plus à faire dans la disruption au niveau du titre.

(non bon ok, c’est un peu nul, mais je n’avais pas vraiment d’idée, et puis au moins on sait ce qu’il y a dedans)

Et puis toujours en préambule on peut préciser que les choix seront à la fois très subjectifs, et parfois (mais pas trop) inspirés par mes lieux de travail (La Cité musicale – Metz, en gros). Et cette semaine c’est un peu le cas.
[/préambule]

Or donc cette semaine, ami lecteur, je vais un peu squatter aux Trinitaires, pour deux concerts qui m’enthousiasment par avance.

Vendredi, c’est Chaton, Malik Djoudi et Voyou. Trois artistes qui chantent en français, mais chacun dans un registre assez décalé par rapport à ce que l’on appelle en général « La Chanson française ». Il y a donc Chaton, dont tu as sans doute entendu parler si tu te tiens un peu au courant de l’actualité musicale. Autant dire, même que c’était difficile de passer à côté (Le Monde, Les Inrocks, ou Poly, ou encore ce live chez Nova, entre – nombreux- autres). Assez loin de la passion qu’il semble susciter (c’est génial / c’est nul / osef), de mon côté j’ai juste été touché par ses paroles, une première fois par le morceau qui l’avait fait connaître l’an dernier grâce aux amis de La Souterraine, Poésies, mais peut être encore plus par J’attends en bas, que voici que voilà.

Et puis on avait eu l’occasion de jouer avec lui, avec zéro degré, en décembre dernier, au Hasard Ludique. Il était vraiment sympa, ce Chaton, et son live tout autant.

Demain, il aura également Malik Djoudi. C’est quand même de sacrés bons morceaux aussi. Ce Sous Garantie, par exemple ça me fait le même effet que Poésies, je l’écoute une fois, je l’ai dans la tête deux jours. Et ensuite j’écoute les paroles un peu plus attentivement, d’une oreille moins distraite. Et je trouve ça bon, simplement. Tout l’album est chouette, je te le recommande vraiment.

(et puis il y aura aussi Voyou, vendredi, dont pour le moment je suis moins fan, mais dont le live pourrait bien me surprendre, paraît il… son dernier clip est par là)

Samedi, changement de registre, on ne sera pas là pour rigoler, avec les américains de Protomartyr. Protomartyr, je trouve ça tellement bon sur disque que si les mecs sont au niveau en live ça risque d’être une très très grosse claque… post punk ? Noise ? Je ne sais pas vraiment, mais on ne doit pas être trop loin. Rock en tout cas, assurément. Et donc j’attends ce concert avec impatience, avec même une légère appréhension d’être déçu-mais-on-va-se-dire-que-non. Le clip de A Private Understanding devrait te permettre de te faire une idée.

(tiens en réécoutant, en tapant cet article, je viens de retrouver à qui ce morceau me faisait un peu penser… aux incroyables Lift to Experience que je te partage du coup, parce que ça le vaut bien)

Samedi, il y aura aussi Electric Electric, qui sont de bon pourvoyeurs de claques sonores dans la figure également, quand ils sont en forme. Et ils sont très souvent en forme, ce qui tombe plutôt bien.

Il y aura aussi Ex Mio, duo dans lequel on retrouve l’ami Marietta, avec Olivier Demeaux (qui officiait aussi dans Cheveu). Ils ont créé ce projet en quelques jours, pour le festival Mofo, voilà le résultat.

Autant te dire que je suis bien content qu’ils ne se soient pas arrêtés à ce one shot, pour que je puisse les voir samedi soir.

Voilà, ça sera tout pour ce premier Sortir à Metz. J’espère que ça va te donner autant envie qu’à moi.
On se croise ce week end ?

/////

[Bonus Track]
– une bonne after dansante pour la soirée Chaton / Djoudi / Voyou : le camarade Robuste mixe au 7(7) Café, vendredi, de 22h à 02h du matin !