Un détour par l’économie créative à Strasbourg

Ami lecteur, ce n’est pas tous les matins que je reçois une invitation en rapport avec ce blog. J’étais donc agréablement surpris par la proposition, émanant d’ACCRO, et passée par le truchement de TCRM Blida, d’aller faire une virée à Strasbourg pour découvrir l’association, son travail sur l’économie créative, et tout particulièrement l’appel à projet Tango&Scan. C’était la semaine dernière, le 2 mai, et je me rendais donc dans la principale métropole de Nouvelle Austrasie d’un bon pied (et en TGV, surtout).

Avant de te laisser en compagnie d’un Storify (ça faisait longtemps), un peu plus bas, qui te donnera un aperçu du déroulé de cette journée bien remplie, quelques petites précisions.

D’abord, entendons nous sur ce que l’on qualifie ici d’économie créative. Je reprends donc la définition donnée sur le site d’ACCRO, qui me va tout à fait :
L’économie créative a pour objet d’optimiser le potentiel de développement économique et social généré par les interactions entre les arts, les sciences, la technologie et l’industrie. Elle regroupe toute activité économique basée sur la connaissance et sur la transversalité avec le secteur des industries culturelles et créatives. Elle encourage une approche ouverte de l’innovation, technologique et non technologique.

La journée était notamment destinée à découvrir l’appel à projet TANGO&SCAN, avec à la clé une potentielle aide financière pour les porteurs de projets s’inscrivant dans le cadre de ladite économie créative. Nouveauté 2017 : Metz Métropole et le Grand Nancy sont de la partie. Ami lecteur messin, si tu as un projet qui te semble correspondre au critères de l’appel à projet (cahier des charges ici), tu as encore trois semaines (la date limite de dépot est le 28 mai).

Je reviendrai sans doute ici même sur l’exposition Ososphère (que j’ai eu l’occasion de voir une seconde fois plus tard dans la semaine). Toujours est il qu’elle concluait parfaitement cette journée, bien construite par l’équipe d’ACCRO, et dont on ressortait avec plein d’idées et d’envies en tête.

Et donc, le Storify.

Laisser un commentaire