Culture en temps de crise : les départements

Cela ne t’aura pas échappé si tu es un lecteur assidu de ce blog (ce que j’espère), ce n’est pas le premier billet que je consacre à ce que j’appelle ici la « culture en temps de crise« . En effet, plutôt qu’une « crise de la culture », sur laquelle on peut gloser mais qui ne recouvre pas la même réalité, c’est bien de la manière dont les structures, institutions, acteurs culturels traversent cette période de crise économique (qui affecte par ailleurs de nombreux secteurs), dont il est ici question.

Parmi les explications que l’on peut trouver pour ce qui est du secteur culturel, la plus prégnante en ce moment est sans nul doute la raréfaction des moyens publics (sur lesquels tout un pan de l’activité repose), et notamment du côté des collectivité territoriales affectées par la baisse des dotations de l’état.

Si je te parle aujourd’hui des départements, c’est qu’un communiqué du SYNDEAC sorti il y a quelques jours -le 4 juillet- a attiré mon attention. Intitulé Le Département du Nord se retire des politiques concertées de la culture, il alerte sur le vote prévu deux jours plus tard du Conseil Départemental (passé de la gauche à la droite aux dernières élections départementales), qui prévoit « une baisse de ses subventions aux Scènes nationales, aux structures labellisées et conventionnées et à certains Festivals pour un montant total de plus d’un million d’Euros. ». L’information est confirmée dans la Voix du Nord de mardi dernier, dans un article intitulé La culture, «variable d’ajustement» dans le budget du Nord ? :
« En tout, c’est à un peu plus d’un million d’euros, sur une dotation départementale initialement prévue de 5 millions, que va devoir renoncer, en pleine saison, une petite trentaine d’acteurs culturels. Soit une diminution de 20 % pour les scènes nationales et les grandes structures labellisées métropolitaines, 10 % pour celles hors métropoles, et 10 à 25 % pour les festivals. »
La première cause selon Jean-René Lecerf, le nouveau président du Conseil Départemental : « le coup de rabot sur les dotations des collectivités territoriales« .

L’exemple du Nord est le plus visible, mais on peut citer également le département de Maine et Loire qui prévoit de retirer sa participation dans l’Orchestre national des Pays de la Loire (soit 460 000€). Hier dans le Parisen, on apprenait également les baisses annoncées pour un certain nombre d’acteurs de l’Essonne, dont le Plan 2, tout juste inauguré l’an dernier. Partout la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités apparaît en première ligne des explications.

De 2015 à 2017, lesdites dotations vont en effet baisser, et c’est déjà chiffré : ce sera 11 milliards d’euros au total, soit 3,67 milliards par an, répartis en fonction du poids des collectivités dans les finances publiques. Cela fera donc 2,1 milliards à « raboter » pour les communes, 450 millions pour les régions et 1,1 milliards pour les départements. Ces derniers représentent peu ou prou 20% des dépenses culturelles des collectivités territoriales (contre 70% pour les villes et 10% pour les régions), qui sont aujourd’hui les principales financeuses de la culture en France, devant l’Etat.

Ces premières baisses sont remarquables, puisqu’elles arrivent en cours de saison. Mais on peut s’attendre à des préparation de budgets 2016 extrêmement délicat pour les structures culturelles, qui plus est dans une période d’incertitude liée aux élections régionales de fin d’année. Et pour la suite, me diras tu ? La baisse est cumulative, et à priori les budgets 2017 des collectivités seront plus compliqués encore à boucler. Et c’est notamment vrai pour les départements, qui, si leurs budgets sont conséquents, ont finalement des marges de manoeuvres limitées par l’importance de leurs compétences obligatoires en matière d’aide sociale.

Dans le même temps, les élus locaux commencent à gronder, notamment du côté de l’Association des Maires de France. Et dans la préparation d’une campagne 2017 délicate, la tentation de relâcher un peu la pression se fera peut être sentir du côté du gouvernement.

Plus près de chez nous (ou en tout cas de chez moi, ami lecteur), alors que le festival Cabanes vient de se relancer et que les discussions autour de la présence du Conseil Départemental au sein du CA de l’EPCC Centre Pompidou-Metz est posée, il sera intéressant de suivre ces évolutions futures.

Et tu sais que tu peux compter sur moi.

Un commentaire

Laisser un commentaire