Un détour par l’économie créative à Strasbourg

Ami lecteur, ce n’est pas tous les matins que je reçois une invitation en rapport avec ce blog. J’étais donc agréablement surpris par la proposition, émanant d’ACCRO, et passée par le truchement de TCRM Blida, d’aller faire une virée à Strasbourg pour découvrir l’association, son travail sur l’économie créative, et tout particulièrement l’appel à projet Tango&Scan. C’était la semaine dernière, le 2 mai, et je me rendais donc dans la principale métropole de Nouvelle Austrasie d’un bon pied (et en TGV, surtout).

Avant de te laisser en compagnie d’un Storify (ça faisait longtemps), un peu plus bas, qui te donnera un aperçu du déroulé de cette journée bien remplie, quelques petites précisions.

D’abord, entendons nous sur ce que l’on qualifie ici d’économie créative. Je reprends donc la définition donnée sur le site d’ACCRO, qui me va tout à fait :
L’économie créative a pour objet d’optimiser le potentiel de développement économique et social généré par les interactions entre les arts, les sciences, la technologie et l’industrie. Elle regroupe toute activité économique basée sur la connaissance et sur la transversalité avec le secteur des industries culturelles et créatives. Elle encourage une approche ouverte de l’innovation, technologique et non technologique.

La journée était notamment destinée à découvrir l’appel à projet TANGO&SCAN, avec à la clé une potentielle aide financière pour les porteurs de projets s’inscrivant dans le cadre de ladite économie créative. Nouveauté 2017 : Metz Métropole et le Grand Nancy sont de la partie. Ami lecteur messin, si tu as un projet qui te semble correspondre au critères de l’appel à projet (cahier des charges ici), tu as encore trois semaines (la date limite de dépot est le 28 mai).

Je reviendrai sans doute ici même sur l’exposition Ososphère (que j’ai eu l’occasion de voir une seconde fois plus tard dans la semaine). Toujours est il qu’elle concluait parfaitement cette journée, bien construite par l’équipe d’ACCRO, et dont on ressortait avec plein d’idées et d’envies en tête.

Et donc, le Storify.

Top tweets 2016

Bon, ami lecteur, il ne s’agit pas ici de faire une énième top des meilleurs Tweets de 2016 de manière générale (Topito fait ça très bien, tu devrais aller voir, c’est vraiment drôle). Non, on est dans la rubrique egotrip de MON blog, alors ici ça sera MES Tweets. À noter que ce ne sont pas forcément les meilleurs tweets ou les plus drôles, mais simplement ceux qui ont eu le plus de RT ce qui peut compter grâce au bien utile followfly.

J’avais déjà fait ça en 2015 d’ailleurs, tu peux aller voir si tu aimes… euh… les vieux tweets. J’y parlais un peu de la situation de ce réseau social que j’aime beaucoup, situation qui malheureusement ne s’est pas complètement arrangée, avec des rumeurs de rachats insistantes à la rentrée, finalement pour le moment écartées. Pour ma part j’espère que twitter va survivre en restant assez proche de sa forme actuelle, puisqu’il me semble toujours le plus efficace pour suivre de l’info en temps réel (et parce qu’il est souvent drôle, aussi, cf le top sus-cité).

Bref, tu l’attendais avec impatience voilà le top 10 twitter 2016 de @nicolastochet.

Sans atteindre les 600 RT d’un Tweet sur le beau temps hivernal à Metz en décembre 2015, ça reste un Tweet sur de photos de Metz qui arrive numéro 1. Allez on ne va pas se le cacher, ami lecteur, ma ville c’est la plus belle…

Ça marche aussi pour ces tweets hivernaux de janvier et du 31 décembre qui se placent 8e et 9e du top.

En 2, nous avons un tweet sur le beau mot-dièse #JulVsMaitreGims.

Et en 3, ce tweet sur le nom de la nouvelle région Alsace – Lorraine – Champagne-Ardenne, au moment où ce sujet était sur la table. On notera que c’est le nom qui n’apparaissait pas dans la sélection, Grand Est, qui l’a finalement emporté

En 4, ce tweet le jour de l’élection de Donald Trump (avec encore Maître Gims, décidément).

Et après des tweets sur la grêle ou le percent, il y avait ce tweet au tout début de la Nuit Debout.

Voilà, Metz, Maitre Gims, Grand Est et Nuit debout, un bon résumé de l’année 2016. Blague à part, ami lecteur, je crois que j’ai assez peu tweeté sur les attentats qui auront marqué cette année, contrairement à 2015. Je ne sais pas si c’est parce qu’on s’y habitue, parce qu’on est peut être même déjà en overdose. Pourtant chaque fois la sidération est là.

On espèrera ne pas trop avoir à tweeter là dessus, en 2017.

Le Centre Pompidou-Metz entre louanges méritées et difficultés annoncées.

Ces derniers jours, les célébrations du Centre Pompidou-Metz se sont succédées dans la presse locale, qu’elle soit messine, avec la publication dans le Républicain Lorrain du billet Pompidou c’est fou ! de Philippe Marque, ou dans L’Alsace, qui a initié une série « Que notre ACAL est belle » et qui publie cet article : Le Centre Pompidou a transfiguré Metz. Il est effectivement utile de rappeler que Metz, la Moselle, la Lorraine et demain l’ALCA, l’ACAL, la région Grand Est disposent là d’un équipement exceptionnel. L’expo Warhol Underground devrait d’ailleurs être un succès et elle le mérite aisément.

Vernissage WARHOL UNDERGROUND | Centre Pompidou-Metz #Metz #Warhol

Une photo publiée par Nicolas Tochet (@nicolastochet) le

Mais dans les deux articles de presse, immédiatement après les louanges pointent les difficultés : quelles sont les collectivités qui doivent participer ? À quel niveau ? Comment peuvent elles maintenir (pour ce qui est du Conseil Régional) ou augmenter (pour ce qui est du Conseil Départemental, avec en filigrane son entrée au Conseil d’Administration de l’EPCC Pompidou-Metz) leur contribution à l’établissement, alors que les baisses des dotations de l’Etat amènent partout des questions bien délicates ? Le budget 2015 aura ainsi été extrêmement compliqué à boucler, comme le relevait, entre autres, La Croix en janvier dernier.

Bref, comme le disait le poète, Tout n’est pas si facile, tout ne tient qu’à un fil.

Il y a quelques jours, je suis tombé sur ce rapide reportage de Public Sénat, qui offre finalement un bon résumé de ces difficultés, mais aussi du jeu politique qui en découle : le président actuel de la Région Lorraine et celui du Conseil Départemental sont tous deux fortement impliqués dans la campagne à venir pour l’ALCA, l’ACAL, la région Grand Est, ce qui laisse à penser que les débats de fin d’année, pour le budget 2016, seront compliqués, là même où les institutions culturelles ont besoin d’une certaine sérénité.
Je te laisse donc avec cette courte vidéo, mais je ne peux que t’encourager à profiter de l’été messin pour courir voir l’expo Wahrol !