Lectures numériques : semaine 1

Tiens, ami lecteur, voilà typiquement le genre de résolution de nouvelle année qu’il sera sans doute difficile de tenir sur 365 jours. Mais bon la voici lancée, avec ce thread Twitter. L’idée, simple : tweeter chaque jour un lien vers une lecture numérique, soit un article que l’on peut lire sur les internets et qui concerne le numérique au sens large et qui me semble pertinente, intéressante, drôle.

Et voilà donc les articles postés lors de cette première semaine :

Google, Google, pourquoi m’as tu abandonné ? chez affordance.info : tu retrouveras sans doute souvent dans cette sélection les articles issus du blog d’Olivier Ertzscheid. C’est toujours pertinent, fouillé, souvent drôle. Dans cet article, il est question de requêtes Google, de manière de poser la question. Et tout ça va mal finir.

CivicTech : la démocratie a-t-elle un modèle économique ? chez InternetActu, un autre site de référence pour moi. Et ici, un sujet qui reviendra sans doute régulièrement : les liens entre numérique et système politique (que les Civic Tech se proposent d’améliorer).

Vie et mort des mèmes sur internet, sans doute un peu plus léger… en apparence. Parce qu’on finit quand même par y parler de Pepe the frog, d’Alt Right et de Donald Trump.

Les 50 chiffres à connaître sur les médias sociaux en 2017 parce que les chiffres, c’est toujours utile.

Dans le data center de #Facebook aux abords du cercle polaire : depuis 2013, une part importante des requêtes des 310 millions d’utilisateurs européens de Facebook sont traitées à Lulea, près du cercle polaire. Impressionnant.

Bernard Stiegler : la disruption rend fou. Je te l’avais déjà dit ici même, il est toujours bon de jeter une oreille sur les propos de Bernard Stiegler.

Comment «journalopes» et «merdias» se sont répandus sur les réseaux : retour à la source de ces néologismes injurieux, repris en continus par l’extrême droite sur les réseaux sociaux, participant du discours anti-élite très tendance ces temps ci.

Les campagnes électorales à l’heure des réseaux sociaux : encore les liens entre politique et numérique (je t’avais prévenu, hein). Bon ce n’est pas vraiment une lecture, mais une émission à écouter en replay, un numéro de l’Atelier du Pouvoir (dont je t’avais également déjà dit du bien par ici) sur France Culture.

À la semaine prochaine !

Top tweets 2016

Bon, ami lecteur, il ne s’agit pas ici de faire une énième top des meilleurs Tweets de 2016 de manière générale (Topito fait ça très bien, tu devrais aller voir, c’est vraiment drôle). Non, on est dans la rubrique egotrip de MON blog, alors ici ça sera MES Tweets. À noter que ce ne sont pas forcément les meilleurs tweets ou les plus drôles, mais simplement ceux qui ont eu le plus de RT ce qui peut compter grâce au bien utile followfly.

J’avais déjà fait ça en 2015 d’ailleurs, tu peux aller voir si tu aimes… euh… les vieux tweets. J’y parlais un peu de la situation de ce réseau social que j’aime beaucoup, situation qui malheureusement ne s’est pas complètement arrangée, avec des rumeurs de rachats insistantes à la rentrée, finalement pour le moment écartées. Pour ma part j’espère que twitter va survivre en restant assez proche de sa forme actuelle, puisqu’il me semble toujours le plus efficace pour suivre de l’info en temps réel (et parce qu’il est souvent drôle, aussi, cf le top sus-cité).

Bref, tu l’attendais avec impatience voilà le top 10 twitter 2016 de @nicolastochet.

Sans atteindre les 600 RT d’un Tweet sur le beau temps hivernal à Metz en décembre 2015, ça reste un Tweet sur de photos de Metz qui arrive numéro 1. Allez on ne va pas se le cacher, ami lecteur, ma ville c’est la plus belle…

Ça marche aussi pour ces tweets hivernaux de janvier et du 31 décembre qui se placent 8e et 9e du top.

En 2, nous avons un tweet sur le beau mot-dièse #JulVsMaitreGims.

Et en 3, ce tweet sur le nom de la nouvelle région Alsace – Lorraine – Champagne-Ardenne, au moment où ce sujet était sur la table. On notera que c’est le nom qui n’apparaissait pas dans la sélection, Grand Est, qui l’a finalement emporté

En 4, ce tweet le jour de l’élection de Donald Trump (avec encore Maître Gims, décidément).

Et après des tweets sur la grêle ou le percent, il y avait ce tweet au tout début de la Nuit Debout.

Voilà, Metz, Maitre Gims, Grand Est et Nuit debout, un bon résumé de l’année 2016. Blague à part, ami lecteur, je crois que j’ai assez peu tweeté sur les attentats qui auront marqué cette année, contrairement à 2015. Je ne sais pas si c’est parce qu’on s’y habitue, parce qu’on est peut être même déjà en overdose. Pourtant chaque fois la sidération est là.

On espèrera ne pas trop avoir à tweeter là dessus, en 2017.