[data] Abstention aux élections en France depuis 1959

Les données sont dans une feuille Google en accès public ici.

Municipales 2020 à Metz : encore 43 mois, primaire ouverte, La Semaine…

Oui, ami lecteur, 43 mois c’est la durée qui devrait nous séparer aujourd’hui des prochaines échéances municipales à Metz (et ailleurs en France). Enfin 43 mois environ. Peut être 44, ou plus, suivant le mois qui sera choisi (traditionnellement mars ou avril). Alors effectivement, ça paraît encore bien loin. Mais tu te souviens qu’il y a quelques mois, en mars dernier, le Républicain Lorrain avait déjà titré en une « Ils rêvent (déjà) tous d’être maire de Metz« . Je t’en avais donc parlé ici même.

Bon, depuis, cette question avait vaguement disparu du paysage, même si en juin dernier Direct FM annonçait la candidature de Thomas Scuderi aux municipales. Dans une interview, l’adjoint au maire en charge de chargé de la citoyenneté et de la démocratie participative ré-évoquait en effet sa volonté d’être candidat, en appelant également de ses voeux une « primaire ouverte ». On se souvient qu’en 2007, pour les municipales de 2008, Dominique Gros avait été désigné candidat à la suite d’une primaire réservée aux militants socialistes (225 voix contre 222 à Pierre Bertinotti au second tour, après un premier tour auquel avait également participé Richard Lioger).

Tiens, voilà d’ailleurs une belle vidéo d’archive (merci JCDR !).


Les résultats (Primaires PS Metz) par jcdrf3

Du coup j’ai jeté un oeil rapide sur cette idée de primaire ouverte. En dehors de la désignation, en 2011, du candidat du PS pour les présidentielles de 2012 (François Hollande, qui, ça ne t’aura pas échappé, l’a finalement emporté), Wikipedia nous indique que ce mode de désignation a été utilisé huit fois lors de la préparation des municipales de 2014 : 6 fois par le PS (Le Havre, Béziers, La Rochelle,…), deux fois par l’UMP (Lyon et Paris). Un point commun aux huit vainqueurs de ces primaires ? Ils ont tous perdu les municipales ensuite… On ne tirera pas ici de conclusions hâtives, mis je tâcherai de me pencher sur cette question d’ici 2019 (ce qui nous laisse un peu de temps).

la-semaine-2020Pourquoi est ce que je te reparle de ces municipales aujourd’hui, te demandes tu sans doute. Eh bien après le RL, c’est La Semaine qui a consacré sa une et trois pages intérieures à la question « Qui se rêve maire de Metz en 2020 ?« . On notera que pour l’un comme pour l’autre des journaux, l’image onirique colle à cette ambition. Si ces trois pages restent plutôt sympathiques à lire, avec quelques petites piques et petites phrases, on n’y trouvera pas de grandes révélations. Il s’agit plutôt un tour d’horizon exhaustif des candidats potentiels à gauche (Richard Lioger, Jean-Michel Toulouze, Sébastien Koenig, Hacene Lekadir, Thomas Scuderi, Aurélie Filippetti…), à droite (Nathalie Colin-Oesterlé, Marie-Jo Zimmermann, François Grosdidier, Khalifé Khalifé, Emmanuel Lebeau,…), encore plus à droite (Françoise Grolet). Soit sensiblement les mêmes candidats que dans le RL six mois plus tôt. Mais ici, on retrouve aussi ceux qui disent qu’ils n’iront vont pas (Thierry Jean, Isabelle Kaucic…). Et puis, fidèle à son habitude, Jean-Pierre Jager lance également quelques noms de la société civile (Fabrice Genter, Hervé Obed…). Sans doute pourra t on refaire quasiment le même tour d’horizon dans six mois, puis l’an prochain. Peut être aussi que d’ici là, les législatives et les grandes manoeuvres dans les partis après les présidentielles auront un peu rebattu les cartes.

Et puis, si je te parle ici des municipales 2020 à Metz, c’est sans doute aussi grâce à (à cause de ?) Nicolas Turon et des ses deux minutes de vendredi dernier sur France Bleu Lorraine Nord, dans lesquelles il brocarde ces annonces de candidature pour le moins anticipées, et notamment ici celle de Thomas Scuderi.


Les Deux minutes de Nicolas TURON 23/09/16 par france-bleu-lorraine-nord

Caustique, hein ? Mais drôle. Et pour les éventuels candidats à l’échéance de 2020, il vaudrait mieux commencer à s’habituer : il n’y a pas de raisons qu’il ne soit plus là, l’ami Nicolas Turon. #Turon2020 ?

Neuf semaines tout court

Oui alors bon, je voulais publier ce billet il y a quelques jours, comme titre ça faisait « 9 semaines et demi », c’était un peu lol, mais là plus du tout. Tant pis, ça m’apprendra.

En tout cas, nous y voilà ami lecteur, nous sommes à 9 semaines du second tour des municipales (et 8 semaines du premier, comme tu l’auras immédiatement déduit avec ton habituelle perspicacité). Autant dire que ce n’est pas tout à fait la dernière ligne droite, mais que ça commence à y ressembler. Il est donc temps de faire un petit point sur les différentes listes en présence, qui, même s’il ne sera définitif qu’avec le dépôt desdites listes le 6 mars, devrait nous donner un bon aperçu du paysage de campagne que l’on devrait retrouver d’ici là. Le voici, le paysage, liste par liste.

#

1. Dominique Gros

Le candidat : Dominique Gros – Maire sortant (par ailleurs conseiller général et vice président de Metz-Métropole). Une petite bio chez Wikipedia.

La liste : liste constituée pour une bonne part (plus de la moitié) de militants PS, notamment de l’équipe sortante mais avec une ministre en renfort, mais aussi d’EELV (7), du PC (3), du MoDem (4) et de la société civile. Quelques noms : Aurélie Filippetti, Richard Lioger, William Schuman, Isabelle Kaucic, Hacène Lekadir, Danièle Bori, Jean-Michel Toulouse, Marie-Anne Isler-Béguin, Guy Cambianica…

En ligne :
Site : www.dominiquegros2014.fr/
Facebook : www.facebook.com/pages/Dominique-Gros/479078625545294 (lancée le 23/11/2013, 369 mentions j’aime)
Twitter : twitter.com/dgmetz14 (lancée le 23/11/2013, 338 abonnés)

IRL : un local de campagne au 8 rue des Clercs (qui pour l’anecdote était occupé en 2008 par… Jean-Marie Rausch)

#

2. Marie-Jo Zimmermann

La candidate : Marie-Jo Zimmermann – conseillère municipale d’opposition (par ailleurs député). Une petite bio chez wikipedia.

La liste : pas encore de précisions, mais on y retrouvera sans doute une bonne part d’UMP, mais aussi UDI, Modem, société civile. Quelques noms : Patrick Thil, Martine Nicolas, Jérémy Aldrin, Nathalie Colin-Oesterlé, Thomas Friang, Christine Singer, Alain Thon,…

En ligne :
Site : www.mjz-metz2014.fr
Facebook : www.facebook.com/mjzmetz (lancée le 13/01/2014, 267 mentions j’aime)
Twitter : https://twitter.com/MJZMetz (lancée le 11/01/2014, 208 abonnés)

IRL : un local de campagne au 12, Place Saint Simplice.

#

3. Françoise Grolet

La candidate : Françoise Grolet – pas dans le conseil municipal aujourd’hui (par ailleurs conseiller régional de Lorraine).

La liste : pas de détails pour le moment, mais ça devrait être une liste clairement FN, avec en tout cas Thierry Gourlot juste derrière Françoise Grolet. Quelques noms : Jean-Michel Rossion, Jean-Pascal Launay, Emmanuel Dumoulinet, Alain Séris… une question : http://www.youtube.com/watch?v=fuzSeidoz2A ?

En ligne :
Site : www.pourmetz.fr
Facebook : www.facebook.com/pages/Françoise-GROLET/315912765149722 (lancée le 20/05/2012, 267 mentions j’aime)
Twitter : twitter.com/fgrolet (lancée le 01/06/2012, 1070 abonnés)

IRL : un local de campagne au 6, rue du Pont Moreau à Metz.

#

4. Jacques Maréchal

Le candidat : Jacques Maréchal, conseiller municipal élu sur la liste d’union de Dominique Gros en 2008, mais un peu dans l’opposition aujourd’hui.

La liste : labellisée front de gauche, avec toutes les complexités déjà évoquées ici. Quelques noms : François Mercier, Nora Benhamida, Hélène Pochard, Hasret Kilic, Andre Michel.

En ligne :
Site : www.metz-lhumaindabord.fr
Facebook : www.facebook.com/pages/Jacques-Mar%C3%A9chal/273062819485212 (lancée le 01/01/2014, 145 mentions j’aime)
Twitter : https://twitter.com/JM_Metz14 (lancée aujourd’hui même ! 30 abonnés)

IRL : chez le PCF, au 7 rue des Freres Lacretelle.

#

5. Basta !

Le candidat : Stéphane Aurousseau

La liste : fusion de deux listes potentielles « à la gauche de la gauche », les communards et les diviseurs, décrites ici. Quelques noms : Nelly Louvigny, Denis Maciazek, Daniel Delrez, Fouad Harjane

En ligne :
Site : ?
Facebook : www.facebook.com/pages/Basta/1379598638929166 (lancée le 10/10/2013, 176 mentions j’aime)
Twitter : ?

IRL : ?

#

6. Les autres

Il n’est pas impossible que quelques listes supplémentaires viennent se rajouter à ce paysage. On avait déjà évoqué une potentielle liste Lutte Ouvrière (d’ailleurs Nathalie Artaud fait un petit détour par Metz le 16 février), mais des initiatives comme celle de Xavier Kormann pourraient encore surprendre. 

En tout cas, depuis 1995, il y a toujours eu au moins sept listes aux éléctions municipales à Metz. On verra ce que nous réservent ces neuf semaines… et les 39 jours qui nous séparent du dépôt des listes.

D’ici là, je te souhaite une bonne soirée. Et je te dis à demain… avec des classements !

Revue de presse 2013

Ami lecteur, nous voilà en 2014, je te souhaite donc plein de bonnes choses pour cette année qui se présente devant nous. On va espérer qu’elle soit animée et passionnante bien entendu, mais aussi apaisée et fraternelle. Et ça c’est moins sûr.

Voilà les trois dates des principales échéances qui concernent le sujet de ce blog (les municipales à Metz, pour ceux qui seraient vraiment arrivés ici par hasard et qui auraient omis de lire le titre) :

  • jeudi 6 mars 2014, dans 64 jours : date limite de dépôt des listes
  • dimanche 23 mars 2014, dans 81 jours : premier tour
  • dimanche 30 mars 2014, dans 88 jours : second tour  (d’ailleurs, tiens, tant qu’à faire, voilà un petit rappel des règles du jeu).

En attendant ces échéances qui, comme tu le vois, vont arriver bien vite, nous venons de laisser 2013 derrière nous et j’ai profité de ce premier janvier pour mettre à jour la petite revue de presse que je tiens sur scoop.it.

Voilà, ça te fait un peu de lecture si toi aussi tu avais un peu de retard dans ces infos.

Bon début d’année à toi, à très vite pour la suite.

Baromètre twitter politique Metz – un dernier pour la route

3 mois.

Un peu plus de 3 mois depuis la dernière fois où j’ai posté un article sur ce blog. C’est long, je sais. Mais c’est passé vite, je t’assure. Et un peu moins de 3 mois avant le second tour des municipales, à Metz comme ailleurs en France. C’est long ? Peut être. En tout cas ça va passer vite.

Parce que oui, ami lecteur, depuis mon dernier post les dates des municipales sont tombées : elles se dérouleront les dimanche 23 (premier tour) et 30 mars (second tour) 2014.

Bien entendu, il y a plein d’autres infos qui sont tombées ces dernières semaines. Et je tâcherai de t’en faire un petit condensé dans les jours qui viennent.

Il faut en effet le signaler, ce blog arrive toujours comme premier résultat sur le moteur de recherche le plus utilisé dans nos contrées quand on y tape « municipales metz ». Alors voilà, j’ai conscience de la responsabilité d’information qui m’incombe et de l’importance de ma tâche d’informer le citoyen.

Non, je déconne bien sûr, tu me connais maintenant. Mais bon, il vaut mieux qu’il y ait des articles à jour quand même. Alors voilà un dernier baromètre Twitter pour 2013, qui porte sur l’activité de nos personnalités politiques locales sur le réseau social (ou site de microblogage, comme tu préfères) jusqu’au 30 novembre.

Quelques commentaires en vrac sur ce classement

1. pour le moment, j’ai choisi de laisser dans le classement les personnalités politiques comptabilisées jusqu’à présent, que l’on ait pu apprendre qu’elles devraient être sur une liste (Aurélie Filippetti), ne pas y être (Jean-Pierre Masseret) ou qu’on ne sait pas trop mais qu’à priori non (Nathalie Griesbeck). On fera le tri dans les semaines qui viennent, lorsqu’on aura de la composition de liste officielle à se mettre sous la dent. 

2. de la même manière, je n’ai pas intégré tous les noms que La Semaine a dégainé en dévoilant en avance (joli coup !) la partie PS de la liste de Dominique Gros. Là aussi, attendons un peu d’officialisation avant d’y aller franchement.

3. Aurélie Filippetti devrait rester en tête de ce classement jusqu’en mars. Voire même jusqu’en 2020 (sauf si elle supprime son compte ou quelque chose comme ça).

4. sur le podium, ça ne bouge pas trop. Mais ça aurait dû : Jérémy Aldrin, assez actif en septembre aurait pu y reprendre sa deuxième place. Mais depuis, d’autres ont activement tweeté, il reste donc derrière, dans l’ordre, Thomas Scuderi, Françoise Grolet et Christine Singer

5. Deux entrées à remarquer en novembre : Hacène Lekadir, qui semble lui aussi s’être mis à tweeter plus activement depuis la rentrée et… Dominique Gros, donc le compte a été créé une semaine à peine avant la fin du décompte pour ce classement (le 30 novembre) et qui rentre à la dixième place.

Voilà, je rappelle que ce classement est fait sous un algorithme complètement bricolé par moi même à base de pas grand chose (les followers et les tweets), qu’il ne reflète donc qu’une partie de l’activité sur twitter des gens concernés et surtout pas ce qu’ils font en vrai sur le terrain, tout ça. Je préfère préciser, parce que bon, certain(e)s ont pu se sentir vexé, paraît-il.

Bref, j’espère te croiser ici rapidement, histoire de te la souhaiter bien bonne, là il est trop tôt.

En tout cas, d’ici là, ne te vexe pas trop facilement et porte toi bien.

Baromètre novembre 2013

  1. Aurélie Filippetti
  2. Thomas Scuderi
  3. Françoise Grolet 
  4. Christine Singer 
  5. Jérémy Aldrin 
  6. Jean-Pierre Masseret
  7. Nathalie Griesbeck
  8. Anne Fritsch-Renard
  9. Hacène Lekadir
  10. Dominique Gros

Et du côté des partis / sections / groupes politiques locaux :

  1. Nouveau Centre 57
  2. PS Metz
  3. PCF Metz 
  4. Pour Metz
  5. Modem Metz

Le Grand Débat

Ami lecteur, je te disais pas plus tard que dimanche dernier que les alliances dans la perspectives du second tour des municipales à Metz allaient être déterminantes. Ca reste au final assez juste, mais je dois bien admettre que je ne m’attendais pas franchement à ce qu’elles prennent cette tournure. Je t’épargne les détails que tu trouveras à droite à gauche sur le net, mais après deux journées bien animées, les trois candidats encore en lice pour la mairie de metz se retrouvaient mardi soir à l’auditorium de la FIM pour un débat organisé par France Bleu Lorraine Nord et le Républicain Lorrain.

Comme prévu, rien de bien nouveau du coté des projets que tu retrouveras du coté des sites des trois candidats (Marie-Jo Zimmermann, Dominique Gros, et Jean-Marie Rausch). Mais c’était l’ambiance de ce débat qui était marquante. Sur scène, MJZ attaquait le maire sortant en continu, celui ci répliquait, assez faiblement. Dominique Gros suivait ça de loin (il était seul de l’autre coté de la table), et avançait ses idées tranquillement, avec souvent l’acquiescement de MJZ. Dans le public, on avant plutôt l’ambiance d’un spectacle de guignol : un car de supporters de Rausch huait MJZ dès qu’elle prenait la parole, les applaudissements et les commentaires fusaient. On sent que le crime de lèse majesté de Zimmermann n’est pas passée, que la haute trahison à l’UMP local n’est pas digérée. Pour elle des huées, mais pour JMR… des rires : « ma carrière politique est derrière moi », « On ne devance pas les besoins, ça coute de l’argent. On suit les besoins », et j’en oublie. Maladresse dimanche qui a provoqué l’alliance qui est en train de causer sa défaite, maladresses mardi qui décridibilisent encore un peu l’homme politique qu’il est toujours. On pouvait se dire que Dominique Gros était au dessus de tout ça. C’est un peu vrai. Mais il avait aussi l’air un peu lointain, tant le public présent ne semblait là que pour le duel de gladiateurs auquel se livrait les deux autres (pour réécouter en ce moment même une petite partie du débat à la radio, il a eu raison, son attitude passe bien mieux que ce qu’elle rendait dans l’arène).

Au bout d’un moment, à mon grand étonnement, j’ai ressenti une certaine empathie pour Jean-Marie Rausch. Je le voyais se débattre, sur ces sujets qui le dépassent un peu, avec une énergie qui n’égale plus celle de ses opposants. Et puis ces rires, et son air d’être là comme une bête de foire livrée au public. Je me sentais un peu triste pour lui.

Fin du débat, après les deux autres candidats le journaliste le laisse conclure. Et là subitement il s’emporte. Vieille habitude de conseil municipal ? Attitude autoritariste naturelle qui revient au galop ? Il se lance en tout cas dans une diatribe aussi maladroite que le reste de son discours, accusant les journalistes de n’avoir pas posé les bonnes questions, de n’avoir pas abordé la fiscalité, seul sujet important qui intéresse vraiment les messins. Triste fin de débat.

Triste fin tout court. Mais au vu de cette dernière minute en tout cas, on ne le regrettera pas trop, ami lecteur.