Comme le générique de fin d’un teen movie

Cette année à Pitchfork Music Festival Paris, je n’étais rien venu voir en particulier. Mais l’ambiance de la Grande Halle de la Villette pendant le festival suffit à me donner envie d’être là. Et du coup parfois les surprises sont bonnes.

Ce fût le cas avec Car Seat Headrest, dès l’arrivée sur le site (oui, bon, je n’arrive toujours pas à me motiver pour y venir à 17h30, quand débutent les concerts). Le groupe de Will Toledo est d’une belle efficacité sur scène et les arrangements rock avec parfois trois guitares donnent des montées épiques à certains de ses morceaux. Je n’ai pas regardé beaucoup du set de Chromeo, dont la musique n’a finalement pas beaucoup bougé depuis 10 ans, pour passer directement à Bagarre, avec leurs morceaux inclassables, parfois improbables, que je trouve toujours bien plus convainquant sur scène que sur disque. Hier soir encore, ils ont bien mis le feu à la Grande Halle. Chverches, je l’avais déjà vue à Primavera cette année. Et si ces morceaux font effectivement penser pour chacun d’entre eux au générique de fin d’un teen movie, il n’empêche qu’on peut chantonner ses mélodies pop trois jours après un concert. Redoutable. Le gros show du soir était sans nul doute celui de Blood Orange : Dev Haynes se présentait avec quatre musiciens et deux choristes et son R&B original a transformé la Grande Halle de la Villette en piste de danse langoureuse. Les musiciens (y compris Dev Haynes) étaient remarquables, le son aussi. Je me suis juste interrogé pendant le live : pourquoi ne lâchait il jamais cette serviette, parfois autour du coup, souvent sur sa tête (?) et oui, si tu te poses la question, il l’a même faite tourner.

Sinon, des autres trucs à Paris (bon ok, ça fait un peu blog voyage) :

Le Bistrot de l’Oulette, 38 rue de Tournelle dans le 4e.
Cuisine française pas mal orientée Sud-Ouest. On retrouve souvent du canard et de l’écrasé de pomme de terre, disons. C’est simple et c’est bon. Mais vraiment bon. Il faudra retenir le nom du Chef (Sylvain Tracard) Et l’accueil est speed mais très aimable et attentionné. Si les plats à la carte sont entre 20 et 25€ tu as, le midi, un menu à 16€ pour entrée plat ou plat dessert qui vaut complètement le détour, alors qu’il est très facile de passer devant la minuscule devanture sans y prêter attention. Va voir le site ici pour te faire une idée.

La librairie Yvon-Lambert, 4 Rue des Filles du Calvaire dans le 3e
Tellement de beaux livres, des belles oeuvres accrochées. C’est frustrant et enthousiasmant. Tu peux aller voir le shop par ici, mais ça ne vaut pas une visite dans ce bel espace. Je suis juste reparti avec le petit Vintage Prints d’Araki.

Bon, j’espère qu’il n’y a pas trop de fautes dans ce billet ami lecteur, je le tape dans le Paris-Metz et le poste sans trop le relire, le TGV arrivant à destination. La parenthèse parisienne est en effet terminée.
Générique de fin, donc.