Sortir à Metz – 8 au 12 novembre 2018 – Musiques Volantes forever

Ami lecteur, je ne vais pas ménager un insoutenable suspense : de mon point de vue, si tu dois sortir à Metz ce week end, c’est surtout au festival Musiques Volantes qu’il faut aller. Déjà parce que c’est une recommandation qui était valable pour chaque édition du festival jusqu’ici, depuis mille neuf cent quatre-vingt-quinze… et parce que c’est la dernière année.

Musiques Volantes a en effet annoncé le 21 juin dernière sa « Disparition ». Bon, je t’avoue que ça me rend un peu nostalgique, alors que j’ai assisté à une bonne partie des vingt-trois vols du festival, qu’ils m’ont enthousiasmé souvent, inspiré parfois, fait passer de beaux moments toujours. Quelques impressions se sont même trouvées retranscrites sur ce blog. Et puis j’ai eu le redoutable honneur d’y jouer, avec melatonine ou zéro degré. Des moments intenses : pas évident de se présenter dans un festival que l’on admire, au milieu d’artistes de haute volée. Mais voilà, Musiques Volantes souhaite que ça Disparition se fasse dans une grande fête, avec cette dernière édition. Alors mettons de côté la nostalgie. Rangeons aussi pour le moment les causes de cet arrêt, sur lesquelles je reviendrai ici, plus tard.
Et concentrons nous sur le festival.

En réalité, Musiques Volantes a déjà commencé, à Nancy il y’a deux semaines (Meridian Brothers – Mugwump – Laake – Taxi Kebab à l’Autre Canal) et Luxembourg mercredi dernier (ZA! aux Rotondes).
Mais bon, la rubrique s’appelle « Sortir à Metz », hein, alors on va se concentrer sur ces trois soirées messines.

Ce soir donc (j’écris cet article le jeudi 8/11) a lieu le dernier vernissage de la dernière de Musiques Volantes. Ça se passe à la MCL, qui a longtemps été le QG de l’association MV, avec des discours des petits fours et surtout un parcours de projections, performances et installations audiovisuelles proposé par l’association Les Yeux de l’Ouie.Est, qui vient rappeler que la vidéo et les installations font aussi partie de l’ADN du festival, même si suivant les éditions elles ont eu plus ou moins de place. Qui plus est, c’est gratuit, tu as intérêt à trouver une bonne excuse pour ne pas y être.

Le coeur battant du festival a souvent été Les Trinitaires. Cela peut paraître évident que ce soit là qu’on assiste à la Disparition. Ce sera donc l’objet de deux soirées, vendredi 9 et samedi 10 novembre. On aurait pu s’attendre à des « têtes d’affiches », des noms connus et reconnus. Mais Musiques Volantes reste fidèle à son intransigeance artistique jusqu’à la fin. Alors oui, l’attention s’éveille un peu plus quand sont prononcés les noms de RAS G, (qu’on retrouve dans le sillage de Flying Lotus, avec un hip hop electro lourd et psychédélique à la fois) ou Dopplereffekt (une entité mystérieuse qui produit une electro déviante depuis 1995, entre la techno de Détroit et le Berlin de Kraftwerk), le vendredi 9. Mais comme souvent lors de Musiques Volantes, c’est lorsque l’on ne l’attend pas que l’on prend une bonne claque musicale. Et que l’on est soulevé.

Et si c’était le cas, par exemple, avec le post punk math quelque chose de Crack Cloud (samedi 10). En tout cas, ami lecteur, écoute moi déjà ce Swish Swash en entier. Pour ma part je me prend à rêver de ce que ça va donner en live…

Et puis ça pourrait bien être avec les locaux de l’étape, l’excellent Le Seul Élément (vendredi 9) ou la création Semi Secte (samedi 10) dans laquelle on retrouve la fine fleur messine des agitateurs de l’underground (de Noir Boy Georges à Bras Mort en passant par Jan Mörgenson… un all star band quoi). Ou encore avec les Mauskovic Dance Band (vendredi 9), dont le titre Continue the Fun semble bien approprié.

Et puis, Musiques Volantes nous fait un dernier cadeau : de magnifiques reliques, a emporter, à conserver.

Alors bien sûr il n’y a pas que ça à Metz ce week end. L’Aérogare continue sa belle série de soirée jazz manouche avec Mano Sinto, vendredi. Il y’a à La Chaouée la soirée post punk avec Gad whip (UK) et Acetate (Metz) du jeudi 8 et la Virgae session de novembre le samedi 10 (Virgae dont je te parlais dans un précédent billet). Et la soirée Hip Hop Connections 718 (cinq concerts et un Open Mic), organisée par Kultur ‘a’ Vibes à la Jehanne, vendredi. Mais voilà, ces soirs là tu sais déjà où je serai.

Par contre, ami lecteur, rien ne nous empêche de concilier une assiduité sans failles à Musiques Volantes et le vernissage de l’exposition Landscapes – Afterwar(d)s chez Faux Mouvement (samedi à 17h), résultat de deux ateliers laboratoires conduits au Cambodge, réunissant des étudiants de Master, des doctorants de l’Université Paris 8 et de l’Université royale des beaux-arts du Cambodge. Ou le concert de SAVAK ! organisé par Flo (RecordsAreBetterThanPeople) lundi à La Chaouée, une sorte de all-star band post punk. On pourrait presque voir ça comme une sorte de résurrection de l’esprit de Musiques Volantes dès le lundi qui suit la Disparition.

Ce qui nous ferait une jolie lueur d’espoir, n’est ce pas, ami lecteur ?