Sortir à Metz – 31 août au 2 septembre 2018

Cette fois ça y est, ami lecteur. Nous y sommes. Et c’est même dans le titre de ce billet, qui passe insidieusement du 31 août, qui sent encore bon le sable et les embruns, au 2 septembre, qui évoque nettement plus la grisaille et le panneau de particules de bois sur lequel se sont empilés les dossiers à rouvrir.
Voilà, c’est la rentrée.

La rentrée, quelque part, on pourrait se dire que ça ressemble un peu à l’intitulé de la soirée du 1er septembre au Château 404 : le purgatoire.

Mais en réalité si elle s’appelle comme ça, cette soirée, c’est juste parce qu’elle constitue un prélude à l’Enfer Festival. Et l’Enfer c’est bien entendu à Nancy (je dis ça mais il faut être gentils avec eux en ce moment, la Ligue 2 c’est pas facile), du 7 au 9 septembre. Les infos sur ledit festival sont ici.

La soirée Purgatoire de ce samedi se tient donc elle au Chateau 404, et on pourra y retrouver des DJs, un studio photo, des expos, installs, concerts, et un stand avec la dream team Poney Print Club / Turfu / L’Enfer festival / Val L’Enclume / Adhétif3000 / Pomp it up édition / LeMégot édition. Bref, plein de chouettes trucs dont tu trouveras un programme bien plus détaillé par ici.

Nous serons donc finalement bien loin d’un purgatoire. D’ailleurs je te parlais de grisaille, mais le week end s’annonce en réalité bien ensoleillé à Metz. Et c’est tant mieux puisque dimanche on pourra se retrouver du côté de la Bourse aux Disques – Summer edition 18, organisée par les infatigables tenanciers de la Face Cachée, sous les belles arcades de la Place Saint Louis. Et puisqu’on sera là (parce qu’on y sera forcément, ami lecteur), on aura juste 100 m à faire pour se retrouver dans la Brocante outre seille, traditionnel vide-greniers du quartier des Allemands (rue des Allemands, rue Mazelle, Place des Charrons et alentours).

Du côté du Troubadour, c’est aussi la rentrée des soirées concerts et ça commence par du hip hop, avec Mohammed Yahya (qu’on avait pu entendre dans le duo Native Sun), invité par l’asso Kultur’A’Vibes. Premières parties : Sincère Crew et ESTEL. Plus d’infos ici. Et pendant ce temps là à la Chaouée, on passe du breakcore / hardtek avec Faust et Deepa Reptile le vendredi à la musique des Balkans avec l’Unbekandt Orkestar (de Strasbourg) le samedi. Samedi, il sera même possible d’aller voir si Grayou continue à porter chance aux messins en Ligue 2 : FC Metz – RC Lens, c’est à 15h.

Mais s’il y a finalement un endroit où l’on retournera sans doute tout le week-end, c’est bien Bliiida. Le Futuroklatsch #3 y prend place samedi et dimanche, avec un programme assez fou, autour de ce futur dans lequel on entrevoit une intelligence artificielle de plus en plus présente. Je t’en fais juste une rapide sélection, ami lecteur, mais tu en trouveras le détail par ici.

1. samedi à 17h, une Conférence Black Mirror, centrée sur l’épisode Hang the DJ de la saison 4. Pouvons-nous laisser l’intelligence artificielle choisir notre âme soeur ? Après tout, à quoi bon laisser de la place au hasard quand les relations peuvent être gérée par un algorithme ? Avec le fondateur d’happn, Didier Rappaport, Marion Olité la rédactrice en chef de BIIINGE – Kombini et une sociologue des médias, Nathalie Nadaud-Albertini.

2. samedi soir, une soirée silent-discortex : on va errer dans un labyrinthe (oui oui) monté pour l’occasion, avec L/in et One MPC aux platines directement dans les casques sur vos oreilles, pour faire danser vos neurones. On se perdra donc avec délice et en musique.

3. dimanche à partir de 11h, un brunch à partir des créations culinaires en trompe l’oeil du Botaniste, restau qui vaut déjà bien le détour à Strasbourg, et qui ici fera tout pour éveiller vos cinq sens.

Et puis installations interactives, jeux numériques, création et lévitation (?), plongée dans la tête de Philip K.Dick (?!)…
Bref. Je lisais que le terme appréhender a deux acceptions : craindre la réalisation d’une éventualité fâcheuse, mais aussi saisir quelque chose par l’entendement, la pensée. Ce week-end, à Bliiida, on va appréhender le futur. Mais sans doute en passant de la première à la seconde définition.

Et j’espère, ami lecteur, que dans cette dernière acception, nous allons aussi appréhender cette rentrée.

Sortir à Metz – 24 au 26 août 2018

Après une interruption estivale de cette rubrique, ami lecteur, pour cause de printemps un peu trop chargé de mon côté, je tâche de la reprendre pour une rentrée messine qui s’annonce particulièrement animée. Et même si ce week end reste, lui, encore relativement calme, on va dire que cela constitue une petite mise en jambes.

Bon, tu le sais, la fin août à Metz correspond aux incontournables Fêtes de la Mirabelle. Si cette année le traditionnel feu d’artifices ne sera pas tiré, le Village de la Mirabelle, place d’Armes-Jacques-François-Blondel, semble très bien fonctionner, autour de divers concerts (Madame Monsieur et Breakbot samedi dernier, notamment) et animations (comme, bien entendu, l’élection de la Reine de la Mirabelle). Pour ma part je suis allé au concert des (toujours très bons) Yokel mardi soir : du monde, une belle ambiance, un sympathique choix de nourriture et de boissons, bref un chouette village au coeur de la ville.

Et ce week-end donc, c’est la clôture de la manifestation, avec vendredi soir le reggae de Wailing Trees et le mix entre electro et musique traditionnelle arabe des palestiniens de 47soul, qui me paraît bien valoir le détour.

Tiens d’ailleurs ce petit article de Kombini peut te permettre d’en savoir plus. Et on peut regarder ces images live d’un Palestian Tour de 2016.

Samedi, c’est le Grand soir de la Mirabelle avec l’argentine La Yegross et la tête d’affiche de cette semaine, Hollysiz, dont on sait depuis son passage à la BAM il y a quelques mois, qu’elle a toujours une belle énergie sur scène. Dimanche, la traditionnelle parade de chars fleuris et fanfares devrait (tout comme les concerts) passer entre les gouttes de la météo de rentrée de ce week-end. C’est dimanche à 15h.

Et là je t’avoue, ami lecteur, qu’à ce moment du billet je ne peux m’empêcher de (re)partager cette vidéo de Jean Marie-Rausch aux fêtes de la Mirabelle 1987.

Un bien beau document dont on ne se lasse pas, malgré une qualité d’image, convenons-en, relativement éloignée du 4K.

Et que ce passe t’il d’autre ce week-end, ami lecteur ? Eh bien, si l’on peut signaler à la Chaouée les marseillais de Soks (rock), vendredi et Melvyn (Indie Punk, Metz) et Ceci-dit (Punk-Rock, Troyes) samedi, la soirée Zone 30 à la Douche froide en after samedi, et les Puces Vintage à la FIM dimanche, je retiendrai surtout une ouverture et une fermeture.

La fermeture, d’abord, du Caméo Ariel, mercredi prochain, juste avant l’ouverture du Klub, le nouveau cinéma Art et Essai de Kinépolis (que tu peux découvrir ici chez Francebleu). Je t’en parle dans ce billet parce que vendredi soir est organisé au Caméo un apéro dédicace autour du livre de Margot Spindler, Tickets Froissés. Un titre bien nostalgique pour un album dans lequel elle croque les derniers mois de ce lieu qui aura été important pour les cinéphiles messins.

Et puis une ouverture, celle du Shamrock Pub Metz (au coin de la Place de la République, au 20 bis avenue Robert Schuman, en lieu et place de l’ancien O’Carolan’s Harp), dont on peut être sûr qu’avec ses dimensions impressionnantes et les ambitions (tout aussi impressionnantes) de ses sympathiques tenanciers, et à l’instar de son historique cousin thionvillois, il risque de devenir un lieu particulièrement sympathique pour aller écouter de la musique, notamment jouée en live. L’ouverture c’est vendredi à 16h, la première happy-hour dès 18h, et la page Facebook est par ici !

Municipales 2020 à Metz : revue de presse 2018 – 1

Ami lecteur, voilà une petite revue de presse des principaux articles concernant les élections municipales 2020 à Metz, parus entre janvier et juin 2018. Il est tout à fait possible que des articles qui m’auraient échappé (n’hésite d’ailleurs pas à me le signaler) viennent s’y ajouter, ce que je ne manquerait pas de signaler sur la page Facebook de ce blog.

J’en ai profité pour tester Wakelet, Storify nous ayant quitté en mai dernier sous sa forme gratuite, Scoop.it et Paper.li ayant un peu trop de limitations dans leurs comptes gratuits également… et même si j’ai foi en Framastory, le service n’est pour l’instant pas utilisable dans l’usage que j’en ai. J’essaie Wakelet, donc, qui pour l’instant répond en bonne partie à l’usage que j’en ai.

Le lien direct vers cette « story » Wakelet : http://wke.lt/w/s/GLzYh.

Municipales 2020 : le retour

Tiens, on les avait presque oubliées, ces élections…

Bon en fait non pas vraiment, ami lecteur, mais c’est une phrase d’accroche pour souligner le faire que ça fait longtemps que je n’en ai pas parlé ici même.

En réalité, dans une année sans élections en France, à part quelques législatives partielles de-ci de-là, en attendant les élections européennes de 2019, les prochaines municipales sont déjà dans pas mal de têtes. Ces élections restent un moment essentiel de la vie politique française, l’une des rares pour lesquelles les électeurs se déplacent encore. En 2020, elle s’apparenteront en outre à une sorte d' »élections de mi-mandat » pour Emmanuel Macron et son parti, La République En Marche.

Même si cela semble encore loin (une vingtaine de mois à priori, les dates n’étant pas encore déterminées), leur préparation va s’accélérer dès la rentrée.

Avant de refaire un petit point de la situation à Metz, qui fera l’objet d’un autre article ici même, je voulais te signaler, histoire de nous mettre en jambes, un petit sondage. Un peu passé inaperçu, sans doute parce qu’au milieu de la coupe du monde, peut être aussi parce que commandé par LCP qui ne bat pas des records d’audience (même si, ça ne t’étonnera pas ami lecteur, j’aime bien cette chaîne, pour ma part), Harris Interactive a sorti ce qui est à ma connaissance le seul sondage national public sur la question des municipales ces derniers temps. Je n’ai pas beaucoup fouillé, si tu en as repéré d’autres n’hésite pas à le signaler dans les commentaires. En soi, c’est évidemment à prendre avec des pincettes, et ce n’est rien de le dire en l’occurence : sondage à deux ans des élections, sondage national pour des contextes totalement disparates, pour un scrutin qui va sans doute surtout se jouer sur des situations et des personnalités locales…

Mais bon, sondage il y a, alors écoutons derechef Jean-Daniel Levy, Directeur du Département Politique & Opinion d’Harris Interactive, qui le commente chez LCP, donc.

Si tu en es d’accord (et c’est sans doute le cas, sinon tu ne viendrais pas lire ici), je me hasarde à reprendre et compléter (localement) quelques uns de ces commentaires :

1. le changement (c’est maintenant) : même avec un taux de satisfaction de 62% de leur maire, les sondés sont tentés par en changer à 55%. On retrouve là des éléments qui ont conduit aux résultats des législatives (« il était plutôt sympa mon député, mais je vais en tester un nouveau »). À noter que, à Metz, la question ne se pose pas pour le Maire actuel qui ne se représente pas (il l’avait annoncé lors d’une conférence de presse en septembre dernier), mais peut être pour ceux qui voudraient reprendre son flambeau avec une équipe proche de l’actuelle.

2. hashtag insécurité : les thématiques qui « vont le plus compter pour les municipales », selon les sondés, sont d’abord la sécurité (43%), puis impôts locaux et dépenses (41 et 32%). Deux remarques : d’abord ce ne sont pas forcément les thématiques qui intéressent les sondés, mais celles dont ils pensent qu’elles vont compter. Et puis, on voit que des questions qui, à Metz, reviennent plus que régulièrement dans les commentaires politiques locaux (dans l’opposition) apparaissent assez loin dans ce « classement » : circulation et stationnement (19%) et Aide au maintien à l’installation de commerces (12%). Je ne doute pas de leur importance ici, mais il faudra voir la réalité de leur impact au moment du choix de l’électeur à Metz en 2020.
À noter que ces thématiques ne semblent pas pas changer fondamentalement par rapport à 2014. J’ai trouvé plusieurs sondages assez différents, mais le courrier des maires semble ici indiquer que suivant la taille de la ville, la sécurité arrivait en troisième (pour tous les sondés) ou en premier (pour ceux habitant dans une grande ville). Rien de nouveau sous le soleil de 2020, donc (même s’il fait vraiment chaud sous le soleil, ces jours ci, tu ne trouves pas ?)

3. les forces en présence : comme dans les dernier sondages concernant les européennes (que tu peux retrouver ici), La République en Marche continue son bonhomme de chemin et arrive tranquillou en tête des intentions de vote, bien loin des deuxièmes, une alliance PS / EELV (on pourrait d’ailleurs discuter ce choix d’Harris) et des troisièmes (Les Républicains). Puis le RN, puis le France Insoumise (dont on peut se dire de l’un et de l’autre qu’ils semblent sous évalués). Si l’on regarde les grands blocs par rapport à 2014, on voit que que LREM aurait pris 10% aux listes de gauche, mais 17% aux listes de droite pour constituer ses 27% de ce sondage. Ça semble conforter l’idée que les français se font aujourd’hui de ce parti : plutôt de droite.

C’est aussi assez drôle de regarder les thématiques du point 2 en regard des intentions de vote des sondés du point 3 : je te laisse consulter l’intégralité du sondage ici (ce n’est pas à toi, ami lecteur, que je vais apprendre qu’il faut toujours regarder l’intégralité des sondages et la formulation des questions).

Voilà ami lecteur, j’essaierai d’ici la rentrée de te faire un petit point sur les élections à Metz, qui s’annoncent, de mon point de vue, hautement imprévisibles à 20 mois de l’échéance.

Et puis bon, si ce n’est pas encore le cas, pour suivre tout ça, n’hésite pas à t’abonner à la page facebook du blog (ici) ou à mon compte Twitter (ici).

(mince, ami lecteur, je crois que je suis en train de me transformer en youtubeur… « si tu aimes ce contenu, mets un pouce bleu »)

Le FC Metz est en ligue 2 (et c’est sans doute pas plus mal pour cette saison)

Il y a quatre ans presque jour pour jour, je postais un billet intitulé Le FC Metz est en ligue 1. Il y était question de la petite joie ressentie au moment de revoir le club de ma ville en Ligue 1, après cinq saisons en ligue 2, et même une en National.

Depuis, le club est redescendu (en 2015), remonté en 2016 (de justesse, à la différence de buts à l’issue d’une dernière journée invraisemblable), puis redescendu à l’étage inférieur la saison dernière à la fin d’une saison qui se sera souvent apparentée à un long chemin de croix.

Bon il se trouve, ami lecteur, que dans les nombreux changements actuels dans ma vie (ce qu’il faudra vraiment que je te raconte dans un autre billet), j’ai pris l’habitude d’aller au stade Saint Symphorien, puisque je me retrouve à y servir des bières de manière régulière lors des matchs du FC Metz. Je me rends donc quasiment à chaque rencontre et c’était le cas hier, pour celle contre l’Union Sportive Orléans Loiret Football.

Du côté du FC Metz, ce n’était plus le même équipe, hier. De nombreux changements (aussi) dans le club, comme souvent après une descente, après une saison catastrophique.

Déjà, il y a un nouvel entraîneur, l’incroyable Frédéric Antonetti.

Et puis sur les quatorze joueurs grenats qui ont participé au match hier, six seulement ont participé à la saison dernière en Ligue 1 (sept en comptant Diallo qui y a fait un match avant d’être prêté à Brest), et rarement comme titulaires.

Le résultat ? 5-1 pour Metz, première fois que l’équipe passe cinq buts dans un match officiel depuis novembre 2015 et une victoire contre Bourg-en-Bresse, déjà en Ligue 2. Et quatre buts d’Habib Diallo (le premier à réaliser ça en Ligue 2 depuis 2014). Une équipe qui semblait soudée, solidaire, avec encore pas mal d’imprécisions (joies du début de saison) mais une belle envie de récupérer chaque ballon perdu, de se battre sur chaque duel (mais tout cela est bien mieux raconté ici). Avec ce résultat, et de manière un peu anecdotique au bout de deux journées, le FC Metz est premier au classement de cette Domino’s Ligue 2 (alors oui, ami lecteur, il faut se faire au naming des deux ligues du foot professionnel français : la Ligue 1 Conforama et la Domino’s Ligue 2 (cette dernière étant d’ailleurs plutôt réussie puisque dans l’ensemble les journées de championnat me donnent plus envie de manger une pizza que d’acheter un canapé)).

Tout ça pour te dire, ami lecteur, que finalement, alors qu’il y a quatre ans je te faisais donc part de ce petit plaisir de retrouver le club en ligue 1 (et que j’espère bien qu’on l’y retrouvera dès la saison prochaine), pour cette saison, le voir gagner chez Domino’s (en espérant que ça dure bien entendu, mais on peut assez raisonnablement l’espérer) plutôt que de traîner sa dépression du côté de Conforama, je me dis que ce n’est pas plus mal.

Alors certes, l’Union Sportive Orléans Loiret Football n’est pas le PSG, on ne verra pas Neymar cette année à Saint Symphorien. Mais la victoire ça change l’ambiance, je t’assure.
Et c’est important, l’ambiance au stade, quand on y sert des bières.

Zero DJ – Playlist 2 – été 2018

Dans un format identique à celle du printemps (dix morceaux, plus ou moins une heure), voilà une deuxième playlist à l’ambiance peut être un peu plus estivale. On y retrouve des morceaux de Flavien Berger et de The Internet, des remixes de Caribou et de Four Tet. Des morceaux que j’écoute ces temps-ci et/ou que j’aime à passer lors d’un DJ set.
Cela devrait d’ailleurs être le cas chez Un Bliiida dans la ville, Place d’Armes, le 10 septembre, dans le cadre de Constellations de Metz.
Mais je te redirai ça.