La goutte d’eau

À la fin de mon dernier billet ici-même, il y a déjà presque un mois (il a filé vite, ce mois de février, non ?), je te confiais mon impression que la période compliquée dans laquelle nous sommes rentrés depuis déjà un certain temps (45 ans, 33 ans, 8 ans, quelques mois, suivant la référence que l’on choisit à quel moment l’on place le curseur au niveau « c’est compliqué« ) pouvait déboucher sur une forme de re-mobilisation. Eh bien il semble que celle-ci se cristallise un peu subitement ces derniers jours. Ça aurait pu être avant mais c’est sans doute ce vieux dicton de « la goutte d’eau qui fait déborder le vase » qui est ici en action, même si le projet de Loi travail (ou loi El Khomri, du nom de la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social) qui semble en être le déclencheur ressemble plutôt à un gros seau d’eau qu’à une petite goutte.

Je ne vais pas revenir ici sur cette tentative ratée de ce que je suppose être une idée du type « plus c’est gros plus ça passe ». D’autres s’en sont parfaitement chargés, notamment sur ce nom de domaine très bien trouvé : loitravail.LOL. Mais en tout cas, après à peine une semaine de la fuite du texte de loi (qui n’est même pas encore passé en Conseil des Ministres), l’enchaînement des réactions semble désormais bien difficile à endiguer.

Il y a d’abord eu le site loitravail.lol, donc, lancé notamment par Caroline de Haas (décidément bien active ces temps ci), suivi d’une pétition qui bat des records de signatures (500 000 en une semaine).

Un certain nombre de youtubeurs ont emboîté le pas à cette première initiative.

Pour le moment 30 000 vues en une journée, et un joli succès du hashtag sur Twitter.

tribunePour finir, cette désormais déjà fumeuse fameuse « loi travail » a même réussi l’exploit de réveiller Martine Aubry. Et autant dire qu’elle ne s’est pas franchement levée du bon pied, ni de bonne humeur. La tribune qu’elle co-signe (avec notamment Claude Alphandery, Daniel Cohn-Bendit, Laurence Dumont, Yann Galut, Benoit Hamon, Axel Kahn, Chaynesse Khirouni…) est forte dans les termes employés : « pacte avec le Medef qui se révéla un marché de dupes », « désolant débat sur la déchéance de nationalité », « meurtrissure de l’indécent discours de Munich » de Manuel Valls, « trop, c’est trop ! », « Pas ça, pas nous, pas la gauche ! ». Le texte est intitulé Sortir de l’impasse et s’il laisse la porte ouverte à un accord qui se ferait sur le « Chemin de la gauche » qu’il faut « retrouver », ce manifeste paraît surtout achever les derniers espoirs de réconciliation entre cette partie de la gauche (une gauche du PS élargie, pour aller vite) et le gouvernement. En effet, Manuel Valls ne semble pas prêt à l’inflexion de sa politique, son image entière étant d’ailleurs construite sur cette inflexibilité.

Alors quelle solution ? Une mobilisation, même massive sur le net, forcerait elle cette inflexion ? Et cette mobilisation, en même temps que le chemin de la gauche, trouvera elle le chemin de la rue ? Quelques indicateurs peuvent nous y faire songer. Une intersyndicale, semble partie pour durer, même si son premier communiqué reste assez modéré.

Surtout, dans le même temps, des appels à manifester le jour de la présentation de la loi en Conseil des Ministres (le 9/3, date pour laquelle on tâchera de ne pas voir une allusion au 49.3) fleurissent sur le net, là aussi avec un certain succès. Sur Facebook ce sont déjà plusieurs dizaine de milliers de participants virtuels, mais l’expérience nous indique qu’il n’est pas toujours évident de les retrouver au rendez vous IRL. Étant donnée l’échéance très proche, ami lecteur, nous saurons en tout cas assez vite si l’on assiste à un raz de marée, ou si tout cela n’aura été qu’une goutte d’eau.